La Clusaz, la plus authentique des petites stations de ski

Montagne En hiver, le raclement des perches à skis remplace le tintement des cloches sur les alpages de La Clusaz. Sportive et conviviale, la station-village a conservé un charme très pastoral

Jean-Claude Urbain pour 20 Minutes
— 
On trouve toujours de nombreux mazots à La Clusaz. Ils étaient utilisés jadis pour stocker les biens précieux des familles, loin des cheminées et des risques d'incendie.
On trouve toujours de nombreux mazots à La Clusaz. Ils étaient utilisés jadis pour stocker les biens précieux des familles, loin des cheminées et des risques d'incendie. — Jean-Claude Urbain

Le succès n’a jamais terni son cachet. Aux pieds de la chaîne des Aravis, La Clusaz a profité de sa position privilégiée pour devenir une des plus dynamiques stations-villages de Haute-Savoie. Plusieurs fois visitée par le Tour de France, elle a accueilli plus de 20 manches de Coupe du monde de ski. Mais la bourgade alpestre a su aussi rester typiquement montagnarde, avec ses fermes pittoresques, ses vieux mazots et son église Sainte-Foy au clocher à bulbe.

Prisée par les amateurs de freeride, la chaîne des Aravis se prête aussi à des activités plus douces comme la randonnée en raquettes.
Prisée par les amateurs de freeride, la chaîne des Aravis se prête aussi à des activités plus douces comme la randonnée en raquettes. - Jean-Claude Urbain

Étape incontournable sur la route reliant Annecy à Thônes, en direction de Chamonix, le col des Aravis était déjà vanté, à la fin du XIXe siècle, pour la splendeur de son panorama. La fréquentation touristique toujours plus importante de ce vaste promontoire, perché à 1.486 mètres, a été une aubaine pour La Clusaz. Aux abords du col, ses alpages ont attiré les skieurs dès les années 1930.

Dans les décennies qui ont suivi, les équipements de montagne installés par quelques locaux visionnaires ont confirmé la tendance. Puis à partir des années 1970, la municipalité s’est à son tour lancée dans l’aventure des sports d’hiver en organisant la desserte des massifs et en intégrant habilement télésièges, télécabines et parkings au paysage.

La culture de la glisse

Aujourd’hui, grâce à la neige de culture, la saison de ski s’étire de début décembre à fin avril sur ce domaine à taille humaine. Valable sur la station voisine de Manigod, le forfait donne accès à 49 remontées mécaniques et 211 km de pistes, pour partager le terrain de jeu des sportifs locaux. La petite société traditionnelle de La Clusaz a, en effet, accouché de nombreux surdoués.

À Manigot, la Route des chapelles dédiées aux Saints protecteurs des cultures témoigne du profond ancrage paysan de la région.
À Manigot, la Route des chapelles dédiées aux Saints protecteurs des cultures témoigne du profond ancrage paysan de la région. - Jean-Claude Urbain

À chaque génération ses champions. En 1960, Guy Périllat fut le premier Cluse à se distinguer sur la scène internationale en décrochant le titre olympique du combiné le jour de ses 20 ans. L’année d’après, le quotidien sportif L’Équipe le désignait « Champion des champions français ».

Couvés au Club des sports du village, Raphaëlle Monod et Edgar Grospiron placèrent à leur tour la station dans la lumière, en collectionnant les médailles en ski de bosses. Le début des années 2000 vit le sacre mondial de Régine Cavagnoud en Super G et de Vincent Vittoz en ski de fond, tandis que les verticalités des Aravis révélèrent des fous de la glisse, comme le freerider Seb Michaud et le skieur freestyle Candide Thovex, cinq fois vainqueur aux X Games, la plus importante compétition de sports extrêmes.

Le goût des bonnes choses

Parallèlement à une offre hôtelière de qualité, mais vite saturée, de vastes chalets et des fermes rénovées proposent des solutions d’hébergement alternatives à La Clusaz. La collection OVO Network regroupe ainsi, sur la commune, 34 adresses aux styles très différents. Nouveau venu dans ce réseau haut de gamme, le chalet Riparian offre à ses convives un sentiment d’isolement, en bordure de ruisseau, mais à seulement 200 mètres des animations.

En hiver, l'activité bat son plein au c?ur de La Clusaz, autour de l'église Sainte-Foy.
En hiver, l'activité bat son plein au c?ur de La Clusaz, autour de l'église Sainte-Foy. - Jean-Claude Urbain

Au coin de l’âtre, une grande table invite à partager la fondue arrosée d’un vin blanc de Savoie. C’est qu’on sait se faire plaisir au pays du reblochon fermier ! Au Télémark Café, inutile de déchausser ses skis pour savourer un verre de génépi face à la chaîne des Aravis. Ce restaurant festif assure l’ambiance sur la piste de l’Étale, grâce à la programmation musicale décalée de Radio Meuh.

Diffusé depuis le cœur du village, ce pur produit local est une des webradios indépendantes les plus écoutées de France. Avec la fête du reblochon, le Radio Meuh Circus Festival est devenu un des temps forts de l’année à La Clusaz. Particulièrement attendue, sa prochaine édition se tiendra du 30 mars au 3 avril 2022.

Le magnifique lac d?Annecy n'est qu'à 30 minutes en voiture de La Clusaz. Ses eaux sont réputées pour être les plus propres d'Europe.
Le magnifique lac d?Annecy n'est qu'à 30 minutes en voiture de La Clusaz. Ses eaux sont réputées pour être les plus propres d'Europe. - Jean-Claude Urbain

Se loger

Fondé en 2010 à Manigod par le britannique Tim Andrews, le réseau OVO Network met en location quelque 230 biens d’exception, au cœur des plus belles stations alpines. Dans ces propriétés triées sur le volet, un accueil personnalisé promet des vacances de rêve. Chaque chalet peut être ainsi réservé avec les services d’un chef à domicile. Le label « Cool for Kids » prévoit, par ailleurs, un agencement spécifique et un équipement ludique des biens pour la sécurité et le plaisir des plus jeunes.

Récemment construit à La Clusaz, le Chalet Riparian vient de rejoindre ce réseau prestigieux. Sur plus de 180 m², il peut accueillir jusqu’à 12 personnes pour un séjour d'exception. Depuis cette adresse, les 211 km de pistes des Aravis sont accessibles skis aux pieds ! En plus des indispensables nécessaires à raclette et à fondue, la propriété est équipée d’armoires à skis chauffantes, d’un sauna et d’un jacuzzi extérieur avec vue sur le bas des pistes. Une fois installés, les convives peuvent oublier leur voiture. École de ski, restaurants, bars, commerces, cinéma et arrêt de bus ne sont qu’à quelques pas.

Pause-café

Il y a plusieurs raisons de s’arrêter à Lo Garajo. « Le Garage », en patois savoyard, est un café-concept installé dans un ancien atelier de mécanique sur la route qui plonge vers Manigod. Ici, tout peut s’acheter, même la tasse dans laquelle on savoure sa boisson favorite derrière l’immense baie vitrée. Créateurs de cet espace convivial et singulier, Angèle et Benjamin se sont inspirés de leurs nombreux voyages pour rassembler des objets de décoration vintage, produits de façon éthique. On trouve aussi, entre les tables, beaucoup d’artisanat local, comme la vaisselle signée Laurence André. Ouvert tous les jours de l’année, Lo Garajo propose enfin des ateliers de naturopathie et de céramique. Un véritable lieu de vie !