Destination le Val de Loire pour une immersion en pleine nature

Escapade Cet automne, on prend le temps d'apprécier le rougeoiement des frondaisons en se prélassant le long des étangs du Centre-Val de Loire

Agence pour 20 Minutes

— 

La nature dévoile ses secrets aux spectateurs curieux et patients. Lancer le diaporama
La nature dévoile ses secrets aux spectateurs curieux et patients. — Thinkstock

D’immenses forêts, des milliers d’étangs, une collection de châteaux, de parcs et de jardins : la région Centre-Val de Loire est le lieu idéal pour éveiller ses sens à une nature sans cesse renouvelée. Tantôt sauvages, tantôt secrets, grandioses ou récréatifs, les paysages y sont multifacettes. On s’y évade à vélo sur 3.400 km d’itinéraires, on surprend le vol chaloupé d’une sarcelle d’été dans la Brenne, on perce les mystères des étangs embrumés de Sologne, on prend le temps de vivre dans le Perche, on retrouve les plaisirs de l’école buissonnière en forêt d’Orléans et on vogue sur la Loire.

Romantisme bucolique

Sur près de 500.000 ha, dans la boucle de la Loire entre Gien et Blois, la Sologne compte quelques milliers d’étangs, de tourbières, de rivières et de fossés la classant zone humide d’intérêt international. Parsemée de clairières et de vastes landes, elle offre un formidable réservoir pour la faune et la flore, qui se dévoilent seulement aux plus curieux. Très boisée, elle propose aux amoureux une ambiance intimiste et confidentielle. Ses grandes forêts fournissent de multiples cachettes aux cerfs, chevreuils et sangliers, qui prospèrent tranquillement dans les sous-bois aux effluves de chèvrefeuille.

Vie sauvage

Si la grande aigrette et le grand cormoran ont établi leurs quartiers d’hiver en Sologne, le canard souchet, le canard chipeau, la bécassine des marais et le bihoreau lui préfèrent la Brenne, sublime cabinet de curiosités où les noms d’oiseaux ne sonnent jamais comme une insulte. Entre abécédaire merveilleux et inventaire féerique, ses étangs sont, depuis le Moyen Age, le siège d’une vie sauvage intense. Paradis des naturalistes, la Brenne compte aussi 11 espèces de reptiles, 39 de mammifères et plus de 15.000 d’insectes !

Balade champêtre

Eden de senteurs envoûtantes, la forêt d’Orléans égrène un chapelet d’écrins verdoyants et aromatiques qu’il est bon de humer. Blotties au pied d’un arbre ou cachés sous des tapis de feuilles dorées, près de 400 variétés de champignons animent les sorties mycologiques. Arnica, persil des montagnes, bugle pyramidale ou séneçon à feuilles d’Adonis : tel un herbier grandeur nature, on y apprend aussi à démasquer de rares spécimens. Ce patrimoine végétal unique peuple de longues allées cavalières au cœur de parcelles tapissées de fougères.

La dolce vita à la campagne

Des collines couronnées de forêts, des forêts qui flirtent avec le climat océanique, un climat propice aux cultures : le Perche est une terre privilégiée. Ici, les sous-bois s’habillent de jacinthes et de myrtilles ! Cette décoration fleurie est appréciée des habitants les plus proches : cerf, chevreuil, martre, rapaces et le discret chat sauvage. Véritable colonne vertébrale du Perche, l’Huisne est la rivière star du territoire. Ses eaux fraîches et pures attirent des passionnés qui viennent y hameçonner la truite fario, le chabot, ainsi que l'écrevisse à pattes blanches (l'espèce étant en danger, la pêche n'est autorisée que dix jours par an).

Au bord de l’eau

Certainement parmi les plus riches et variés de France, les paysages verdoyants et les îles mordorées du Val de Loire se révèlent être une succession de tableaux naturels sans cesse renouvelés : des forêts alluviales aux bancs de sable dénudés en passant par ses terrasses buissonneuses, il offre mille visages que l’on découvre en bateau traditionnel, en canoë-kayak, à pied, à cheval ou à vélo.

Renseignements.

Rendez-vous sur le site officiel de la région pour plus d'idées d'escapades en pleine nature.