Vos questions sur l'addiction aux nouvelles technologies

VOUS INTERVIEWEZ Une chercheuse vous a répondu...

Paul Ackermann

— 

Les portables se revendent 2 euros pour un vieux Nokia et 260 euros pour un iPhone 3GS.
Les portables se revendent 2 euros pour un vieux Nokia et 260 euros pour un iPhone 3GS. — DR

Catherine Lejealle est docteur en sociologie, ingénieur télécom et enseignant-chercheur à Telecom Paris Tech. Elle a écrit deux livres («La télévision mobile» et «Le jeu sur téléphone portable») et a répondu le 20 novembre en direct à vos questions sur l'addiction aux nouvelles technologies:

Le téléphone portable est-il un outil indispensable et vital à notre vie, ou est-ce un besoin créé de toute pièce comme c'était le cas du temps des premiers téléviseurs?
Daniel du 20h
Il faut distinguer usage et usage et aussi différencier l'usage des fonctions de communications que sont l'appel, le SMS et MMS des autres fonctions. Appeler permet de joindre les tiers distants que l'on veut rendre proches en gommant les distances. C'était le miracle au début du mobile: Ne plus jamais être seul parce qu'on pourra toujours joindre quelqu'un en déroulant son annuaire. C'était le doudou, l'objet transitionnel au sens de Winicott, l'objet qu'on laisse à l'enfant pour apprendre à se séparer de sa mère. Il y a ensuite eu des fonctions ludiques comme le jeu, la télé ou la musique et là elles permettent surtout au travail, mais aussi chez soi ou dans les transports, de s'immerger ponctuellement comme dans une bulle pour soi, de s'isoler et de se ressourcer. Nous observons que les gens jouent ou regardent la télé notamment au travail non pas pour jouer ou regarder la télé mais pour passer leur énervement sur un objet (le mobile) au lieu de s'énerver sur un collègue, ça remplace alors la cigarette ou la barre de chocolat et ça permet de retrouver son calme, c'est donc une modalité de gestion des gens qui sont présents avec vous et qui par moments sont pesants. ça permet de se mettre en retrait 5 minutes même si on est dans un open space bruyant.


Je n'ai pas d'Iphone... je dois avoir raté ma vie. Encore que, je n'ai que 36 ans. Ces gens,accrocs au portable sont véritablement effrayants. Je les observe souvent dans les transports et je peux vous dire que ça fait peur de les voir tapoter sur leur joujou à longueur de trajet comme des robots. Ils ont dans leur bulle,quasi en transe,les yeux exorbités. Le portable est bien la pire invention de ce siècle. Paradoxalement on nous le présente à tort comme un objet convivial,permettant de rester connecté aux gens alors qu'en fait il ne fait que nous précipiter dans la déshumanisation et ladésociabilisation complète de notre être.
A_gauche_toute
Et oui, si on pense que la valeur dépend de ses possessions et pas de ce qu'on est réellement! Rassurez-vous on est nombreux mais certains sont obligés de profiter de n'importe quel moment pour lire ses mails ou répondre à un sms. Il y a aussi les usages professionnels et des tas de gens qui ont un usage professionnel du mobile et en lisant des mails dans le métro peuvent rentrer plus tôt chez eux et voir leur famille ou aller au ciné ou faire du sport ou profiter de temps pour eux. Tout ça contribue à l'efficacité et fait gagner du temps autrement perdu. Les gens estiment qu'ils peuvent alors gagner du temps et il y a aussi les gens qui consultent leur update facebook de leurs amis ou qui relisent leurs sms ou regardent leurs photos,ils estiment que cela apporte du réconfort et du bien être dans des environnements froids et impersonnels comme les halls de gare, les transports. ça réchauffe et cela renvoit une bonne image de soi: on est cette personne aimée et valorisée par les proches, cette personne unique et aimée donc ça fait du bien sans rien enlever aux autres.

Finalement et en quoi cela est dangereux de jouer sur un mobile plutôt que de s'ennuyer dans le métro ou chez soi? Pas de réponse SVP du style désocialisation (Facebook, Twitter, Myspace, Blog, les jeux en réseaux prouvent l'inverse).
Zeta_Reticuli_1
Non je n'en vois pas a priori. Mais la question est: qu'est-ce que le jeu remplace? Si c'est «rien, je regardais le paysage qui est limité dans le métro en sous-terrain». Cela n'est pas grave et donc tout bénéfice. Si c'est lire, on touche autre chose, on arrive sur la hiérarchie des activités culturelles et donc la norme veut que la lecture soit plus valorisée donc on va vous dire "c'est moins bien". Mon observation des joueurs est différence : le jeu souvent automatique permet de vider la tête et de faire le sas entre l'"identité de femme au travail et celle de mère de famille par exemple. ça permet de couper après le travail avant de retrouver les siens. Ça permet de s'évader à un moment où le degré d'attention n'est pas élevé et la lecture donc pas fructueuse. Et il existe des jeux qui permettent d'apprendre des choses comme les questions du Trivial pursuit ou encore qui permettent de devenir plus agile et plus habile.

