Vous avez interviewé Patrick Rotman sur mai 68

VOS QUESTIONS Cet historien, auteur de livre et de documentaires vous a répondu...

— 

Jacques Chirac "n'a pas vu" le documentaire qui lui est consacré, diffusé lundi et mardi soir par France 2, mais des proches regrettent le "parti pris" de l'auteur Patrick Rotman.
Jacques Chirac "n'a pas vu" le documentaire qui lui est consacré, diffusé lundi et mardi soir par France 2, mais des proches regrettent le "parti pris" de l'auteur Patrick Rotman. — Franck Fife AFP/Archives

Patrick Rotman est historien, auteur de livres et scénariste-réalisateur de documentaires. Il sort deux livre au Seuil, «Les années 68» et «Mai 68 raconté à ceux qui ne l'ont pas vécu». Il a également réalisé un documentaire sur ce sujet pour France 2. Et il vous a répondu:

Ses dernières réponses:

dave | 03.04.2008 - 22h01
C'est depuis 1945 que la France est redevenue une démocratie , pas 1968, non?
Comme réflexion idiote, on ne fait pas mieux. La République a même commencé avant 1945...

Domibis | 04.04.2008 - 09h28
J'apprenais à lire en 68, ma famille était contre tout ça, je crois que j'aurais aimé y participer. J'aimerais que vous parliez des femmes, de leur rôle en 68, de la manière dont elles sont venues manifester (les ouvrières? les étudiantes? les intellectuelles?) et quelles étaient leurs revendicationsspécifiques. Comment leur parole a-t-elle pu se libérer et qu'est ce que 68 a changé pour elles, en famille, dans les usines, pour leur vie personnelle et publique, sociale?
Les femmes, étudiantes ou ouvrières ont participé au mouvement. Je pense aux vendeuses des grands magasins (il y a de très belles archives filmées qui les montrent dans leur combat pour la reconnaissance de leur dignité). Mais il est vrai que les revendications «féministes» sont apparues dans l'après-68. Il y a eu au début des années 70 des grandes mobilisations pour obtenir le droit à l'avortement qui ont débouché sur la loi Veil. Mais plus généralement, 68 marque le début du combat (loin d'être achevé) des femmes pour l'égalité, la fin des discriminations, la libération sexuelle. Encore une fois, il suffit de regarder la société française d'avant 68 (Les femmes avaient besoin de l'accord de leur mari pour ouvrir un compte en banque) pour mesurer ce que ces années ont apporté. Mais cette lutte pour les libertés, la démocratie, l'égalité n'est évidemment pas achevée.
Je pense que 68 sur ce plan a apporté beaucoup même si on peut critiquer les excès, les outrances. Il y en a toujours dans ce genre de mouvement. ce qu'il faut regarder c'est le sens général et ne pas s'arrêter aux détails.
Sur toutes ces questions, je vous renvoie à mes livres où je détaille ces problèmes et bien d'autres.68 est un mouvement historique considérable qui a eu une influence importante et pas seulement en France. mais c'est une mouvement fini, achevé. Depuis le monde a changé radicalement et tout le contexte international; politique, idéologique; Au début du XXI ème siècle, il faut cesser de s'y référer dès qu'il se passe quelque chose dans ce pays. S'il se passe quelque chose , cela sera forcément différent.
Ce n'est qu'un début, le débat continue.

loshovan | 04.04.2008 - 09h16
Pourquoi faut-il raconter mai 68 à ceux qui ne l'ont pas vécu?
Parce que c'est un événement historique important. Toutes les enquêtes d'opinion depuis longtemps montrent que les Français s'y intéressent.Il faut donc savoir ce qui s'est passé, l'analyser. Mais les Français de moins de 55 ans n'ont pas vécu ces événements et au fond ne savent pas très bien ce qui s'est passé. D'où mon livre pour raconter et expliquer sereinement et de manière pédagogique, avec distance cette décennie de grand chambardement.

tim | 04.04.2008 - 11h02
Vous dites que les 68ards ne sont pas au pouvoir... peut-être pas à L'Elysée, mais à la tête des médias et du monde intellectuel... non? Ne font-ils donc pas le discours mainstream?
Il y a des soixante-huitards dans les médias. Pourquoi n'auraient-ils pas le droit d'être journalistes. Certains d'entre eux ont des responsabilités. Mais je ne vois pas à de soixante-huitards la tête de TF1, des grands magazines qui appartiennent pour l'essentiel à des groupes industriels liés au pouvoir politique. Quant au monde intellectuel, il y a autant de pro que d'anti-68. Il suffit de lire les débats dans la presse.

