A la recherche du cœur de Montmartre

Voyage Direction le nord de la capitale pour flâner sur la légendaire colline parisienne

Agence pour 20 Minutes

— 

La construction de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre suit l'après-guerre de 1870.
La construction de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre suit l'après-guerre de 1870. — Thinkstock

« Montmartre en ce temps-là, accrochait ses lilas jusque sous nos fenêtres… », chantait Charles Aznavour. Il est vrai que ce quartier de Paris, véritable berceau artistique, continue de représenter la France d’antan, libre et bohème.

Faire son Titi parisien

Pour atteindre la butte Montmartre, il va falloir retrousser ses manches. Ou plutôt enfiler ses meilleures chaussures, puisque l’escalier de la rue Foyatier ne compte pas moins de 222 marches. Pour les moins sportifs, un funiculaire est heureusement en activité pour accéder sans effort au cœur du quartier. Une fois arrivé au sommet de la célèbre colline, à 130 m d’altitude, il faudra encore faire quelques pas pour découvrir la basilique du Sacré-Cœur. En forme de croix grecque, cet édifice construit à partir de 1875 est voué à l’adoration du Saint-Sacrement. Ainsi, de jour comme de nuit, la foule se relaye à l’intérieur de la chapelle pour une prière ininterrompue.


Non loin de là, la place du Tertre offre un spectacle qui semble avoir traversé les époques : pinceau en main, les peintres exposent leurs œuvres et tirent même le portrait des passants. Au sortir de ce « carré aux artistes », on retrouve cette ambiance bohème plus au nord, rue Cortot, en passant devant les anciennes demeures du compositeur Erik Satie, du dessinateur Edmond Heuzé ou encore du sculpteur David Laksine. Le périple culturel se poursuit plus au sud avec l' Espace Dali, où là encore l’art est à l’honneur.

Paris pittoresque

Pas de restaurant pompeux ni de sandwich sur le pouce ; la petite pause gourmande se fait rue Lepic, aux Deux Moulins, le café culte du film Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain. Une fois rassasié, il sera grand temps d’aller musarder au royaume du tissu, le bien nommé marché Saint-Pierre, sans oublier de contempler le théâtre de l'Atelier, l’un des passages obligatoires de tout séjour parisien, classé aux monuments historiques.


Le soir venu, les ailes du Moulin Rouge s’illuminent et attirent de nombreux curieux venus du monde entier. À l’intérieur de ce cabaret féerique, lieu fétiche du peintre Toulouse-Lautrec, des danseuses de revues vêtues de strass et de paillettes enflamment la piste et les sens au rythme du french cancan.

Renseignements.

Vous pouvez joindre l’office de tourisme de Montmartre par téléphone au 01 42 62 21 21 ou par courriel à : info@montmartre-guide.com