Vous avez interviewé Marie Naudet, co-auteure du livre "Blanc c'est pas nul"

VOS QUESTIONS L'avocate a répondu à vos questions à l'occasion de la sortie de son livre en faveur de la reconnaissance du vote blanc

— 
Marie Naudet, en Jordanie
Marie Naudet, en Jordanie — D.R.

Si le vote blanc obtient la majorité que se passe-t-il ? (scheu)

Le vote blanc tel que nous le soutenons ne compterait pas dans les suffrages exprimés et ne remet pas en cause la désignation des candidats. Il serait en revanche un indicateur, un révélateur plus précis et plus objectif de l’état du corps électoral...

J`ai une connaissance qui inscrit à chaque vote le nom d'Elvis Presley sur son bulletin, Ca l'a fait marrer. Que pensez-vous de ces électeurs fantaisistes et comment interpréter leur démarche? (trocadero).

Tout le monde est libre de s’exprimer comme il le souhaite. C’est ça la démocratie. Toutefois, il faut offrir de véritables options aux gens et le vote blanc participe à un renforcement de la démocratie. Nous sommes une vieille République maintenant, et il faut évoluer.

Quel est le pourcentage de vote blanc en moyenne lors d'une élection? A chaque fois que j'ai pu assister a un dépouillement, il me semble que les vote blancs ne dépasse pas plus de 5% des suffrages. Alors a quoi bon faire une nouvelle loi pour les reconnaître? (bloody778)

Evidemment le pourcentage des votes blancs est faible....Puisqu’il est assimilé à un vote nul, à quoi bon se déplacer pour s’exprimer par un vote blanc....En revanche si on lui donne un sens, si on lui reconnaît une existence propre, peut être que les gens auront plus recours à ce bulletin pour s’exprimer. Cela peut ramener des abstentionnistes aux urnes, même des non inscrits. Je pense que cette reconnaissance est tout à fait légitime.

Voter Blanc, c'est juste pour se soulager la conscience en ayant fait son devoir de citoyen. En proposant de mettre à disposition des votes blancs, cela va encourager les gens à voter blanc. J'y vois un danger pour la démocratie. Qu'en pensez-vous? (Pascal3)

Je suis d’accord avec vous sur le fait qu’il ne faut pas appeler à voter blanc, et nous n’appelons pas à voter blanc. D’ailleurs nous ne prônons pas la mise à la disposition de bulletins blancs dans les bureaux de vote. Nous ne voulons pas non plus que le vote blanc soit “incarné” par un quelconque candidat ni un quelconque parti. ce n’est pas le but. il faut seulement offrir à l’électeur la possibilité de dire, le choix que vous nous proposez ne me convient pas, vos programmes se ressemblent, il n’y a pas de différence entre l’un et l’autre. La proposition de Guy Carcassonne résout cette question. Le vote blanc serait représenté par une enveloppe vide. Du coup, cela ne coûterait rien à personne. Ensuite, on verra. comme je l’ai dit plus avant, le taux de vote blanc, avec le sens que nous lui souhaitons sera un indicateur, un scanner de l’état du corps électoral. s’il y en a peu, tant mieux, cela veut dire que tout le monde est content, s’il y en a beaucoup, cela peut révéler un malaise. S’il y en a un pourcentage très important, je pense qu’alors, les politiques devront sincèrement se  remettre en question, et faire des propositions supplémentaires. Dès lors, le vote blanc serait un peu le vote du “Coup d’avant” et signifierait aux politiques en place, attention il y a un problème et donc, prenez le en compte, sinon la prochaine fois, vous risquez d’être sanctionnés durement. (par le vote).. Ensuite, un deuxième effet positif du vote blanc et s’il y avait un taux important, pourrait signifier qu’il y a de la place pour des hommes nouveaux, pour du changement. c’est ce qui s’est un peu passé au plan municipal avec l'élection de Borloo à Valenciennes......en son temps.

