La Réunion: une île aux paysages dantesques, taillés pour la randonnée

OUTRE-MER Destination sportive par excellence, l’île de La Réunion réserve ses reliefs tourmentés aux amateurs de vacances actives

Jean-Claude Urbain pour 20 Minutes

— 

Symbole de la Réunion, le cirque de Mafate est une forteresse naturelle réservée aux marcheurs aguerris. Lancer le diaporama
Symbole de la Réunion, le cirque de Mafate est une forteresse naturelle réservée aux marcheurs aguerris. — Jean-Claude Urbain

La Réunion a un tempérament de feu. Surgie avec fracas de l’océan Indien il y a trois millions d’années, cette île volcanique n’est pas du genre à se laisser bercer par le souffle chaud des alizés. Les flancs abrupts et luxuriants qu’elle dresse sous le tropique du Capricorne sont plus propices aux activités sportives qu’aux paresses lascives. De ses origines tumultueuses, ce département d’outre-mer conserve des pitons dépassant les 3.000 mètres d’altitude, des caldeiras aux remparts verticaux et des cratères capricieux, qui expriment régulièrement leur puissance tellurique.

Pour protéger cet univers singulier, peuplé de nombreuses espèces endémiques, un parc national a été créé sur 42% du territoire réunionnais. Et pour le découvrir, plus de 1.000 kilomètres de chemins pédestres y ont été aménagés. De la balade de quelques heures à la traversée de plusieurs jours, il y en a pour tous les goûts. L’île compte notamment trois sentiers de grande randonnée, dont le R1, élu GR préféré des Français en 2019.

Dans le cirque de Cilaos, les cascades invitent les randonneurs à reprendre leur souffle.
Dans le cirque de Cilaos, les cascades invitent les randonneurs à reprendre leur souffle. - Jean-Claude Urbain

D’un cirque à l’autre

Dans les « Hauts » de la Réunion, trois grands cirques naturels constituent pour les marcheurs un terrain de jeu inépuisable. Depuis les « Bas », on y accède en remontant des gorges verdoyantes où résonne le tumulte des torrents. Traversés par le fameux GR R1, ils sont tous habités, ceinturés de parois vertigineuses et tailladés de ravines profondes. Salazie, le plus arrosé des trois, est le domaine privilégié des cascades et des forêts tropicales. Cilaos, le plus méridional, forme une immense cuvette où se love une délicieuse bourgade thermale à l’ombre des plus hauts sommets de l’île : le piton des Neiges et le Gros Morne. Mafate, enfin, est le plus enclavé. Le plus sauvage aussi.

Le ravitaillement par hélicoptère, les panneaux solaires et le réseau téléphonique sont ici les seules concessions à la modernité. Privé de tout accès routier, ce cirque d’environ 100 kilomètres carrés ne se découvre qu’à la force des mollets. Quelque 150 kilomètres de sentiers relient un ensemble de plateaux appelés îlets, qui récompensent les braves par des panoramas à couper le souffle.

Le relief sensationnel de Mafate se dévoile depuis le belvédère du Maïdo.
Le relief sensationnel de Mafate se dévoile depuis le belvédère du Maïdo. - Jean-Claude Urbain

Un paysage en mouvement

Sur la partie sud de la Réunion, la menace permanente du volcan impose le respect. C’est généralement dans la vaste pente du Grand Brûlé que se déversent, depuis des centaines d’années, les coulées de lave issues d’un des systèmes volcaniques les plus actifs de la planète. Le piton de la Fournaise crache son magma approximativement tous les dix-huit mois. Ces éruptions successives ont dessiné un relief dantesque, mais facilement accessible.

Vestige de l’ancienne caldeira du volcan, la plaine des Sables projette les visiteurs sur une autre planète. Cette vaste étendue lunaire est l’antichambre de la bête. L’approche de son « Enclos » peut se poursuivre en voiture jusqu’au pas de Bellecombe. Au-delà, ce n’est qu’à pied que l’on sent battre les pulsations de l’île. Dans la caldeira actuelle, le sentier balisé, qui se hisse vers le cône du piton Dolomieu, avait été coupé par l’éruption de 2018. Sa réouverture récente permet aux randonneurs d’évoluer dans un chaos multicolore de rivières figées. Mais attention, le cœur volcan est toujours ardent. En contrebas, dans le Grand Brûlé, la coulée d’octobre 2019 crépite encore sous la pluie…

La plaine des Sables qui précède l'Enclos du volcan est accessible en voiture.
La plaine des Sables qui précède l'Enclos du volcan est accessible en voiture. - Jean-Claude Urbain

Y aller

Les saisons à la Réunion sont inversées par rapport à la Métropole. L’été austral, qui s’étire de novembre à avril, est marqué par de fortes précipitations, des températures élevées, et donc, un risque cyclonique. Entre mai et octobre, l’hiver austral, plus frais et sec, est la meilleure période pour randonner.

Bon plan

Pour les visiteurs souhaitant découvrir l’île en marchant, mais sans se lancer sur un circuit de plusieurs jours ni se soucier de logistique, le Bureau Montagne Réunion propose des randonnées à la journée, à partir de 50 euros. Encadrées par des accompagnateurs diplômés, ces sorties sont différentes chaque jour : le lundi, Bélouve, le mardi, Mafate, le mercredi, la Fournaise, etc. Tous les départs sont garantis, même pour un seul participant.

Se loger

Le Diana Dea Lodge est dissimulé dans un vaste parc surplombant la côte est de la Réunion. Raffinée et discrète, cette adresse de charme propose deux sentiers pédestres permettant d’observer les cerfs qui circulent librement dans la propriété.

Isolé dans un écrin de nature tropicale, le Palm Hotel & Spa domine, quant à lui, la photogénique baie de Grande Anse. Cet établissement 5 étoiles offre un balcon de rêve pour admirer les couchers de soleil et le souffle des baleines en sirotant un cocktail.

Alliant le confort optimal d’une résidence et le service personnalisé d’un hôtel haut de gamme, le Ness by D-Ocean est le cadre idéal d’un séjour en famille. Ses vastes chambres sont toutes équipées d’une kitchenette et sa piscine à effet miroir s’ouvre sur les eaux turquoise du lagon.

Des gîtes accueillent enfin les randonneurs dans les hameaux du cirque de Mafate. À Aurère, le Poinsetia est tenu avec bonne humeur par madame Boyer, qui régale chaque soir ses convives de saveurs traditionnelles. Ambiance garantie autour de ses grandes tablées à l’heure du rhum arrangé !

À faire

L’hélicoptère met les subtilités du relief réunionnais à la portée du plus grand nombre. Sept jours sur sept, la compagnie Helilagon propose différentes formules, toutes inoubliables, du survol de Mafate en 15 minutes à celui de tous les incontournables en 55 minutes. Une navette gratuite transporte les passagers de leur logement jusqu’à la base de Saint-Gilles, où les rotations s’étalent de 6h30 à 20h. Notre conseil : privilégier un horaire matinal, avant la formation des nuages !

Renseignements

Tous les atouts naturels et culturels de l’île sont à découvrir sur le site du Comité régional de tourisme de la Réunion.