Vous avez interviewé le groupe Revolver

CHAT VIDÉO e groupe français a répondu à vos questions et interprété quelques chansons vendredi à 19h30...

Cédric Garrofé

— 

Le groupe Revolver
Le groupe Revolver — D.R.

Bonsoir et bienvenue à toutes et à tous à la Rolling Chat Session sur Canalchat.com en partenariat avec le quotidien 20Minutes et RollingStone.fr. Pour cette 30ème, nous avons le plaisir d'accueillir les membres du groupe Revolver, 3 jours seulement avant la sortie de leur dernier album 'Let Go'.
Bonsoir !

mimine : Pas trop nerveux à l'approche du jour J de la sortie ?
C'est pour lundi, on sent la pression qui monte. Mais on a quand même hâte d'être au 12.

Helena : Qu'avez-vous fait entre les deux albums ? Ce n’était pas un peu intimidant de s'attaquer à un deuxième opus après le succès du premier ? Du coup, vous avez le trac pour la sortie le 12 mars ? Bises et merci d'être avec nous.
Il n'y a pas eu de pause entre les 2 albums, on a passé notre temps sur les routes dans des pays différents. En France, mais également aux Etats-Unis une bonne partie de l’année dernière. Les chansons sont venues au fil de l'eau… On a écrit sur la route. Cela nous a soudé encore plus de partir en tournée et de rentrer en studio tout de suite après.

Juliette : Dans 'Wind song', on peut entendre des rythmes beaucoup plus 'rocks', très différents des airs doux de 'Balulalow' par exemple. Pensez-vous que suite à ce 'revirement', votre public va changer? Que votre musique va plus toucher les jeunes que les adultes? Personnellement, je fais partie des jeunes et j'aimerai toujours votre musique, quoi que vous fassiez :-)Une de vos plus grandes fans (Juliette)
Merci Juliette ! On a beaucoup changé ces trois dernières années. On ne connaissait pas si bien la scène avant. Et on a appris finalement qu'on adorait faire danser les gens en concert. Les écarts entre les deux albums sont plus grands. Cela va peut être décevoir des gens, mais nous on est très contents du résultat, au bout d’une évolution complètement naturelle. On peut considérer que cet opus est plus groovy en définitive.

Erwan : Comment se passe l'écriture des morceaux et des textes ? Les rôles sont-ils précisément définis entre vous ou cela dépend des titres ?
Cela dépend des morceaux. Généralement, c'est l'idée de l'un de nous trois, ça peut être un petit bout de mélodie, ou une chanson quasi terminée. Tous les morceaux sont travaillés à 3. On a vécu ces 3 dernières années ensemble, donc quelque part si l'un de nous écrit un texte, c'est nous 3. Nous avons tous un peu vécu les mêmes histoires.

Poupoune113 : Pourquoi chanter vous en anglais ?
Parce que c'est l'anglais qui nous est venu spontanément il y a 6 ou 7 ans, cela vient de nos influences anglo-saxones. Pour chanter, le français venait beaucoup moins naturellement et était moins facile à manier. Et on avait plus envie de chanter en anglais : dès le départ, on trouvait cette langue plus harmonieuse pour le chant.

Daphné : Vous avez choisi le nom de votre groupe en hommage à l'album des Beatles ?
Alors oui plus ou moins, moi j'avais un poster dans ma chambre. C'est un album qu'on ne connaissait pas vraiment avant. Ce n'était pas une référence absolue, c'est le mot qui nous plaisait à la base.

Alexa : Quelles ont été vos sources d'inspiration principales pour cet album ?
C'est facile, c'est vraiment la route, puisqu'on a passé notre temps sur la route entre les différentes tournées en Europe et aux Etats Unis. Tu écoutes beaucoup de musique et, par la force des choses, tu découvres beaucoup de groupes dans ces moments-là. On a pu aussi avoir la chance de contempler plein de paysages différents, ça nous a ouvert l’esprit. Et puis le fait qu’on ait changé de rythme de vie du jour au lendemain a mis un peu de sel dans tout ça. Les tournées c'est très contrastant, car tu passes de la scène avec plein de monde, à ta loge où tu es tout seul. C’était de nouvelles choses à gérer et ça c’est super bien passé.