Pourquoi accepter le vote blanc alors qu'il n'est qu'un vote protestataire qui n'exprime aucun choix, ni projet? (Kleivan)

Le vote blanc n’est ni un vote protestataire ni un vote contestataire, c’est un VOTE COMPLEMENTAIRE. c’est un choix supplémentaire offert au citoyen pour s’exprimer. Il exprime le choix de ne pas adhérer au choix qui est proposé. Il faut évoluer dans la conception du vote. Au départ, l’objet du vote était de désigner un candidat. Sans refaire l’historique de tout le vote blanc que vous trouverez dans le livre, il apparaît que progressivement avec la politisation de plus en plus importante de la vie électorale, et l’apparition des partis politiques, le vote blanc est devenu au fil du temps une expression politique. cette expression politique dérangeait tellement, qu’en 1852, la question a été réglée et pour ne plus être gêné par les votes blancs de plus en plus nombreux qui apparaissaient à chaque élection. Il a été décidé de légiférer et hop, facile, de l’assimiler à un vote nul. Donc, le vote blanc ne posait légalement plus de problème. 1852-2011 rien n’a changé.....

Qu'en pensent les principaux partis politiques ? PS, UMP, MoDem, FN, Europe Ecologie - Les Verts... (Atalante).

Nous sommes allés voir les principaux. Le livre a été fait rapidement, nous voulions que le projet soit adopté rapidement, PS UMP et Parti Radical, nous ont assuré de leur soutien... Même François Hollande dernièrement qui était a priori contre, mais qui après avoir entendu les explications que Bruno lui a fournies, a eu cette phrase “il est temps d’avoir ce courage...” :-) ..maintenant, c’est bien beau, mais la volonté politique suffira-t-elle? nous avons également besoin du soutien des “citoyens” , parce que malgré tout, si un mouvement de fond se développe, ils seront bien obligés de nous écouter, un peu...Il faut donc le rappeler le rabâcher encore et encore, et vous pouvez compter sur nous, et surtout sur Bruno mais nous avons aussi besoin de relais parmi le “peuple”...Hiiiiiiii

Bonjour, 2 questions. Souhaitez-vous assimiler le vote blanc au vote nul? Comptez-vous que la réforme soit active pour la prochaine élection présidentielle? Est-ce possible? (JulineC)

Nous souhaitons que le vote blanc soit comptabilisé à part des votes nuls. Nous souhaitons donner un sens au vote blanc. Pour la prochaine élection présidentielle, nous l’espérons active, en tous les cas, les principaux leaders des partis politiques nous ont assuré de leur soutien.....Copé pour l’UMP, Borloo et le PS par l’intermédiaire de Jean-Jacques Urvoas, député du finistère et Monsieur Sécurité du PS.

Ne faut-il surtout pas rendre, et avant tout, rendre le vote obligatoire? Cela aurait par contre probablement pour conséquence d'augmenter le taux de vote blanc et nul. (Atalys)

La question du vote obligatoire est une question que nous nous sommes posée. Toutefois, nous sommes contre, dans la mesure où, effectivement, si l’on contraint les gens à aller voter, ils risqueront de “mal” voter, et c’est là où les votes de contestation risquent d’émerger le plus. Ce n’est pas le but. ensuite, que fait-on pour les non inscrits, on les traque, on les embastille? D’autant que les non inscrits sont le plus souvent des gens en difficulté (SDF, etc...). Ce n’est pas un bon système. le droit de vote est effectivement un droit mais avant tout une liberté, liberté d’aller voter ou non.

En quoi pensez-vous vraiment que les hommes politiques accorderaient de l'importance à un taux très faible ou très fort du vote blanc? (Mimmou)

Il est certain que les hommes politiques sont très sensibles à ce problème. En effet, un fort taux de vote blanc, dans le sens que nous lui donnons, remet en cause leur légitimité. c’est pourquoi, ils ont beaucoup de mal à prendre en compte cette question de manière sérieuse. Toutefois, nous sommes allés rencontrer les divers leaders des grands partis et ils nous ont PROMIS de soutenir la démarche. Bruno a donc décidé de les croire et de les prendre au mot. Pour ma part, je suis un peu plus sur la réserve, mais, bon, il faut y croire.

