Montréal se pare de mille feux pour réchauffer l’hiver

Québec Culturellement trépidante, la plus grande ville francophone d’Amérique n’hiberne pas. La chute des températures est même prétexte à la fête, du Vieux-Port au plateau Mont-Royal

Jean-Claude Urbain pour 20 Minutes
— 
Patinoire, Grande Roue, spa, bar de glace? Les activités hivernales ne manquent pas sur le Vieux Port de Montréal.
Patinoire, Grande Roue, spa, bar de glace? Les activités hivernales ne manquent pas sur le Vieux Port de Montréal. — Jean-Claude Urbain

Montréal est une ville paradoxale. Dépourvue de grand monument emblématique, la métropole québécoise n’en demeure pas moins magnétique. Son charme, unique en son genre, réside dans son effervescence multiculturelle. Cet ancien fleuron industriel du  Canada vit, en effet, au rythme de l’Amérique, mais en français dans le texte.

C’est donc un vent de folie latine qui souffle dans ses larges artères rectilignes. Et si elle s’ébroue, tout au long de l’été, en enchaînant les festivals, elle traverse aussi l’hiver avec jubilation.

Terrain de jeu préféré des Montréalais, le Mont Royal offre une vue spectaculaire sur la ville, depuis le belvédère Kondiaronk.
Terrain de jeu préféré des Montréalais, le Mont Royal offre une vue spectaculaire sur la ville, depuis le belvédère Kondiaronk. - Jean-Claude Urbain

Lorsque les températures s’installent autour des moins 20°C, les Montréalais ne restent pas tapis dans le labyrinthe de leur ville souterraine. Les férus de « magasinage », comme on appelle ici le lèche-vitrine, apprécient la chaleur de cet immense dédale de galeries et d’escaliers, mais c’est à la surface que l’activité bat son plein.

Emmitouflé dans sa doudoune, la « tuque » visée sur la tête, on se donne rendez-vous Place des Arts pour trinquer en musique et envisager la suite de la journée. Se prélasser en silence dans les vapeurs du spa flottant Bota Bota ou s’émerveiller dans la basilique Notre-Dame, devant les lumières d’Aura ? Assister à un match de hockey au Centre Bell ou s’immerger dans les œuvres d’« art génératif » d’  Oasis ?

Durant 23 minutes, le son et lumière Aura sublime le choeur de la basilique Notre Dame.
Durant 23 minutes, le son et lumière Aura sublime le choeur de la basilique Notre Dame. - Jean-Claude Urbain

Montréal a tellement le sens du spectacle qu’elle lui a dédié un quartier. En hiver, l’immense patinoire de l’esplanade Tranquille y accueille jusqu’à 400 personnes entre salles de théâtre et de cinéma. Covid oblige, l’Igloofest, qui rassemble traditionnellement les fêtards sur le Vieux-Port, a été reporté. Mais du 17 au 27 février 2022,  Montréal en Lumière est bien maintenu. Cet événement éclectique et gratuit s’empare chaque année du  Quartier des Spectacles pour célébrer la saison froide. Sa 23e édition invente « le patin culturel » avec un sentier de glace qui serpente entre projections géantes, scènes musicales et haltes gastronomiques.

C’est également dans ce quartier animé que sont réunies les principales installations de Luminothérapie. Composé d’œuvres interactives, ce parcours haut en couleur achève de donner des allures de fête à la nuit montréalaise.

En hiver, la rue Sainte Catherine se transforme en village piéton aux abords de la Place des Arts.
En hiver, la rue Sainte Catherine se transforme en village piéton aux abords de la Place des Arts. - Jean-Claude Urbain

Une ville-monde

Loin des clichés qui collent aux métropoles américaines, Montréal est une cité accueillante où l’on peut prendre le temps de déambuler sous la neige. Pour un nécessaire rappel historique, la balade commence au musée d’archéologie de Pointe-à-Callière, élevé à l’endroit précis où les missionnaires français fondèrent la colonie de Ville-Marie en 1642, et où fut aussi négociée la Grande Paix avec les Iroquois.

La rue Saint Paul, qui traverse le Vieux Montréal, fut la toute première artère de la ville.
La rue Saint Paul, qui traverse le Vieux Montréal, fut la toute première artère de la ville. - Jean-Claude Urbain

À l’extérieur, deux options se présentent. D’un côté, le Vieux-Port et sa promenade qui guide badauds et patineurs du canal Lachine à la Grande Roue la plus haute du Canada. De l’autre, le Vieux-Montréal et ses bâtisses historiques. De la rue Saint-Paul à la place Jacques-Cartier, ce secteur aux rues pavées est aujourd’hui jalonné de boutiques, de restaurants, de musées et de galeries d’art.

À la tombée de la nuit, les projections du parcours Cité Mémoire proposent d’y remonter le temps de façon ludique et poétique. Enrichie par les fonctionnalités interactives de l’application Montréal en histoires, cette installation multimédia illustre le savoir-faire technologique des Québécois, jamais à court d’idées pour valoriser leur patrimoine.

