De la Nationale 7 aux baleines à bosse: les immanquables de Madagascar

AFRIQUE Au large de l'Afrique, l'une des plus grandes îles du monde offre des aventures hautes en couleur.

Agence pour 20 Minutes

— 

Le territoire malgache abrite six espèces différentes de baobabs sur les huit que compte l'ensemble de la planète. Lancer le diaporama
Le territoire malgache abrite six espèces différentes de baobabs sur les huit que compte l'ensemble de la planète. — Thinkstock

C’est un peu comme si, à Madagascar, il fallait parcourir l’intégralité du territoire pour être enfin rassasié. Et tant mieux si, pour y parvenir, il fallait prolonger le séjour des mois durant… Après l’Australie, le Groenland, la Nouvelle-Guinée et Bornéo, Madagascar s’avance comme la cinquième plus grande île du monde et, peut-être, comme la plus envoûtante de toutes. Impossible de résister au charme magnétique de sa terre rouge.

Dans le nord du pays, la grande majorité des visiteurs se donnent rendez-vous dans le canal du Mozambique, sur l’île de Nosy Be, une destination incontournable, encore capable d’émerveiller malgré son succès. Souvent présentée comme la Côte d’Azur malgache, cette terre aux mille couleurs a le pouvoir de suspendre le temps dans un décor paradisiaque. Ici, la plongée, la pêche et le farniente sont au programme.

On vient y buller sur d’interminables plages et profiter des activités pour communier avec la nature. Surnommée « l’île aux parfums », Nosy Be abrite de nombreuses essences aux arômes exotiques, comme les fleurs d’ylang-ylang. Recouvert de champs de cannes, d’indigo, de café, de patates et de manioc, ce recoin du monde est un enchantement pour les sens.

Le long de la route 7

La véritable richesse de Madagascar réside dans sa diversité naturelle. À proximité de l’île Sainte-Marie, on peut par exemple se délecter du spectacle facétieux des baleines à bosse. Chaque année, dès le mois de juillet et jusqu’au mois d’octobre, les mammifères marins se retrouvent pour s’accoupler ou procréer dans ce sanctuaire, en plein océan Indien.

Pour goûter pleinement aux beautés du pays, il faut aussi arpenter la célèbre route 7 : cet axe très fréquenté donne accès à une grande variété de paysages, des rizières d’Antananarivo (la capitale) à la barrière de corail de Tuléar, sur le tropique du Capricorne, en passant par l’allée des baobabs. Également fascinante, la population malgache est constituée d’une vingtaine d’ethnies. Un bel exemple de tolérance et de fraternité, à condition d’aller à sa rencontre en se délestant de sa maladresse et de ses idées reçues.

En pratique

Y aller.
Même à la saison sèche (de mai à octobre), Madagascar reste très arrosée, surtout sur sa côte est. Pour un vol Paris-Antananarivo, comptez 750 € A/R. Visa obligatoire.

Se déplacer.
Les routes goudronnées sont rares et en mauvais état. À la voiture, préférez les vols intérieurs, avec les tarifs réduits d’Air Madagascar. Le train offre une expérience plus pittoresque, entre Antananarivo et Toamasina.