Richard : salut les mecs, je vous ai vu en octobre dernier au festival OohlaLa de Los Angeles où je vis depuis 5 ans. J'en garde un super souvenir. Je voulais savoir quel souvenir précis vous, vous aviez gardé vous de cette tournée américaine ? Merci !!
Il y a eu en tout plusieurs passages là-bas, trois en tout, ce festival est très très cool, beaucoup de groupes français y sont conviés pour venir chanter. Et c’est vrai qu’on y a retrouvé une partie du public francophone également. C'est une salle mythique ! C'était vraiment incroyable ce souvenir. On découvrait juste Los Angeles en plus…

matthieu1997 : Comment vous connaissez-vous ? Un de vos plus grands fans :)
babou : Comment avez-vous monté le groupe ? Vous vous connaissiez comment ?
Ambroise : Avec Jérémie on se connait depuis l'âge de 6 ans, on faisait de la musique classique, puis on a rencontré Christophe vers 12 ans. Vers 18 ans, on a commencé à écrire des chansons. Christophe ne connaissait rien à la musique pop. Il n'avait fait que de la musique classique. Ça a été très progressif.

rafi : La première chanson de l'album « let's get together » fait penser pour son intro à des chansons de 'muse', avec ses arpeges de piano. Que pensez vous de cette comparaison ?
Muse, à la base, ce n’est pas vraiment un groupe qui fait partie de nos références, mais on a été convié à faire leur première partie aux Vieilles Charrues, et il faut bien avouer que les voir sur scène, ça a été un vrai choc ! Ces mecs arrivent à mettre une énergie tellement folle sur scène, leur maitrise du live est dingue. Nous, on voyait ça du côté de la scène, c'était hallucinant, et ce sont de très très bons musiciens.

Greystoke : C'est quoi cette expression 'pop de chambre' que tous les journalistes plaquent au style de votre groupe ? C’est à cause du violoncelle ?
Cette expression remonte à 5 ou 6 ans, on était tous les 3, à chanter sans micro devant des amis, et on a un ami qui nous a dit que cela ressemblait à de la pop de chambre. C’est resté.

Rose-Mary : Y a t-il un artiste ou un groupe avec lequel vous aimeriez collaborer plus tard?
Il y en a beaucoup. On a participé au premier EP de Wood Kid.
C'était cool. C'est dur d'écrire pour d'autres. On aime bien aussi Mustang, on se sent proches d'eux.

espinasse : Est-ce qu'on va vous voir sur les festivals cet été, si oui, lesquels svp ?
Il y en a déjà quelques uns de prévus, mais on espère évidemment en faire un maximum ! On sera aux Francofolies de La Rochelle en juillet, il y a aussi le Printemps de Bourges dans un mois. Pour le reste, c’est en cours de programmation. On vous tiendra au courant.

kleman : Envisagez-vous de vous produire un jour sur scène avec un orchestre et/ou des choristes ?
On a déjà joué avec des orchestres, avec des écoles de musique notamment. C'était entre la masterclass et la collaboration. On a rejoué récemment avec un orchestre de jeunes, c'était cool comme expérience !

CARINE : En plus d'un super album, votre CD a l'air d'être un bel objet : je voulais connaitre le nom de la personne qui a réalisé la pochette merci !
Merci ! C’est un très bel objet et on en est très contents. Vous y trouverez également un superbe recueil de photos réalisé par un mec qui sillonne le monde, il a notamment fait Paris-Pékin à pied. Dans le livret, vous trouverez donc les clichés de ce photographe qui est tout jeune, il a seulement 23 ans.

Bouclette : J'adore le slow 'Still', clip particulièrement réussi au passage! Ma question : lequel de vous 3 prenaient le plus souvent des râteaux en invitant les filles à danser ?
Jérémie : Je n'invitais pas de filles. À notre époque, il n'y avait pas beaucoup de slows. C’était presque passé de mode. Inviter une fille à danser c’était de l’ordre des booms, à l'âge de 10 ans, là on l'a plus fait. Maintenant, c’est vrai que ça s’est un peu perdu. C'est dommage.