Les installations colorées de Luminothérapie donnent des allures de fête à la Place d Armes.
Les installations colorées de Luminothérapie donnent des allures de fête à la Place d Armes. - Jean-Claude Urbain

Au-delà du minuscule Quartier Chinois, la découverte se poursuit au Centre-Ville, dont le panorama architectural incarne à lui seul l’originalité de Montréal, entre démesure nord-américaine et classicisme européen. Autour de l’avenue Sherbrooke, on admire les opulentes propriétés du Mille Carré Doré où se concentrait, au début du XXe siècle, les deux tiers de la richesse du Canada. Les grands magasins de la rue Sainte-Catherine orientent ensuite les visiteurs vers le Quartier Latin et le boulevard Saint-Laurent qui séparait jadis l’ouest anglophone et de l’est francophone.

Pour embellir ses quartiers et amener l Art au plus près de sa population, Montréal organise un concours annuel de peinture murale.
Pour embellir ses quartiers et amener l Art au plus près de sa population, Montréal organise un concours annuel de peinture murale. - Jean-Claude Urbain

Rejoindre le Plateau Mont-Royal par cette artère à la fois populaire et branchée, c’est aussi remonter les étapes du peuplement récent de Montréal. Cette partie de la ville est une succession de secteurs aux couleurs du monde entier. Villages portugais, juif, hongrois, arabe, haïtien et italien illustrent le concept du multiculturalisme canadien.

Au nord du Plateau, le Mile End est devenu le creuset artistique de la ville. De gigantesques peintures murales en petites boutiques insolites, la créativité est partout. Si un quartier résume à lui seul l’esprit punk et festif de Montréal, c’est bien celui-ci. Un habitant sur dix y vit de l’art ou du spectacle ! 

Y aller

Dans le contexte actuel de pandémie, tous les voyageurs désirant se rendre au Canada doivent soumettre leurs informations sur l’application ArriveCan.

Cet hiver, Air Transat dessert quotidiennement Montréal depuis Paris, à partir de 269 € A/R (billets modifiables sans frais jusqu’à 24h avant le départ). Comptez 7h45 de vol. L’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau n’est situé qu’à 20 minutes du Centre-Ville. À noter que pour la saison estivale, la compagnie canadienne desservira la destination depuis 8 aéroports français, avec un programme de connexion TGV « Train + Air » au départ de 18 villes.

Consacrée « Meilleure compagnie du monde » dans la catégorie Loisirs par les passagers aux Awards Skytrax, Air Transat renouvelle actuellement sa flotte avec des Airbus A321neoLR. Elle consolide ainsi son engagement en matière de tourisme responsable. Cet appareil de nouvelle génération, au confort de bord accru, affiche, en effet, la consommation et les émissions de gaz à effet de serre les plus basses de sa catégorie. Pour diminuer son empreinte environnementale, la compagnie s’est par ailleurs rapprochée du consortium SAF+ qui étudie le remplacement du kérosène fossile par un électro-carburant durable.

Se loger

Face à la basilique Notre-Dame, l’hôtel Place d’Armes est situé à la limite du Vieux-Montréal et du Quartier Chinois. Idéal pour s’élancer à la découverte pédestre de la ville. L’établissement, qui réunit quatre édifices néo-classiques du XIXe siècle, dispose de très grandes chambres pour déballer toute sa panoplie d’hiver. Les déjeuners dans sa Brasserie 701 y sont particulièrement savoureux et copieux. Aux beaux jours, sa terrasse de toit se transforme en bar lounge.

Se restaurer

Montréal est une destination gourmande. Mais en traversant l’Atlantique, il faut se mettre à l’heure locale. « Icitte », on commence la journée par un déjeuner. À midi, on dîne. Et le soir, on soupe. Outre les incontournables poutines et bagels, les découvertes culinaires sont inépuisables, depuis les établissements chics du Vieux-Montréal au marché Jean-Talon de la Petite Italie. Avant la pandémie, la ville pouvait se vanter de posséder la plus grande concentration de restaurants en Amérique du Nord, juste derrière New York. Parmi ceux qui ont résisté à la crise sanitaire, citons Les Enfants terribles qui permet, depuis le 44e étage de l’édifice Ville-Marie, de s’attabler face à une des plus belles vues sur la ville. Au moment de payer la note, attention de ne pas oublier d’ajouter 15% pour le service.

À faire

En japonais, Bota Bota signifie « goutte d’eau ». Un joli nom de baptême pour un espace zen, délicatement bercé par le courant du Saint-Laurent. Premier spa flottant au monde, le Bota Bota est installé dans un ancien traversier amarré au Vieux-Port. Avec le Vieux-Montréal en toile de fond, l’établissement propose un « circuit d’eaux » aux vertus à la fois relaxantes et vivifiantes. Saunas, bains à vapeur, bains à remous, bains froids, espaces de détente et salons de massage sont répartis sur les cinq ponts du bateau et sur un nouvel espace à terre, où règne le silence.

Renseignement

En plus de recenser toutes les activités, quartier par quartier, le site officiel de Tourisme Montréal permet de planifier son séjour et de se tenir informé des dernières mesures sanitaires.