tulipedemai | 03.04.2008 - 16h12
Qu'est ce qu'ils nous bassinent avec leur souvenirs d'anciens combattants. En plus ils ont gagné quoi?
Vous n'êtes pas obligé d'écouter. 68 c'est le plus grand mouvement social de l'histoire de France. Cela devait signifier quelque chose que des millions de personnes se mettent en grève, que partout dans toutes les catégories, y compris les dentistes et les footballeurs les gens revendiquent, prennent la parole, se parlent. Moi, qui suis historien, cela m'intéresse de comprendre ces grands mouvements collectifs.

bastet 17 | 03.04.2008 - 21h14
Pourquoi se limite-t-on en parlant de Mai 68 à ne voir qu'un mouvement d'étudiants parisiens, devenus des nantis? C'est très limité, Mai 68 ne s'inscrit-il pas dans un mouvement beaucoup plus vaste, mondial, les protests songs, c'est bien à cet époque qu'ils se sont développés. Pour les femmes, planning familial, contraception...
Vous avez mille fois raison. Dans mes livres, j'essaie de montrer la dimension internationale de 68. C'est effectivement un mouvement de révolte qui secoue le monde, porté par la lutte contre la guerre du Vietnam. Dans mon film "68", je propose un voyage planétaire dans cette année 68 de Saigon à Mexico, de Prague à Berlin. On voit bien que notre "mai 68" n'est qu'un moment d'un vaste mouvement.

loshovan | 04.04.2008 - 09h18
Pourquoi les soixante-huitards sont si arrogants (genre: «vous vous n'avez jamais rien fait») alors que leur bilan politique et social n'est vraiment pas terrible?
Il n'y a aucune arrogance à avoir. Le bilan est évidemment discutable. Il y a du positif et du négatif. Je fais ce droit d'inventaire dans mon livre. En tout cas, on ne peut pas regarder 68 comme un bloc. C'est un mouvement complexe, bourré de contradictions.

Chémicaréson | 03.04.2008 - 21h56
Mai 2008, ne serait-il pas un nouveau 68? difficile de le dire mais comparé à la situation des salariés de l'époque nous ne sommes pas dans une situation meilleure que celle de l'époque...
Il n'y aura pas de nouveau mai 6! dans les formes prises par ce mouvement. Il y aura autre chose, adapté à notre temps, avec les forme de lutte de notre époque, avec le langage d'aujourd'hui.

helenebzh | 04.04.2008 - 10h39
Pensez-vous que les conditions sont aujourd'hui réunies (ambiance générale morose, jeunesse «au taquet» (moi-même étudiante je peux l'affirmer), président détesté par ses opposants, les problèmes auxquels fait face le degré supérieur...)pour une sorte de nouveau Mai 68? que pensez-vous du discours anti-soixantuitard qu'on retrouve depuis quelques années de façon récurrente?
Même réponse qu'avant. En France, comme on ne sait pas faire des réformes dans le calme et la concertation, en écoutant tous les acteurs sociaux, on laisse les raisons du mécontentement s'accumuler. Un jour, cela explose; c'est ce qui s'est produit en 68. Le discours anti-soixante-huitard est nourri pour une bonne part de fantasmes qui n'ont qu'un rapport lointain avec la réalité. Par ex les soixante-huitards sont au pouvoir. C'est l'idée la plus fausse. Mais il n'y a rien à faire, tout le monde la répété. Moi, je connais que des soixante-huitards qui médecins, profs, éducateurs, instituteurs se sont dévoués pour les autres dans leur boulot, des associations mais on ne parle jamais d'eux et pour cause.


dave | 04.04.2008 - 10h05
Bonjour, il y a eu mai 68 qui était une rébellion contre les valeurs en place, et initiée par les enfants gâtés des trente glorieuses. 40 ans après, ces mêmes personnes contrôlent le pays sur le plan politique, intellectuel et médiatique! En constatant l'état de la France qu'ils ont hérité, et l'état du pays qu'ils vont léguer à leurs enfants, pourrait-on s'attendre un jour à un anti-mai 68? La nouvelle génération pourrait-elle se mettre à rejeter les valeurs ce cette génération qui a ruiné le pays et fait perdre ses repères quand elle en avait les commandes?
J'ai déjà répondu à cette question. Ce n'était pas des enfants gâtés, ils ne sont pas au commande. On cite toujours les dix mêmes noms qu'on retrouve dans les médias. Dire que cette génération a ruiné le pays est une franche rigolade. Qui est au pouvoir depuis quarante ans. C'est Cohn-Bendit???

paulcool | 30.03.2008 - 14h31
C'est quand qu'on recommence?
Quand vous voulez.