Amélie M. : Très coloré le clip de Wind Song !!! Qui l'a réalisé ?
C'est un réalisateur espagnol. Il est excellent. Quand on a reçu le synopsis du clip, on ne comprenait rien à l'histoire, mais les images étaient belles. C'est son univers très coloré qui nous a tout de suite beaucoup plu. On est allé à Barcelone pour le rencontrer et c’est là-bas qu’on a tourné le clip.

rémi : Alors comme ça vous faites déjà écouter les titres de l'album en mode intimiste, dans quel bar parisien, on peut vous trouver ce week-end? Comment les petits comités ont apprécié l'album? Ils vous ont payé des bières au moins?
Oui, c’est vrai, on a bu beaucoup de bières. On l'a déjà fait à Paris.
Les réactions ont été très bonnes jusqu’ici.

Ma-Cha : Contents d'être de retour sur Paris ? j'avais aussi une question indiscrète, mais je pense que beaucoup d'autres se la posent c'est quoi votre QG quand vous rentrez dans la capitale. A très vite à La Cigale !
Sans hésiter, le Café de l’Epicerie où on a pris nos habitudes depuis maintenant quelques temps. Les patrons sont des potes. On y est très souvent, parfois pour donner rendez-vous aux fans.

patrick : Je me demandais pourquoi ne pas vouloir intégrer un batteur à votre trio même pour les sessions acoustiques?
C'est une bonne question. En fait, on y réfléchit et peut-être qu'on le fera un jour. On est dans une formation où les instruments sont équilibrés pour l'instant, où c'est très simple, on n’a pas besoin de micro, on peut jouer partout alors qu'une batterie c'est plus fort, on passe un cran au-dessus sur le son. Maintenant, sur scène, on se fait accompagner par une batterie, mais c’est aussi et surtout parce qu’on a désormais opté pour des guitares électriques.

Caro : C'est quoi vos albums de chevet en ce moment ?
On n’a pas beaucoup le temps en ce moment pour écouter de la musique, car nous jouons beaucoup.

Jimi : C'était sympa Taratata avec Coeur de Pirate ? Bon souvenir ?
Ouais, c'était cool ! Coeur de Pirate a fait son premier concert à la Boule Noire, elle nous avait invité à faire sa première partie, donc on a voulu lui rendre la pareille.

paris : Est-ce que vous avez prévu quelques surprises pour le concert du 22 mars à La Maroquinerie.
Il y a toujours des surprises à nos concerts !! Chaque concert est unique ! Nous sommes au début de notre tournée. On ne maitrise pas tout encore. Donc, nous aussi on peut être surpris ;-) La set liste n'est pas encore fixée.

Pilate : Bonjour à vous trois, d'abord un grand bravo pour cet album qui me semble très bon d'après les premières chansons écoutées. Je compte l'acheter dès lundi. Je pars le lendemain de Nantes pour aller en Espagne. Je vais me concocter une petite playlist pour la route, laquelle de vos nouvelles chansons s'y prêtent le mieux selon vous ?
Let go ;-) ! C'est un album à écouter sur la route, car il a été composé pendant nos voyages en tournée. Il s’y prête parfaitement, c’est difficile d’en retirer une plutôt qu’une autre. Ecoute-le comme un ensemble.

faustine : Quel est LE concert qui vous a le plus marqué ?
Art Rock en Bretagne ! On revenait d'une mini-tournée en Angleterre, où on avait joué dans des bars un peu pourris. On est passé tout d’un coup de 15 à 5 000 personnes. Ça reste un souvenir très impressionant.

Hulk : J'aimerais bien vous entendre reprendre une chanson des Beatles de l'album Revolver ? Vous choisiriez laquelle ? Mes préférées sont « For No One » et « Here There and Everywhere »...
Ces deux-là sont parfaites ! On avait déjà repris « For no One ».

Merci messieurs. Un mot pour conclure ?
Merci à tous ! A tout de suite pour la session acoustique !

------------------------------------

Présentation du chat:

Le groupe Revolver s’est formé en 2006 par trois garçons, Ambroise, Christophe et Jérémie. Qualifiée de «pop de chambre», leur musique a rapidement trouvé son public puisque leur premier album Music For a While s'est vendu à plus de 100.000 exemplaires et leur a permis d'être nommés pour les Victoires de la musique 2010 dans les catégories Album révélation et Révélation scène. Let Go, deuxième opus du trio, sortira dans les bacs le 12 mars prochain. Pour fêter l'évènement, les musiciens sont les invités de la Rolling chat Session de CanalChat.com en partenariat avec 20 Minutes et Rolling Stone.

<