Vos questions sur la Russie

VOUS INTERVIEWEZ Gilles Favarel-Garrigues, professeur au CERI spécialiste de la Russie, répond...

— 

Le compte à rebours pour la succession du président russe Vladimir Poutine a été officiellement enclenché mercredi avec l'ouverture d'une période d'un mois pendant laquelle les candidats vont devoir se faire connaître.
Le compte à rebours pour la succession du président russe Vladimir Poutine a été officiellement enclenché mercredi avec l'ouverture d'une période d'un mois pendant laquelle les candidats vont devoir se faire connaître. — Natalia kolesnikova AFP

Gilles Favarel-Garrigues, chercheur au CERI spécialiste de la Russie, a répondu sur les élections et sur ce pays en général. Il est l'auteur de «La police des moeurs économiques de l'URSS à la Russie» (CNRS Editions), sorti en novembre.

1.) Une évolution à la chinoise aurait-elle été meilleure? Dictature communiste se fondant dans le capitalisme?
A3

Tout dépend du point de vue qu'on veut défendre. Ce débat en Russie sur la voie chinoise (réformes économiques + statu quo politique) s'est développé en Russie au cours des années 1990, mais certains observent que le gouvernement russe actuel ne fonctionne pas si différemment du régime chinois.

2.) Le FSB a-t-il une influence sur la politique Russe actuelle?
Nina

Un nombre important d'officiers ou d'anciens officiers du KGB-FSB est en effet actuellement en poste dans les services de l'administration présidentielle, au gouvernement, dans les administrations régionales et locales, et dans les grandes entreprises du pays. Pour autant, il ne faut pas céder trop vite aux sirènes du complot, actuellement en vogue, parce que rien ne permet de savoir à quel point les intérêts que défendent tous ces agents sont homogènes.

3.) Vladimir Poutine est-il un «nouveau Tsar» pour la Russie?
Edouard

C'est une image courante. Il est vrai que le pouvoir est très personnalisé et que la constitution russe de 1993 favorise le président, au détriment de l'assemblée. L'administration présidentielle, c'est-à-dire le Kremlin, a plus de pouvoir que le gouvernement ou que le parlement, alors que ses attributions ne sont presque pas abordées dans la constitution. D'où l'opacité qui entoure les décisions politiques prises au sommet et les questions permanentes sur ceux qui, au Kremlin, détiennent vraiment le pouvoir.

4.) On critique la «démocratie» russe pourtant on s'apprête à glorifier les JO en chine, en Russie il y a un embryon d'opposition. Pourquoi?
Jacques

Parce que les relations internationales ne sont pas guidées par des valeurs, mais aussi par des intérêts liés au contexte considéré! Je note par ailleurs que les critiques des gouvernements occidentaux sont timides, du fait des menaces économiques que peut aujourd'hui brandir la Russie

5.) Ne pensez-vous pas que V.Poutine va chercher malgré la limitation de la constitution à peser de tout son poids dans la suite de l'histoire de la Russie? Et à étendre encore davantage l'influence des services secrets russes sur l'économie?
tatoun

Il est clair que Vladimir Poutine cherche à se maintenir, comme l'ont montré ces discours après le résultat des élections d'hier. Il est en effet vraisemblable qu'il se sente investi d'une mission historique, destinée à redresser le pays.

6.) Pourquoi personne n'intervient concernant la situation du peuple tchétchène?
Adel

Le discours russe officiel martèle que la situation de la Tchétchénie est normalisée. Les relais du président sur place s'imposent par des investissements massifs et l'usage de la violence vis-à-vis de leurs opposants. Ils sont loyaux au président, comme le montrent les résultats des élections d'hier dans la république tchétchène: 99,36% de voix pour Russie Unie...

7.) La Russie possède-t-elle toujours la deuxième armée au monde? Pourquoi a-t-elle déployé des missiles Topol-M de portée 10000 Km au alentour de Moscou? Qui craint-elle?
Edouard

Durant la campagne électorale, le camp présidentiel a une nouvelle fois joué le registre de la forteresse assiégée, mais le point de vue russe sur la politique de l'OTAN peut aussi se comprendre: il est difficile d'expliquer que les bases prévues en Europe centrale ne sont nullement liées à la proximité du territoire russe... Il est en revanche paradoxal de voir que la réforme de l'armée a été l'un des thèmes de la campagne, dans la mesure où c'est un aveu d'échec après huit ans de gouvernement...

