Un peu de virtuel pour une envie de voyage bien réelle

Innovation La réalité virtuelle (VR) s’invite depuis quelques années chez les professionnels du tourisme, agences de voyages, tour-opérateurs, etc.

Paul Blondé

— 

La réalité virtuelle se révèle un outil de plus en plus utilisé par les professionnels du tourisme.
La réalité virtuelle se révèle un outil de plus en plus utilisé par les professionnels du tourisme. — mustafagull/Getty Images
  • Le salon mondial du tourisme se tient jusqu’au 17 mars à Paris Expo, porte de Versailles.
  • Les visiteurs pourront découvrir et tester des dispositifs de réalité virtuelle (VR) sur le salon.
  • Depuis quelques années, la VR se fait une place chez les professionnels du tourisme.

Faut-il que le voyage soit virtuel pour paraître plus réel ? Depuis quelques années, la réalité virtuelle se fait une place dans les agences de voyages, chez les tour-opérateurs et autres acteurs du domaine du tourisme. Ainsi qu’au salon mondial du tourisme de Paris, dont l’édition 2019 se tient jusqu'à lundi 17 mars à Paris Expo, porte de Versailles, à Paris.

« De plus en plus de stands proposent de la réalité virtuelle en tant qu’outil pour mettre en valeur un territoire, témoigne Marianne Chandernagor, la directrice du salon, qui cite parmi les exposants Ushuaia TV, le tour-opérateur Bucket List Adventures, le ministère des Armées ou l’entreprise de location de voiliers et d’organisation de croisières à la voile GlobeSailor.

« Les brochures, ça ne sert plus à rien »

Son PDG et fondateur, Olivier Albahary, résume le sentiment des professionnels du tourisme que nous avons interrogé sur le sujet : « Aujourd’hui, venir sur un salon avec des flyers et des brochures, ça ne sert plus à rien. » Dans un espace dédié du salon, l’entreprise a placé « deux casques de réalité virtuelle » qui emmèneront les volontaires « en croisière aux îles Grenadines, en totale immersion », explique Olivier Albahary.

Mais au-delà de « l’effet “waouh”, qui peut déclencher une vente », poursuit le PDG de GlobeSailor, le développement de la réalité virtuelle reflète l’évolution des envies des voyageurs potentiels, explique Marianne Chandernagor : « Aujourd’hui, les voyageurs veulent être acteurs de leur voyage et plus seulement spectateurs. Cela s’inscrit dans un mouvement global : ils souhaitent de plus en plus des voyages sur mesure, très personnalisés, au contact des populations. » Et la réalité virtuelle, qui assouvit « ce besoin d’immersion que l’on ressent très fortement sur le salon », poursuit-elle, permet d’être acteur dès la préparation de son voyage. Non sans révéler quelques paradoxes.

La demande est forte pour les croisières à la voile de GlobeSailor, un type de voyage représentatif de cette soif d’aventure, mais « les gens ont besoin d’être rassurés », raconte Olivier Albahary. Certains ont peur d’avoir le mal de mer, de s’ennuyer, d’être à l’étroit sur le bateau. Leur faire visiter le voilier en réalité virtuelle « permet de franchir certaines barrières, de rompre des tabous ».

Le paradoxe du voyageur moderne

Marianne Chandernagor admet qu’il existe « un paradoxe » dans le fait de vouloir sentir qu’on trace sa propre voie en voyageant, qu’on défriche, mais en ayant d’abord vérifié, grâce à la réalité virtuelle, à quoi allait ressembler la réalité : « On perd peut-être un peu l’effet de découverte. »

Valérie Escande dirige le comité départemental du tourisme du Tarn, qui avait mis en place sur l’édition 2018 du salon un survol en montgolfière du département en réalité virtuelle. « L’idée, ce n’est pas seulement de dire que le Tarn, c’est beau, c’est aussi d’en apporter la preuve », explique-t-elle. Et selon Pierre-Jean Mathivet, PDG de l’entreprise Kalkin qui avait conçu cette animation, en utilisant une vraie nacelle de montgolfière avec un brûleur, « si vous placez les gens en immersion et qu’ils se rendent compte par eux-mêmes de la beauté d’un paysage, cela change tout ».

Valérie Escande se félicite aujourd’hui d’avoir misé sur la VR : « En descendant de la nacelle, beaucoup de gens nous disaient avoir envie de venir dans le Tarn. Depuis, on en a recroisé certains à Albi. Cela avait bien fonctionné de leur montrer la réalité en virtuel. » Pour ensuite mieux la découvrir… en vrai.

Bon plan :  Économisez sur votre billet de train grâce à un code promo OUI.sncf