Argentine: Ne cherchez plus, le Mur de «Game of Thrones» se trouve en Patagonie

Avec des glaçons Un gigantesque mur de glace qui court sur des kilomètres… Ça vous parle? Situé en Patagonie argentine, le glacier Perito Moreno vaut le coup d’œil

Antoine Coste Dombre
— 
Le glacier Perito Moreno se situe dans le parc national Los Glaciares en Patagonie argentine.
Le glacier Perito Moreno se situe dans le parc national Los Glaciares en Patagonie argentine. — paolomarchetti/Getty Images
  • Détournez-vous du Nord, c’est au Sud de l’Argentine que le Mur se dresse, froid et blanc (aux reflets bleutés).
  • Le glacier Perito Moreno, situé dans le parc national Los Glaciares en Patagonie, présente une façade de 70 m de haut, véritable muraille de glace.
  • En perpétuel mouvement, le glacier avance de deux mètres par jour et des pans entiers de son front s’effondrent régulièrement.

Pas de marcheurs blancs à l’horizon, la Garde de nuit ne semble pas non plus vouloir se montrer. Mais le froid, le silence mortel et l’immense structure glacée sont là, en plein cœur de la Patagonie, dans le parc national Los Glaciares. Sosie sud-américain du Mur du Nord, le Perito Moreno survivra tranquillement à la huitième et ultime saison de Game of Thrones, diffusée à partir du 15 avril.

Ici, pas de déferlements de fans comme à Dubrovnik ou en Irlande où les décors et lieux de tournages sont pris d’assaut. Le glacier, bien que touristique, est encore préservé de la furia GOT et offre une expérience unique en son genre. « Nous sommes arrivés seuls à 22 heures. Il n’y avait que nous et ce glacier époustouflant. Nous nous sommes sentis tout petits face à la force et la hauteur de cet édifice naturel », se souviennent Marion et Daniel Tabeaud, blogueurs voyages et photographes.

Marcher dans les pas de Jon Snow

Ce mur, le glaciologue Luc Moreau le connaît bien puisqu’il l’a étudié de nombreuses années. « Il est impressionnant avec ses quatre kilomètres de front, ses 70 mètres de hauteur émergés et sa trentaine de kilomètres de long… » Des mensurations plus légères que celles du « vrai » mur, mais qui étonnent même les spécialistes les plus avertis. « Sa taille et sa forme rappellent indéniablement le monumental édifice créé par Brandon le bâtisseur », opine Aurélie Paci, vice-présidente du portail La Garde de nuit, site de référence pour les fans français.

À la différence que le glacier n’est pas réservé aux corbeaux. Des points d’observation sont assez faciles d’accès, à pied ou en navette. Les plus proches ne sont qu’à 50 mètres du géant de glace, facile donc de se sentir au pied du mur et s’imaginer prendre le noir : « Le glacier semblait à portée de main. Nous avons vécu un moment d’une grande intimité seuls face à cette muraille », ajoutent les deux blogueurs. Pour Luc Moreau, « il est impossible de ne pas être attiré par l’immensité de ce glacier. Sa structure est faite de reliefs et de crevasses à perte de vue. Il faudrait trois jours pour le remonter dans sa totalité ! »

Grondements et craquements

De quoi inspirer le respect et même donner quelques sueurs froides. Marion et Daniel Tabeaud évoquent « des craquements, des grondements semblables à des bruits de canons, qui nous rappellent que ce monstre est bien vivant. » Aurélie Paci se souvient d’ailleurs qu’il « est dit dans les livres que des pans de glace se décrochent parfois de l’édifice censé protéger Westeros. » Car oui, le Mur « se défend lui-même. »

Son petit frère argentin est, lui, plutôt porté sur l’attaque. « Il avance de deux mètres par jour, ce qui représente environ 700 mètres par an », prévient Luc Moreau. La mort en marche ou winter is coming, appelez ça comme vous voulez, mais le phénomène est singulier. « Toute la glace qui se crée sur les hauteurs ajoute de la masse à l’édifice et l’oblige à s’écouler, se déplacer en permanence. Et ce jusqu’à ce que le front finisse par s’effondrer avec fracas. » Un spectacle qui attire de plus en plus de monde et permet au glacier de garder sa belle couleur blanche aux reflets bleutés ainsi que son front en forme de barrière. Le Mur qui avance sur ceux qu’il était censé protéger… Un retournement de situation digne de George R. R. Martin.