Beck60 | 04.04.2008 - 09h37
Pourrait-il y avoir un nouveau mai 68?
Non. Les évènements historiques ne se reproduisent pas à l'identique. Mai 68 naît d'une conjoncture particulière, celle des années 60, d'un contexte mondial. Tout cela est aujourd'hui obsolète. Cela ne veut pas dire qu'il n'y aura pas d'autres mouvements étudiants, ou ouvriers, qu'il n'y a pas mille raison de protester et de se révolter mais cela ne peut se faire en référence à un évènement qui a 40 ans.

Aubergine | 04.04.2008 - 10h02
C'est un fantasme pour beaucoup de revanchard le fameux Mai 2008, n'est-ce pas?
Mai 68 est plus vécu comme un fantasme de tous côtés d'ailleurs. Je défends l'idée qu'il faut regarder la réalité de ce qui s'est passé; qui est passionnant, de décrire et d'analyser cet évènement et de dépasser les mythes, et les idées reçues.

USA | 27.03.2008 - 17h08
Mai 68 a quoi cela a servit?
Mai 68 est l'épicentre d'une grande mutation de la société française qui a permis des avancées démocratiques très importantes. J'en cite une seule: la reconnaissance de la section syndicale d'entreprise qui est le principal acquis des accords de Grenelle. Avant, les syndicalistes étaient clandestins dans l'entreprise, ce qui montre l'état d'archaïsme des relations sociales. Si on se demande à quoi a servi Mai 68, il suffit de regarder ce qu'était la société française avant, comme je le montre dans «Les années 68»; On voit bien ce qui s'est passé.

karamba!! | 03.04.2008 - 18h26
Aujourd'hui ce sont clairement les manifestants de 68 qui sont aux commandes du pays. On ne peut pas dire que la France fasse des bonds mais en fait reste très conservatrice de ses schémas (de 68) comme si c'était quelque chose de définitivement abouti. S'il doit y avoir un nouveau 68 (08?) n'est-ce pas contre ces anciens qu'il faut se rebeller en fait aujourd'hui pour générer réellement du neuf plutôt que de verser (encore) dans la nostalgie?

Dire que les anciens de 68 sont aux commandes et une idée totalement fausse. Où sont les anciens de 68 à la tête des banques, des grandes entreprises. Sarkozy et Fillon n'ont pas défilé en 68. Une fois pour toute, il faut comprendre que les «soixante-huitards» ce sont des millions de personnes qui ont participé, fait la grève, discuté et que ceux-là sont des anonymes qui ont continué leur vie et leur profession. Mais vous avez raison. Il ne faut pas verser dans la nostalgie. Je défends l'idée dans mon livre que 68, mouvement historique important est fini depuis longtemps. Il faut cesser de s'y référer sans cesse et inventer de nouvelles idées.

pascontent1981 | 04.04.2008 - 09h12
Si il n'y avait pas eu mai 68, que serait devenue la France (en gros)?
Mai 68 a été un accélérateur important entre deux mondes, deux sociétés. Sans doute, ces transformations se seraient produites mais plus lentement. Il faut considérer ce moment comme une décennie de mutation et de transformations culturelles et sociales. Il suffit de regarder les difficultés et les obstacles pour faire abolir la loi de 192O sur l'avortement. Sans mai 68 et la suite, le combat des femmes, il n'est pas certain que cela se serait fait.

panchito | 26.03.2008 - 17h18
Les manifestants de mai 68 n'étaient-ils pas les ancêtres des bobos d'aujourd'hui qui rêvent de révolutions tout en habitant les quartiers chics de Paris?

Les manifestants de 68 n'étaient pas tous étudiants. Il y avait 7 milli
ons de grévistes. Tous les étudiants n'étaient pas des «fils à papa». Entre 60 et 68, les effectifs étudiants ont été multipliés par 3 ce qui signifiait un large renouvellement social. J'ajoute que dans les manifestations, il y avait de plus en plus de jeunes ouvriers et de jeunes des banlieues.

Le chat est fini…