8.) Quelle est la crédibilité de ces élections? La Russie est-elle une démocratie?
Charlot

Plusieurs éléments entachent la crédibilité de ces élections: les conditions de sélection des partis en amont (durcissement des règles, élévation des critères), le déséquilibre de la représentation de protagonistes durant la campagne (Russie Unie monopolisant l'espace); enfin le déroulement du scrutin qui, comme déjà observé dans ce pays précédemment, ouvre la voie à des manifestations douteuses de soutien...
Ces faits indéniables n'empêchent cependant pas que V. Poutine bénéficie d'un soutien dans la population, au-delà de la propagande ou de l'élimination directe des concurrents. C'est d'ailleurs souvent loin d'un soutien hystérique, mais nombre de Russes s'accommodent d'un Président qu'ils associent à la croissance économique, à la restauration de la place de la Russie dans le monde, à une relative stabilité... Ils n'ignorent pas les méthodes employées par le gouvernement, mais ont une vision très dégradée de la politique, ont peur des "aventures" et se satisfont de la stabilité qu'offre l'actuel chef de l'Etat.

9.) En 2000, lorsque Bush a remporté les élections en truquant les votes en Floride, je n'ai pas beaucoup de conscience s'émouvoir ou demander une enquête...
Cisco

Il en a en tout cas beaucoup été question en Russie à ce moment-là ! C'était pour les médias russes l'occasion de dénoncer le fonctionnement des démocraties occidentales. Depuis 2000, cette critique de la démocratie s'est amplifiée, en s'appuyant sur des arguments qui ne sont pas tous faux mais en donnant au régime russe actuel une légitimité. Le concept de "démocratie souveraine", employé par les gouvernants russes, illustre cette critique et la volonté de définir par soi-même le critère d'un régime démocratique…

10.) Que pensez-vous des félicitations de Sarkozy à Poutine?
Manuerun

Je note un changement entre le ton employé durant la campagne pour l'élection présidentielle française et le ton actuel. Ce changement peut s'expliquer par la prise de consciences des intérêts économiques français en Russie: alors que notre pays a été pendant quelques années en retard par rapport à d'autres du point de vue des investissements en Russie, plusieurs grandes entreprises développent depuis quelques années des stratégies ambitieuses. Je crains par conséquent que les critiques adressées au gouvernement russe demeurent très timides.

11.) Ces problèmes ne sont-ils pas aussi liés à l'énorme territoire de la Russie et de l'impossibilité de gérer un tel espace de manière centralisée et démocratique?
Charlot

Gouverner un tel territoire est évidemment compliqué, mais en même temps c'est la volonté de conserver l'unité du pays qui justifie l'adoption de mesures discutables du point de vue de l'équilibre politique. Alors que les gouverneurs des régions étaient élus au suffrage universel, ils sont désormais nommés, au nom du renforcement de la "verticale du pouvoir". Il ne faut pas à mon avis considérer que la taille du territoire justifie de restreindre les libertés.

12.) Sarko qui félicite Poutine, ce n'est pas de bon augure pour notre démocratie? Déjà que je trouve que l'évolution que l'on prend ressemble à ce que connaît la Russie: partis pro kremlin de la gauche à l'extrême droite contre partis sarkosystes de tous bords, connexion entre le président et les médias, opposition nulle part... Bref d'ici que Sarko gagne au 1er tour en 2012...
danvador

Il peut être séduisant de comparer des styles ou des programmes, accentuant les mesures économiques libérales et les politiques de sécurité... mais le contrôle opéré en Russie sur les élites régionales et locales, sur la justice, ou encore la diffusion de la violence dans la société empêchent de développer cette comparaison.

13.) Si Sarko se regarde dans une glace; il verra le visage de Poutine, même combat contre les pauvres, même dictature ! même profit financier. Non?
bndg

Même dictature? Il ne faut pas exagérer. Depuis près de deux décennies que je me rends en Russie, j'ai réalisé qu'il existe au moins une différence fondamentale entre le régime russe et le nôtre: c'est la prévisibilité du résultat des élections en Russie.

14.) On trouve les Russes gentils à cause du gaz ?
Hilary

"On" réalise surtout que le gouvernement russe est prêt à prendre des mesures de rétorsion face aux partenaires indélicats : la Grande-Bretagne s'est récemment trouvée dans cette situation, et les autres pays occidentaux ne souhaitent pas de telles complications.

15.) Je suis triste pour la Russie et les démocrates mais le problème c'est qu'il n'y a pas d'opposition forte qui pourrait se poser en alternative. Enfin, on ne détruit pas dans le subconscient des gens, plus de 80 ans de communisme...
L'opposition en Russie est dans un piteux état, à cause des offensives qu'elle a subies, mais aussi des problèmes de structuration. Il est clair que les trois autres partis que Russie Unie qui sont présents dans la nouvelle douma ne peuvent constituer des forces d'opposition crédibles, susceptibles de prendre le pouvoir. Le LDPR de Jirinovski ne s'oppose pas au Kremlin ; de même pour Russie juste. Le parti communiste épuise progressivement ses forces. Les partis démocrates et libéraux souffrent d'un déficit de popularité ; quant à Garri Kasparov, il n'attire pas pour l'instant de larges couches de la population. Russie Unie monopolise l'espace politique, les autres formations à la douma servent de caution démocratique.

Le chat est fini, le débat continue, ci-dessous...