Rotterdam, la renaissance architecturale du Phénix hollandais

PAYS-BAS Ravagée lors de la Seconde Guerre mondiale, Rotterdam n’en finit plus de se réinventer. Le Markthal est son monument le plus singulier : une halle couverte par une arche de logements

Jean-Claude Urbain pour 20 Minutes

— 

Le Markthal a été inauguré le 1er octobre 2014. Depuis les appartements qui composent sa voûte, la vue sur le marché est vertigineuse. Lancer le diaporama
Le Markthal a été inauguré le 1er octobre 2014. Depuis les appartements qui composent sa voûte, la vue sur le marché est vertigineuse. — Jean-Claude Urbain

Pour les amateurs d’ouvrages contemporains, la deuxième ville des Pays-Bas est une destination incontournable. Le temps d’un week-end, il est en effet possible à Rotterdam de mesurer l’ampleur du chantier qui l’a tirée de ses cendres.

Réduit à néant le 14 mai 1940 lors d’un bombardement acharné de la Luftwaffe allemande, le centre-ville de Rotterdam est devenu un immense terrain d’expérimentations architecturales. Aujourd’hui, seule l’église Saint-Laurent témoigne de son passé médiéval. Tous les autres bâtiments sont sortis de terre au cours des dernières décennies.

La Toren op Zuid et le Rotterdam Building annoncent une skyline d’immeubles extravagants en bord de Meuse.
La Toren op Zuid et le Rotterdam Building annoncent une skyline d’immeubles extravagants en bord de Meuse. - Jean-Claude Urbain

L’excentricité de certaines réalisations fait écho à l’énergie vitale qui a permis à la cité de ressusciter. D’abord saturée de béton par des projets de reconstruction hâtifs, Rotterdam a retrouvé sa gaîté en laissant le champ libre à l’imagination des urbanistes. La gare centrale en aileron de requin, le pont Érasme maintenu par ses haubans d’acier et le pont piétonnier Luchtsingel au sol flashy ne sont que quelques exemples de l’audace hollandaise.

Sur la place du Binnenrotte, les « maisons cubes » aux murs obliques et la tour Blaak surnommée « le Crayon » étonnent encore plus. C’est face à ces réalisations déroutantes qu’a été érigé le monumental Markthal.

Dans le quartier Hofplein, le réseau de passerelles sécurisées Luchtsingel est issu d’un financement participatif.
Dans le quartier Hofplein, le réseau de passerelles sécurisées Luchtsingel est issu d’un financement participatif. - Jean-Claude Urbain

Un Walhalla alimentaire

Cette grande halle, longue de 120 mètres pour 40 mètres de haut, est la nouvelle icône de Rotterdam. Le Markthal est le premier marché couvert de produits frais aux Pays-Bas. Le caractère unique de ce monument ne tient pas simplement à sa forme et à sa taille, mais aussi à la manière dont ses différentes fonctions sont imbriquées les unes aux autres. On ne trouve nulle part ailleurs dans le monde un tel ensemble combinant sous un seul et même toit un grand marché couvert, des magasins d’alimentation, des zones dédiées à la restauration, un supermarché, des appartements et un parking souterrain.

Les stands qui occupent son rez-de-chaussée sont abrités par une arche en forme de fer à cheval inversé, constituée de 228 logements. Au sommet de la voûte, prestige rime avec vertige : 24 penthouses possèdent des planchers vitrés donnant une vue plongeante sur le marché !

Unique au monde

Plus que tout autre bâtiment, le Markthal est une vraie affirmation de la politique urbaine de Rotterdam : un lieu ouvert sur l’extérieur, accueillant, mais également protecteur. Les extrémités de sa structure doivent en effet rester fermées pour éviter que les courants d’air et les pluies ne s’engouffrent à l’intérieur. Afin de maintenir ces entrées aussi transparentes que possible, les architectes ont opté pour des parois en verre, maintenues par des câbles en acier. L’agencement de ces derniers est comparable au cordage d’une raquette de tennis. Les câbles disposent ainsi d’une certaine souplesse permettant à ces immenses surfaces vitrées de supporter la pression d’éventuelles tempêtes.

Vue sur le marché couvert depuis l’un des appartements de la voûte.
Vue sur le marché couvert depuis l’un des appartements de la voûte. - Jean-Claude Urbain

Ces parois transparentes rendent visibles depuis la rue la création artistique qui orne la surface interne du Markthal et attise, par ses formes et ses couleurs, la curiosité du public. Étendue sur 11.000 m², la Hoorn Des Overvloeds (la Corne d’abondance) est l’une des plus grandes œuvres d’art du monde ! Imaginée par les néerlandais Arno Coenen et Iris Roskam, cette impression numérique a bénéficié de la technologie des studios d’animation Pixar. L’œuvre est une illusion photographique 3D de produits frais, de viandes, de poissons et de pains autour desquels tourbillonnent des fleurs et des insectes : une variation moderne autour des natures mortes des maîtres hollandais du XVIIe siècle. Faire ses courses sous une telle réalisation est une expérience unique. On la compare déjà au plafond de la Chapelle Sixtine !

Y aller

Depuis Paris Nord, le train Thalys rejoint Rotterdam en 2h40.

Se déplacer

Le Markthal est situé face à la gare interurbaine Blaak devant laquelle s’arrêtent de nombreux bus et tramways. Ses souterrains peuvent également accueillir 1.200 voitures et 800 vélos.

Se loger

Au bord de la Meuse, le très cosy Mainport Hotel est idéalement situé, face à la sortie de métro Leuvehaven.