Athènes voue un culte à la bonne chère depuis l’Antiquité

GASTRONOMIE Savoureuse et généreuse, la cuisine grecque est un succulent prétexte pour découvrir la capitale

Jean-Claude Urbain pour 20 Minutes

— 

Au pied de l’Acropole, les oliviers de la colline Philopappou rappellent le lien historique qui unit la cuisine grecque à l’huile d’olive. Lancer le diaporama
Au pied de l’Acropole, les oliviers de la colline Philopappou rappellent le lien historique qui unit la cuisine grecque à l’huile d’olive. — Jean-Claude Urbain

Si Athéna a donné son nom à leur ville, les Athéniens se revendiquent davantage de son demi-frère, Dionysos. À la déesse antique de la sagesse, les habitants de la capitale grecque préfèrent en effet le dieu de l’extase et de l’ivresse. Dans les tavernes d’Athènes, chaque repas ressemble à une cérémonie gourmande. Sous le haut patronage de la sacro-sainte huile d’olive, la cuisine grecque est un concentré de saveurs méditerranéennes, relevées d’herbes aromatiques.

Avant de se mettre à table, il convient toutefois de rectifier certains malentendus. Lorsqu’on évoque la cuisine hellénique, les feuilles de vignes farcies dolma, la purée de pois chiches houmous ainsi que les gâteaux fourrés aux noix baklava viennent spontanément à l’esprit. Erreur ! Toutes ces spécialités sont orientales. Les deux premières sont turques et la troisième libanaise.

Une fois servi, un café grec ne se remue pas ! On indique la quantité de sucre souhaitée à la commande.
Une fois servi, un café grec ne se remue pas ! On indique la quantité de sucre souhaitée à la commande. - DR

Une institution matinale

La proximité de la Grèce avec la Turquie a depuis toujours facilité les échanges gastronomiques. Mais n’allez pas dire à un Grec qu’il boit du café turc ! Ce breuvage est indissociable du rythme de vie local. Non filtré, il réclame en effet de longues minutes de patience avant d’être dégusté. Les Athéniens, qui n’ont pas l’habitude de manger de bon matin, s’en contentent souvent au petit-déjeuner. Résultat, leurs estomacs commencent à se plaindre en milieu de matinée. Le koulouri a pour mission de les calmer. Ce pain rond couvert de graines de sésame est vendu à chaque coin de rue. Les choses sérieuses, elles, ne commencent véritablement qu’en milieu d’après-midi… La Grèce est le pays européen où les repas sont les plus tardifs.

L’embarras du choix

Aux alentours de 15 heures, les ventres qui grognent depuis déjà longtemps sont sur le pied de guerre. Heureusement, dans une ville aussi vivante qu’Athènes, le hasard fait souvent bien les choses. Il ne faut donc pas hésiter à lui faire confiance au moment de faire bombance. Occupé à l’époque ottomane par un immense bazar, le quartier Monastiraki n’a rien perdu de son caractère oriental. Dans ses innombrables tavernes, les hostilités débutent donc avec un mezze qui, comme partout au Levant, consiste en un assortiment d’entrées variées. Cette farandole de saveurs est menée par l’incontournable salade grecque choriatiki, composée de tomates, de concombres, d’oignons, d’olives et de feta. La salade d’aubergines, les calmars frits, les poivrons farcis, la charcuterie pastourma, les feuilletés au fromage tiropita et autres concombres tzatziki participent à cette introduction multicolore, copieuse et bon marché.

Le mezze, assortiment coloré d’amuse-gueules, s’arrose traditionnellement d’ouzo anisé servi très frais.
Le mezze, assortiment coloré d’amuse-gueules, s’arrose traditionnellement d’ouzo anisé servi très frais. - Jean-Claude Urbain

Des banquets dionysiaques

Quelques verres d’ouzo, l’apéritif anisé national, s’imposent avant d’envisager le plat de résistance. Entre les brochettes souvlaki, les boulettes de viande hachée keftédès, et l’emblématique moussaka au mouton, les carnivores ont l’embarras du choix. Mais les amateurs de poisson ne sont pas en reste. La Grèce est depuis toujours tournée vers la mer. Sur le port du Pirée, on se régale de rougets, de daurades et de crustacées dans des salles combles, bercées par des mélodies de mandoline bouzouki. Après ces agapes, les gourmands se donnent rendez-vous dans le quartier bohème d’Anafiotika pour partager une pâtisserie ou un yaourt au miel. Accroché sur les flancs de l’Acropole, ce labyrinthe de ruelles est un îlot urbain où fleurissent les terrasses de café. Et tandis que le marc se dépose lentement au fond de leur tasse, les Athéniens au ventre plein réfléchissent déjà au festin qui les attend à 22 heures, pour le dîner !

L’hôtel Grande-Bretagne est une adresse prisée des soirées athéniennes. Au crépuscule, son bar-restaurant de toit offre une vue magique sur la ville.
L’hôtel Grande-Bretagne est une adresse prisée des soirées athéniennes. Au crépuscule, son bar-restaurant de toit offre une vue magique sur la ville. - Jean-Claude Urbain

Se loger

Idéalement situé sur la place Syntagma, le Grande-Bretagne est la référence de l’hôtellerie athénienne depuis 1874. Cet établissement 5 étoiles au charme très aristocratique est l’adresse des chefs d’États et des célébrités de passage dans la capitale. Un repas sur son toit-terrasse est une délicieuse expérience, au tarif abordable. Accessible aux non-résidents de l’hôtel.

Se restaurer

Depuis l’Antiquité, l’huile d’olive, le vin et la pêche sont au cœur de l’identité grecque. Fier de cet héritage, le chef Lefteris Lazarou consacre son restaurant Varoulko aux produits de la mer. Sa carte très créative fait ainsi la part belle aux poissons et aux légumes de saison. Installé au bord de l’eau, sur la marina du Pirée, l’établissement se veut non seulement traditionnel, mais également innovant. En 2002, il fut le premier ambassadeur de la cuisine grecque à recevoir une étoile Michelin.

À faire

Du vendeur ambulant de koulouri aux boutiques d’herbes aromatiques, de pastourma et d’huile d’olive, en passant par le marché central, le « Food Tour » d’Athènes est une expérience totale. Organisé par Athens Walking Tours, ce périple gastronomique explore la face cachée de la ville, à la découverte du meilleur de la cuisine grecque. Après avoir goûté à toutes les saveurs locales, il est possible d’apprendre à réaliser quelques spécialités à l’occasion d’une leçon de cuisine. Dans la taverne Klimataria, Maria Sotou transmet avec passion des recettes basées sur la simplicité. Une initiation qui s’achève traditionnellement en festin !