Votez-vous blanc? Si oui, dans quelles circonstances et pourquoi? (reate)

Je ne vote pas depuis des années. Je ne vote pas parce que si je votais, je voterais blanc et comme je sais que mon vote n’est comptabilisé, à quoi bon me déplacer, et pourrir mon dimanche. J’appartiens donc à la catégorie des abstentionnistes par dépit, par défaut.

Que pensez-vous du Parti du Vote blanc, qui préconise de reporter sur lui-même tous les votes blancs obtenus aux élections. (Iruna)

Le parti du vote blanc n’a pas la même démarche que la nôtre. En fait, le Parti du vote blanc appelle à voter blanc, il demande que les votes blancs soient comptabilisés dans les suffrages exprimés (d’où changement de constitution nécessaire) et aussi que des bulletins blancs soient mis à la disposition des électeurs. Nous n’appelons pas à voter blanc, nous souhaitons seulement la reconnaissance du vote blanc. S’il y a peu de votes blancs dans les résultats, tant mieux, cela prouve que tout va bien, et que les électeurs sont d’accord avec les choix qui leur sont proposés. En revanche si le vote blanc obtient un pourcentage significatif, il faudrait peut être commencer à s’inquiéter sur les choix que l’on nous proposent....

Pour changer, ne faudrait-il pas changer la Constitution? (Pimprenelle)

La proposition proposée par Guy Carcassonne et que nous portons ne prévoit pas la comptabilisation des votes blancs dans les suffrages exprimés. Il n’y a donc aucunement besoin de changer la constitution. Alors vous me direz, à quoi bon? Et bien, en fait, l’idée est que la prise en compte effective du vote blanc devrait rendre visible des électeurs qui jusqu’ici ne sont pas “visibles” puisque le vote blanc est assimilé à un vote nul. Dès lors, ce serait donner un sens précis au vote blanc, à part des nuls, ce sens pourrait être, nous ne sommes pas d’accord avec le choix qui nous est proposé. Cela n’empêche pas qu’un des deux candidats soit élu (je prends toujours l’exemple de la présidentielle) mais le vote blanc apparaissant clairement dans la présentation de l’assiette des résultats, il pourrait apparaître comme un “indicateur” un “clignotant” plus précis de l’état du corps électoral.

Pourquoi avoir écrit ce livre? (JfK)

Ce livre fait suite au premier livre de Bruno Gaccio “La Révolution, On s’rappelle”. Beaucoup de gens pensaient qu’il était bien beau de râler, mais que proposait Bruno concrètement pour changer les choses? Il a donc pensé à la question du vote blanc et nous nous sommes renseignés. En fait l’idée était qu ‘il était difficille pour Bruno (et pour moi aussi, accessoirement) de trouver un candidat qui nous convienne pour les prochaines élections, notamment présidentielles. A l’époque, le candidat idéal de la gauche était DSK contre Sarkozy et Bruno ne voyait pas vraiment la différence entre les deux candidats, notamment au point de vue économique. Donc que faire? Pour qui voter? Pour le moins pire? Nous ne pouvions nous satisfaire de ce choix. donc nous avons commencé à nous intéresser sérieusement à l’alternative du vote blanc. Voilà la genèse du projet.

---------------------------------------------------------------------

Présentation du chat :

Dans notre système électoral, le vote blanc est assimilé au vote nul, voire abstentionniste, ce qui le rend totalement invisible. Les électeurs n'expriment-ils pas un choix, une insatisfaction qui est en même temps un signe adressé à la classe politique lorsqu'ils décident de mettre un tel bulletin dans l’urne?

Bruno Gaccio et Marie Naudet publient le livre «Blanc c'est pas nul» pour obtenir la reconnaissance du vote blanc aux élections.

Bruno Gaccio a dirigé pendant seize ans Les Guignols de l’info de Canal  .

Marie Naudet est avocate à la Cour d'appel de Paris et Docteur en droit de l'Université Paris II, Panthéon/Assas.

«Blanc c'est pas nul» sera disponible le 22 septembre 2001 aux éditions Descartes & Cie pour un prix de 6 euros.



Marie Naudet était l’invitée de la rédaction le mercredi 21 septembre et vous a répondu.