Quels sont les effets négatifs de l'addiction au téléphone portable ou à l'internet?
Charlot
Encore une fois, les effets sont rarissimes: il y a le no life qui n'a plus de vie sociale donc plus de lien avec les autres, toute la vie se passe devant l'écran
ou alors au contraire, tout le temps au bout du fil. Mais encore une fois, c'est marginal de marginal. Il me semble qu'il existe d'autres dysfonctionnements pires à résoudre. Et parfois ces périodes ont un effet vertueux; j'ai observé des usagers de Meetic et pour certains, en convalescence amoureuse, passaient des heures à répondre à des contacts sans jamais les rencontrer mais c'était une étape en attendant de ne plus avoir peur de la relation amoureuse, et peur de souffrir. Cette étape leur permettait de "se remettre en selle" comme m'a dit l'un sans encore franchir le pas de la rencontre où d'autre pourrait on avoir ce sas vers la guérison? L'anonymat et l'écran protègent et permettent ça.

Bonjour, j'ai un pauvre portable payé 19 dollars à Walmart, un PC qui a bientôt 4 ans, pas de lecteur MP3. Suis-je un cas rare ou existe-t-il une bonne partie de la population qui renouvelle sa technologie... Quand elle en a besoin et non par mode?
Panchito
Bienvenue au club, vous êtes nombreux et c'est normal. Pas de complexe à avoir, du moment que cela marche, pourquoi changer si les fonctionnalités supplémentaires ne vous apportent pas grand chose? Les opérateurs français ont fait le choix de subventionner le combiné en offrant pour un euro des combinés qui en valent 200 ou plus? Ce n'est pas le cas partout notamment en Italie où les gens paient cher leur mobile et y sont alors plus attentifs. C'est un effet du marché français mais la crise semble assainir les pratiques et permettre de revenir sur la mode qui consiste à changer de mobile pour un euro chaque année. Les opérateurs organisent des circuits pour recycler les anciens portables, dédiant dans leurs espaces des endroits pour les ramasser. Les fabricants ont des obligations de pouvoir offrir des mobiles avec des matériaux réutilisables.

Bonjour Mme Legealle , ma question est doit on réellement parler d'addiction aux nouvelles technologies? Car quels sont les dangers de celles-ci? Aujourd'hui les portables, ordis, consoles, iPod ect... font parti de notre vie quotidienne et je pense que nous n'avons pas le désir d'arrêter de les utiliser pour la plupart d'entre nous... alors quels sont les risques de leur utilisation?
ko54
Ne mettons pas tout dans le même sac, et ne cédons pas aux sirènes alarmistes: la wii fédère les générations et nous constatons que notamment lors des vacances et des fêtes, les grand parents s'y mettent. Je l'ai observé avec mes parents qui ont 61 ans et qui s'y sont mis avec les enfants de mon frère, 8, 4 ans et 2 ans: ils jouent à la wii et il y a échange, partage narratif et ça fédère. Et sans remplacer les parties de uno ou de monopoly. Il est normal d'entendre deux avis opposés, soit ceux qui pensent que les TIC vont apporter le bonheur et tout solutionner et ceux qui les accusent de tous les maux. Historiquement on a vu ça aussi pour toutes les innovations, que ça soit le trai
n ou l'électricité qui devait rendre stériles les hommes! Surtout que les tic ont déferlé en moins de 10 ans comme un tsunami donc il faut que les normes d'usage se mettent en place et que chacun trouve un usage qui permet de ne profiter que des bons côtés.
  
Le téléphone portable n'est pas indispensable, pour certains sans doute Mais il y a une vraie vie sans lui. Je pense que beaucoup ont beaucoup d'argent j'espère que ce ne sont pas les mêmes qui manifestent dans la rue ou font grève pour en réclamer encore, Lorsque l'on fait l'addition de ce que vous achetez elle est lourde et très lourde, consoles, jeux PC ou consoles, téléphones portables et tous les téléchargements de sonneries proute-proute à quelques euros Donc merci à certains de ne pas se plaindre. A utiliser avec intelligence mais c'est sans doute trop demander
eric93
Oui, à utiliser avec intelligence comme tout. Il y a très très longtemps à propos de la nourriture, Hippocrate disait qu'il y avait pas d'aliment toxique et seulement des doses toxiques; à chacun de trouver le bon dosage en alliant plaisir et sérénité. C'est encore nouveau donc il faut du temps pour que chacun, trouve ses marques. Idem après 68, la libération sexuelle a ouvert des possibles mais on assiste aujourd'hui à un retour de la fidélité à un moment donné (serial monogame). Laissons aux tic un peu de temps.

