Que faire ce printemps? Noyant-d'Allier, un petit bout d'Asie en Auvergne

FRANCE Pagode, sculptures géantes de bouddha et fleurs de lotus… Aussi incongru que cela puisse paraître, Noyant-d’Allier abrite un petit coin d’Asie au cœur du bocage bourbonnais

20 Minutes avec agences

— 

Pour visiter l'intérieur du temple richement orné, il vous faudra laisser vos chaussures à l'entrée. Lancer le diaporama
Pour visiter l'intérieur du temple richement orné, il vous faudra laisser vos chaussures à l'entrée. — Mairie de Noyant

Située à une vingtaine de kilomètres de Moulins (Allier), Noyant-d’Allier fut une prospère cité minière. En 1943, les mines fermèrent et les corons, ces petites maisons de mineurs, furent abandonnées. Une dizaine d’années plus tard, la guerre d’Indochine mit un terme à l’empire français en Asie et provoqua le rapatriement de nombreuses familles liées à cette présence coloniale. La municipalité se porta alors volontaire pour accueillir ces réfugiés, français, eurasiens ou vietnamiens, qui furent logés dans les corons désaffectés.

Une pagode en Auvergne

En 1982, la communauté bouddhiste décida de construire une étonnante pagode, symbole de l’exode des rapatriés d’Indochine. Noyant-d’Allier, qui compte aujourd’hui quelque 700 habitants, dont une bonne moitié de rapatriés indochinois, a fait de sa diversité un élément de sa communication et de la pagode l’une des richesses de son patrimoine, au même titre que le Musée de la mine et l’étang de Messarges, créé au XVIe siècle par les moines clunisiens.

Laissez-vous surprendre par ce petit bout d'Asie planté en plein cœur du terroir auvergnat.
Laissez-vous surprendre par ce petit bout d'Asie planté en plein cœur du terroir auvergnat. - Mairie de Noyant

Une visite dépaysante

Dès l’entrée, en franchissant la porte à linteau, on change de continent. Le jardin, ses buissons d’orchidées et son bassin où flottent gracieusement des fleurs de lotus, nous emportent au pays de la mousson. Une allée bordée d’une trentaine de statues dorées représentant des bodhisattva (le plus haut degré de la « sainteté » bouddhique), mène jusqu’à la Pagode. Là, un bouddha monumental de 7 m de hauteur nous accueille.

L’architecture de la pagode Phap Vuong est représentative de la tradition vietnamienne : façade de bois peinte de rouge et ornée de panneaux ciselés et dorés, toiture dorée elle aussi, en trois niveaux aux bords incurvés… Ce lieu de culte où sont célébrées les deux grandes cérémonies de la naissance de Bouddha et de la Compassion, et où un bonze officie toute l’année, s’ouvre au public.

Des bénévoles accompagnent les visiteurs dans la découverte de son intérieur richement décoré et du culte pratiqué. Autre sculpture monumentale, un bouddha allongé, tournant le dos aux corons, semble méditer dans un éternel sourire sur cet étonnant périple.

En pratique

La Pagode est ouverte du mercredi 1er avril au dernier dimanche de septembre.- Visite du mercredi au dimanche de 15 h à 19 h.- Le reste de l’année, seul le parc se visite l’après-midi de 14 h à 17 h-18 h en fonction de la météo. En savoir plus.