L'Andalousie, itinéraire éblouissant sur les traces de l'art maure

ESPAGNE Plus que les plages de sable chaud et un soleil divin, la belle andalouse raconte une histoire à ses visiteurs : celle d'un métissage culturel bien visible à chaque coin de rue.

Agence pour 20 Minutes

— 

La mosquée-cathédrale de Cordoue est une splendeur architecturale unique au monde.
La mosquée-cathédrale de Cordoue est une splendeur architecturale unique au monde. — Thinkstock

Pays assez proche de la France pour permettre des vacances à moindre coût, on pourrait croire que l’Espagne offre moins de dépaysement qu’une destination plus exotique. Impression bien naïve. Entre la dégustation de tapas et les festivités nocturnes pittoresques, l’histoire de ce territoire se révèle au visiteur dans chaque pierre, chaque pavé, particulièrement dans la communauté autonome de l’Andalousie, au sud du pays.

A près de dix heures de voiture depuis la frontière française, nous sommes accueillis par des champs d’oliviers à perte de vue. Mais c’est là le seul clin d’œil aux Provençaux de passage : ici, le décor méditerranéen rappelle que le détroit de Gibraltar n’est pas loin. Des villages de maisons blanches étincellent sur le sol de couleur ocre, entre les myriades d’orangers qui composent les jardins : les paysages ont un parfum d’ailleurs, de doux effluves orientaux…

De la mosquée à la cathédrale

C’est dans ce décor épicé que se dresse Cordoue, dont la beauté a été classée au patrimoine de l’Unesco. La cité est un livre ouvert sur l’histoire de l’Andalousie.
Rassemblant les vestiges de sept siècles d’occupation romaine, le musée archéologique situé sur la place Jerónimo Páez expose les gradins d’un théâtre antique alors que la Juderia, le quartier juif, donne à voir de superbes patios. Mais c’est vers la mosquée-cathédrale, symbole de tolérance, que se tournent tous les regards.

Chef-d’œuvre de l’architecture maure composé de 854 colonnes de granit, le monument a été édifié au cours des cinq siècles de domination arabe, période faste pour la province andalouse. Devant tant de perfection architecturale, les rois chrétiens n’ont pas pu se résoudre à tout détruire, malgré la rage de la Reconquête entreprise au XIIIesiècle. Ils ont alors érigé une cathédrale à l’intérieur de la mosquée. En un même lieu saint cohabitent donc deux religions, offrant un contraste saisissant entre la légèreté orientale et l’aspect massif et grandiose de l’art gothique et baroque occidental. Plus encore, la Mezquita-Catedral illustre l’esprit andalou qui arbore aujourd’hui avec fierté un métissage culturel et religieux séculaire.

La mosquée-cathédrale est le monument le plus important de tout l'Occident islamique.
La mosquée-cathédrale est le monument le plus important de tout l'Occident islamique. - Thinkstock

De l’art mudéjar

En poussant au sud-ouest, à moins de deux heures de route, Séville, capitale de l’Andalousie, offre sa propre mosaïque culturelle. S’y dresse une immense cathédrale gothique – la plus grande au monde de ce style, classée elle aussi par l’Unesco –, tandis que les Archives générales des Indes rappellent l’époque de la grandeur sévillane, lorsque le port disposait d’un monopole sur le commerce avec l’Amérique.

Emblème de la ville, c’est pourtant le Real Alcázar qui suscite le plus de curiosité. Ce palais fortifié, initialement bâti par les Maures au VIIIe siècle, a ensuite subi plusieurs modifications au gré des envies des souverains espagnols qui l’avaient élu résidence royale. Si plusieurs types d’architectures s’y mêlent, c’est le mudéjar qui prédomine. Du nom donné aux musulmans demeurés sur place après la reconquête chrétienne, ce style architectural est marqué par l’art islamique mais aussi roman et gothique. Un mélange détonnant qui met en relief les formes géométriques et les couleurs vives.

Pour vivre pleinement au rythme de la belle andalouse, rien ne vaut, pour finir, une petite escapade en voiture à la rencontre de ses dizaines de forteresses et de villages blancs qui parsèment la région et témoignent du passage des Maures. C’est l’occasion de découvrir le charme pittoresque et la convivialité de Grazalema, Ronda, Gaucín ou encore de Marbella et sa célèbre place des Orangers.

Pratique

Y aller
Avec les compagnies aériennes low-cost, le prix d'un vol vers Séville ou Grenade débute à une soixantaine d'euros. Côté train, il faut prendre une correspondance depuis Barcelone ou Madrid. Reste la voiture qui, malgré le coût de l'autoroute et de l'essence, permet de bouger facilement sur place.

Se restaurer
Les tapas sont un assortiment d'entrées à picorer entre amis et constituent une tradition culinaire à part entière. Et pour les gourmands, la région est riche en pâtisseries comme le tocino del cielo, une crème caramel, ou le turrón, qui rappelle le nougat français.

Renseignements
L'office de tourisme de la province de Grenade recense de nombreux bons plans pour sortir, se détendre et s'instruire : www.turgranada.es