Les nouveaux portable type iPhone avec internet, facebook, twitter, myspace, msn, jeu, infos... Sont une porte ouverte sur la société, l'actualité et un outil de communication social. Mais en même temps ne nous isolent-ils pas des personnes qui se trouvent juste a coté de nous? Exemple quand un couple est chacun de son coté sur son téléphone avec son facebook ou msn... Il y à rupture de dialogue flagrant, non?! Pour mon cas personnel, je me suis déjà prit le bec avec ma moitié quand il va discuter sur son facebook via son iPhone.
Divadac
Les gens n'ont que 24h donc il faut voir ce que cela remplace. Dans votre cas, si ça remplace la conversation, effectivement c'est pas top mais si on écoute un peu de musique sur le mobile pendant les trajets au lieu de prendre en plus son lecteur, où est le mal? De plus dans les transports, ça permet de poser son regard sur l'écran et d'éviter la gêne liée à la promiscuité avec les inconnus. Donc ça remplace quoi? Si ça permet d'envoyer un SMS de réconfort pour dire "coucou je pense à toi" rédigé en attendant à la caisse du supermarché, ça me parait pas une menace pour le lien social. La question est plutôt «quel degré d'attention? est ce que ça n'incite pas à zapper, à ne plus savoir s'immerger dans la lecture longue?»

Ne peux-t-on pas parler d'addiction aux téléphone portable non pas d'un point de vue temps de communication mais de la présence du téléphone? Quand on voit tant de personne totalement perdu et déboussolé si elles n'ont pas leur portable sur ou près d'eux...
SART
Oui, les gens disent qu'ils sont morts s'ils perdent leur mobile! La dépendance à l'outil vient aussi du fait qu'il concentre de plus en plus de fonctions. Avant on avait besoin de plus d'outils pour faire ce qu'il fait. Vous montez une étagère en bois et avez besoin d'un niveau à bulle? Pas de souci, il existe une appli sur l'iPhone qui fait niveau à bulle. Il peut rendre service à tout moment. On ne fait pas que communiquer!

Qu'y a-t-il d'anormal à rester 10 heures par jour derrière son PC? Et pourquoi s'inquiéter sur un phénomène d'addiction qui n'a aucune conséquence néfaste (sauf pour certains individus mais pour ceux-la si ça n'avait pas été ça, ça aurait été autre chose de toute façon)?
Fred
Exactement, je suis bien d'accord. Le mobile comme l'ordi n'ont rien apporté de nouveau : de tout temps, il y a eu des «no life», des gens qui aimaient bien vivre en solitaire, en misanthrope. Il suffit de lire des romans du début du siècle qui se passent dans de petits villages. On y voit des gens qui ne se parlent jamais en 30 ans sans trop savoir pourquoi, des gens qui aiment vivre taciturnes sans trop sortir. On accuse toujours les TIC parce que les normes ont changé. Aujourd'hui il faut être connecté, relié et être transparent, afficher ses photos, sa localisation etc.... Mais quel est le sens de cette quête en avant? quel est le sens d'un ami sur Facebook si on ne partage rien dans la vie réelle? Exister reviendrait à dire qu'on a plus d'amis, la quantité primerait sur la qualité et donc le no life ne répond pas à cette tyrannie de l'ouverture, de la communication.

Bonjour, ne pensez-vous pas que ces addictions aux nouvelles technologies (je parle essentiellement des téléphones portables, des réseaux sociaux et autres messageries instantanées) dont les ados sont très friand n'ont pas pour effet de les désociabiliser justement? Les jeunes ne communiquent plus que par écrans interposés, ont des amis virtuels, des conversations entières par texto... Tous ces outils sensés rassembler n'isolent-ils pas ceux qui en abusent?
Lovamo
Bonjour, je ne suis pas aussi tranchée que vous. D'abord, c'est de mon point de vue d'observation positif que les jeunes sachent manier les TIC car ils devront les utiliser dans leur vie professionnelle et ils ne peuvent pas rester à l'écart de ce qui est le mouvement de leur génération et vivre avec leur époque. Ensuite, ils communiquent effectivement par MNS, sur FB dès qu'ils rentrent à la maison mais les sujets qu'ils abordent sont différents de ceux qu'ils abordent en face à face dans la cour de récréation. L'écran désinhibe, permet de discuter de sujets qui les taraudent car ils sont en pleine croissance: la sexualité par exemple est plus facilement abordée. De plus il n'y a pas le contrôle social des pairs comme dans la cour donc ça complète. Je n'observe pas de substitution. Au contraire, ils aiment passer des soirées les uns chez les autres, avec un, peu de PSP et de pizzas mais aussi beaucoup de discussions et d'écoute de musique, ça permet l'échange de goûts et de parler de soi donc ils relient aussi.

