Que faire et voir à Adélaïde, en Australie ?

AUSTRALIE L'Australie n'a pas volé son surnom de pays chanceux. Les yeux ne sachant plus où donner de la tête, il faudra choisir un cap et s'y tenir pour ne pas se perdre dans ce pays continent. Et si on prenait la route du sud ?

L. Louis pour 20 Minutes

— 

Adélaïde est la cinquième ville d’Australie en termes de population, mais c’est celle dont la superficie est la plus importante. Lancer le diaporama
Adélaïde est la cinquième ville d’Australie en termes de population, mais c’est celle dont la superficie est la plus importante. — Thinkstock

The Lucky Country, voilà comment on surnomme l'Australie, pays continent qui regorge de merveilles et de richesses. Qui aime la mer se ruera au nord, et plongera dans le décor époustouflant qu'offre la Grande Barrière de corail, merveille des merveilles. Qui préfère les grandes étendues sauvages s'enfoncera dans le centre du pays, rissolé à point par un soleil inévitable. Qui ne jure que pas la folie des villes, leurs nuits interminables et leur intensité, se rendra à Brisbane, Melbourne ou Sidney. Or, un peu en marge des grands centres d'intérêt australiens, le sud du pays offre un parfait condensé de ce qu'a à offrir cette terre surprenante.

Adélaïde, l'eldorado

Ville la plus importante du Grand Sud australien, Adélaïde est à la fois une magnifique porte d'entrée pour cette région à couper le souffle et un lieu de séjour revigorant et dynamique. On y trouve bien évidemment tout ce qu'une métropole moderne est censée offrir : des centres culturels d'une rare richesse comme le Migration Museum ou la Art Gallery of South Australia, une architecture stylée (le quartier de Glenelg est un exemple du genre), des espaces verts vivifiants tels les jardins botaniques du centre-ville, une vie nocturne virevoltante avec bars innombrables, casinos et spectacles permanents, et de larges avenues où l'on peut butiner à sa guise.

De la mer à la vigne

Adélaïde offre tout cela, et bien plus encore. Son envergure (la ville est la plus vaste d'Australie) couplée à sa faible densité de population (un petit million d'habitants) en font un havre de paix à taille humaine, ourlé, en prime, d'immenses plages. Car Adélaïde se paie le luxe de s'étendre dans un écrin de toute beauté, ravissant autant les amateurs d'activités nautiques – comme la voile, le surf ou la plongée – que de verdure, de bonne chère ou de bons vins.

Très vallonnée, la région regorge en effet de petits villages au charme désuet perdus dans des vignobles, des champs d'oliviers et de vergers. Les caves viticoles où d'enivrantes dégustations attendent le visiteur assoiffé de grands crus sont nombreuses, notamment du côté d'Adélaïde Hills, des montagnes de Lofty Ranges ou de la sublime péninsule de Fleurieu. On y découvrira un bel aperçu des richesses naturelles locales, avant de s'enfoncer dans les parcs nationaux tout simplement grandioses.

À 60 km au nord-est d'Adélaïde, les vins de la vallée de Barossa font le bonheur des voyageurs œnophiles.
À 60 km au nord-est d'Adélaïde, les vins de la vallée de Barossa font le bonheur des voyageurs œnophiles. - iStock/City Presse

Au pays des kangourous

On ne dénombre pas moins de quatre parcs dans les alentours immédiats d'Adélaïde et leur superficie représente près d'un quart de celle de la région. S'étendant sur quelque 850 hectares, le Belair National Park, au sud de la capitale régionale, est le plus « récréatif » de tous. On y trouve d'innombrables sentiers pour s'adonner au « bushwalking », une randonnée sur des chemins parfaitement balisés. Ouvert dès les premières lueurs du jour, il abrite aussi de vieilles demeures, des aires de jeu pour les enfants et des cours de tennis.

A une vingtaine de minutes d'Adélaïde s'élève le Cleland Conservation Park. Plus sauvage que le Belair, il permet de se trouver au plus près de la faune australienne. On peut même y nourrir les kangourous et les émeus, découvrir des espèces étranges comme le diable de Tasmanie, le dingo ou le wombat, ou encore se faire photographier câlinant des koalas.

Plus au nord, on pourra également parcourir le Moriata Conservation Park qui propose un bel éventail de parcours de marche pour tout niveau et qui vient embrasser les contours d'Adélaïde, offrant de beaux points de vue sur la ville. Les plus aventuriers se rendront au Warrawong Wildlife Park, véritable sanctuaire d'espèces indigènes hautement protégées et laissées en complète liberté.

Félins, reptiles et macropodidés (kangourou et wallabies) attendent le voyageur téméraire, qui, avec un peu de chance, tombera également sur des mammifères plus rares comme l'ornithorynque, le kangourou arboricole, le dasyure, le bettong, le bandicoot ou encore l'opossum.

Y aller Une dizaine d'aéroports internationaux quadrillent le territoire australien, parmi lesquels celui d'Adélaïde. Il faut compter une bonne journée de trajet depuis la France, les vols n'étant pas directs.

Se loger De l'hôtel 5* à la ferme d'hôte, il y en a pour tous les goûts et pour toutes les bourses. Pour ceux qui se sentent l'âme aventureuse, le gouvernement a aussi aménagé une multitude de terrains de camping.

Se restaurer Pubs, bars, night-clubs, restaurants gastronomiques, fast-foods, cuisine du monde… Adélaïde n'est pas avare en tables en tout genre. Les coins les plus vivants sont sans conteste Rundle Street et Gouger Street.