A Fort Worth, au Texas, les cow-boys sont toujours en selle

Etats-Unis De l'autre côté de l'Atlantique, Fort Worth continue à alimenter le mythe du Far West

Agence pour 20 Minutes

— 

Quoi de plus typiquement américain que d'assister à un rodéo ?
Quoi de plus typiquement américain que d'assister à un rodéo ? — Thinkstock

Texas. Un mot qui évoque instantanément le pétrole, l'affreux JR de Dallas, Chuck Norris le ranger de choc et, bien sûr, les cow-boys. C’est cet héritage-là, celui des westerns et des grands espaces, que tente de préserver la ville de Fort Worth. Le vieux quartier du Stockyards s’est vu assigner cette difficile mission et entretient des traditions encore vivaces.

Le Texas est très apprécié des touristes pour sa charge historique très forte.
Le Texas est très apprécié des touristes pour sa charge historique très forte. - Office de Tourisme du Texas

En passant sous le grand panneau Fort Worth Stock Yards qui surplombe la rue principale du district, on change tout à coup d’époque pour assister à un étrange ballet : les Harley Davidson contournent prudemment les chevaux tandis que les pick-up patientent sagement le temps que quelques cow-boys fassent traverser leur troupeau. C’est ici, dans ces rues mêmes, que les éleveurs venaient vendre leurs bêtes, les fameuses Texas longhorns devenues symbole de la région.

Ces vaches aux cornes démesurées (leur envergure dépasse parfois le mètre) ont failli disparaître lors de l’introduction des barbelés, qui mit fin à l’élevage extensif. Aujourd’hui, elles font partie du patrimoine culturel à part entière. À ce titre, une vingtaine d’entre elles participe chaque jour au « cattle drive », défilant placidement dans la ville sous la surveillance de vachers locaux.

Les santiags font partie intégrante de la panoplie du parfait cow-boy.
Les santiags font partie intégrante de la panoplie du parfait cow-boy. - Thinkstock

En sortant du White Elephant Saloon, où ils auront sans doute goûté l’un des dodus hamburgers du cru en écoutant un peu de musique country jouée en live, les touristes sont ainsi instantanément plongés dans les profondeurs du Far West et de ses coutumes. Pas étonnant que ce voyage démarre à coups de sabots puisque Stockyards signifie parc à bestiaux…

En immersion

En arpentant les rues, dont l’architecture tente avec succès de reproduire celle des lieux au XIXe siècle, on découvre bientôt l’arène où, tous les vendredis et samedis, se déroule le rodéo. Bien loin d’être un simple attrape-touriste, ce rendez-vous rassemble chaque semaine de nombreux Texans qui perpétuent ainsi les traditions locales.

Les festivités s’ouvrent sur l’hymne national, bientôt suivi de démonstrations d’habileté diverses : résister aux cabrements affolés d’un cheval sans tomber à terre ou capturer au lasso de jeunes veaux lancés à pleine allure ne sont que quelques-unes des activités proposées.

En quittant les lieux, rien de tel qu’un détour par chez Billy Bob's Texas pour s’imprégner de l’esprit cow-boy. Dans ce gigantesque honky-tonk – le plus grand du monde –, on joue au billard en savourant l’une des bières locales, on tente de tenir quelques secondes sur le dos d’un taureau mécanique ou on entame une partie de fléchettes, avant d’aller admirer les danseurs qui s’affairent sur la piste au son du concert du jour. Coiffées d’un chapeau qui ne laisse aucun doute sur leur origine texane, les jeunes filles font tournoyer leur jupe et claquer les talons de leurs bottes au rythme d’une country revisitée.

L’amour de l’art

Ne nous y trompons pas : Fort Worth ne vit pas dans le passé. Sans renier le Stetson ni les boots, la ville cherche aujourd’hui à mettre son image au diapason de ses aspirations, notamment dans le domaine culturel. Une balade au cœur du Cultural District suffit à s’en convaincre. Le Modern Art Museum recèle par exemple de vraies perles contemporaines. En suivant ses galeries apaisantes, on croise les signatures de Jackson Pollock, de Pablo Picasso, d’Andy Warhol ou de Roy Lichtenstein.

Loin d'être figée dans le passé, Fort Worth est une ville foncièrement tournée vers la modernité.
Loin d'être figée dans le passé, Fort Worth est une ville foncièrement tournée vers la modernité. - Office de Tourisme du Texas

Au coucher du soleil, cap sur le quartier de Sundance, du nom de Sundance Kid : l’inséparable complice de Butch Cassidy a en effet usé ses fonds de culottes sur les tabourets des saloons du coin. C’est ici que, déjà au siècle dernier, les cow-boys venaient se distraire et dépenser l’argent durement gagné au Stockyards. De fait, le secteur regorge de bars, de restaurants, de théâtres et de boutiques où s’étourdir jusqu’au bout de la nuit, comme le fit Bonnie Parker il n’y a pas si longtemps…

Pratique

Se restaurer
Il serait dommage d'aller au Texas sans goûter les merveilleux steaks locaux, aussi tendres qu'énormes. Le H3 Ranch, situé au cœur du Stockyards, est une excellente adresse pour les découvrir.
www.h3ranch.com
Pour se frotter aux saveurs épicées de la nourriture tex-mex, rendez-vous à l'Hacien-da San Miguel, dont les fabuleuses enchiladas vous laisseront un souvenir ému.
www.hsmw7.com

Se loger
Le mythique Stockyards Hotel propose des chambres à thème rendant hommage à d'illustres visiteurs de la ville comme Butch Cassidy ou Bonnie and Clyde, qui séjournèrent en 1933 dans la chambre qui leur est consacrée. Luxueux, cet hôtel de caractère regorge de petites attentions qui séduiront les vacanciers.
www.stockyardshotel.com

Se déplacer
Comme en témoignent les trottoirs déserts de Fort Worth, les Texans ne se déplacent qu'en voiture. De fait, les transports en commun sont peu développés, et la location de voiture s'avère vite impérative.