Pensez-vous sortir un livre pour les réfractaires aux nouvelles technologies en matière de téléphonie? Que pensent les sociologues de ceux qui ont eu un portable sur le tard, restent attachés à leur vieux Nokia qui ne fait même pas appareil photo, ont un vieux forfait bloqué orange 15 euros, écrivent des SMS en français...
Nilslof

Ah le sociologue n'est pas un sensé penser et apporter un jugement. Il doit être neutre et sans opinion sauf à chausser sa casquette personnelle. On observe, on décrit, on modélise et éventuellement on émet des recommandations sur des améliorations qui faciliteraient la vie des utilisateurs. Mais je vais vous répondre honnêtement et sincèrement. En fait 77% des Français de plus de 15 ans sont équipés et ce toutes catégories socioprofessionnelles confondues donc les sociologues aussi car on est des gens comme tout le monde. Les réfractaires sont rares car le mobile rend de tels services en micro coordination pour dire «je suis en retard car la circulation est mauvaise» ou «ton code a changé». On observe plutôt des usages raisonnés et raisonnables pour prendre le meilleur du mobile. Sur le point des SMS, c'est plus une question de génération: les plus jeunes écrivent dans leur langage lorsqu'ils s'écrivent entre eux et en Français vers les plus âgés que nous sommes nous parents. Cela crée du lien entre eux et contribue à les construire par opposition à une autre tranche d'âge.

Bonjour Madame. Quels sont les critères pour dire que l'on est addicted (aux nouvelles technologies)?
Gpasdepseudo

L'addiction telle que définie notamment par Howard Becker un sociologue américain qui a travaillé sur le sujet bien avant l'arrivée des TIC correspond à l'apparition d'une souffrance. Ainsi pas de seuil dans l'absolu. A 2h de jeux vidéo par jour on peut ne pas souffrir et ne pas être addict et inversement l'être avec 2H si cela nuit à votre équilibre parce que vous en souffrez. Mais comme souvent, les addictions ont un terrain et l'addiction observée à un usage des TIC existerait ou serait remplacé par un autre. Il y a des classes d'addiction: celles liées à la maîtrise du corps comme boulimie, anorexie ou sport en excès et d'autres liées au paraître, à flamber dans les casinos parce qu'il faut le regard des autres. Donc il y a un terrain mais on peut lutter et s'en sortir, pas de fatalité non plus.

Vous parlez d'addiction, or les vraies addictions (drogues, alcool) provoquent des effets graves de dépressions, manques lourds, violences et aussi des suicides, hospitalisations en psychiatrie. Or à ma connaissance si vous coupez le téléphone, ou la console de jeux, l'internet ou la TV chez les gens normaux cela ne produit pas ces effets. Pourquoi parlez-vous donc d'addictions plutôt que des habitudes de vie?
Zeta

Ce n'est pas moi qui parle d'addiction. On posait la question mais non, je ne vois pas d'addiction réelle. L'addiction telle qu'elle est définie ne correspond pas à un seuil dans l'absolu, par exemple à partir de 4h par jour vous êtes addict et à 3h59 non. Il y a addiction lorsqu'il y a souffrance. Or on a toujours la possibilité de le couper ou de ne pas en acheter. J'observe au contraire et ce depuis 10 ans que j'enquête, interroge, que le mobile est une ressource supplémentaire au service du lien social et donc permet de joindre les gens qu'on aime pour leur dire qu'on pense à eux, il apporte donc du réconfort et permet de se sentir souvent moins seul par exemple dans un hall de gare anonyme. Il permet aussi de gérer efficacement la logistique en appelant directement les bonnes personnes. De plus les fonctions ludiques comme le jeu, la télé, la musique permettent de passer plus agréablement les moments d'attente où no est seul, bloqués dans une situation souvent contrainte. Donc bien géré, il n'apporte que des avantages.

Plutôt que de parler d'addiction, le téléphone portable ne serait-il pas devenu un outil indispensable d'intégration sociale pour les nouvelles générations?
Murray

Tout à fait d'accord avec vous, d'ailleurs j'observe qu'à l'entrée au collège, cela devient un rituel de passage d'offrir à l'adolescent son premier portable car c'est un outil d'intégration avec partage de musique et de sonneries et aussi outil d'apprentissage de l'autonomie pour le jeune ado. L'addiction est très rare et en fait l'addiction au portable si elle existe en remplace souvent une autre. Pour moi, c'est devenu un objet indispensable dont il ne faut pas se priver qui permet aussi la micro coordination (vous avez rendez-vous et le code a changé, sans portable, vous êtes bloqué) mais il faut aussi savoir le couper et l'éteindre complètement pour profiter de bons moments avec ses amis, sa famille et les proches. Il ne remplace pas les moments de complicité partagés en live.

Le chat est fini