Chat - Interdiction de fumer

— 

no credit

Face aux mécontentements des débitants de tabac, le gouvernement a accordé un délai d'un an (1er janvier 2008) pour l'application de l'interdiction dans les cafés, tabacs, restaurants, discothèques...

M. Le Pape, président de la Confédération des débitants de tabac de France, a répondu à vos questions :


1 - Avez-vous étudié l'interdiction de fumer des pays de l'UE ? Si oui quel est le constat? Y'a-t-il eu diminution du CA? – Mister N


Ce n’est pas évident. Toute l’Europe n’a pas adopté un dispositif aussi sévère qu’en France. Nous n’avons donc que quelques points de comparaison :
En Italie, le marché du tabac s’est tassé de 6% au début de l’interdiction, depuis il semble être reparti à la hausse. En Irlande, les pubs ont perdu là aussi de la clientèle au départ, mais depuis ces mêmes pubs se sont adaptés en laissant fumer les fumeurs sur les terrasses et la consommation semble repartie.


2 - La cigarette tue 60000 personnes chaque année en France, faut être criminel pour faire ce métier. Se faire du fric sur la santé des gens c'est quand même pas une vocation ? Je fume régulièrement quelques cigarettes par jour mais j'ai horreur que quelqu'un m'impose sa fumée, au resto ou au bar par exemple. Il y va même de la santé de vos employés. Franchement, on peut savoir, pourquoi vous n’êtes pas contents ? – Matthias

Nous ne sommes pas des criminels ! Vos propos sont intolérants.
Si vous fumez régulièrement quelques cigarettes vous devez bien avoir besoin d’aller de temps en temps chez un buraliste (à moins d’acheter des cigarettes en contrebande, au profit des marchés mafieux). Vous avez du constater que le buraliste propose un tas d’autres produits que le tabac. Quant à ce dernier, nous le vendons dans le cadre d’un Contrat de gérance signé…avec l’ETAT.
Les buralistes sont parfaitement conscients de la nécessité d’une politique de santé publique, pour autant, il est normal qu’on les aide à s’adapter comme pour d’autres professions.
Quant à « ceux qui se font du fric sur la santé des gens », je suppose que vous faites allusion aux fabricants de patchs et autres marchands de recettes miracles anti-tabac qui sont si fiers d’annoncer qu’ils font des progressions de bénéfices extraordinaires !


3 - Quand l'année purgatoire sera finie, en demanderez-vous une supplémentaire ?? – Muir

On ne cherche pas à « jouer la montre », mais ce décret est une usine à gaz ! On ne comprend rien à ce qui est censé se passer le 1er janvier 2008 dans nos établissements (à minuit ? Bonjour l’ambiance pour le réveillon !). Ce que nos clients nous demandent, c’est la liberté de choix (entre établissement à statut non-fumeur ou fumeur)



4 - Alors que la loi Evin a été votée depuis plusieurs années, et que la tendance jusqu'à maintenant a toujours été vers une interdiction de fumer dans les lieux publics, pourquoi vous vous considérez comme victimes de cette interdiction? Vous étiez prévenus... – FD

La victime c’est la liberté… d’assumer ses choix de façon responsable. Trouvez-vous juste, qu’il y ait une interdiction totale de fumer dans tous les lieux publics et que l’on jette les fumeurs à la rue ? Encore une fois, d’autres pays comme l’Espagne ou la Belgique ont opté pour un dispositif moins draconien avec la liberté de choix.


5 - Pourquoi laisser du temps pour les discothèques alors que le taux de monoxyde de carbone y est en quantité énorme. Pourquoi ce délai de 1 an puisque la loi n'implique pas de modification des locaux contrairement à celle des espaces fumeurs/non fumeurs ? La France est-elle spécialiste des demi-mesures ?– Bebop

Une vraie mesure radicale et complète aurait carrément consisté à interdire de fumer et de vendre du tabac…mais justement, les ayatollahs anti-tabac nous disent que c’est impossible car il reste quand même 30% de fumeurs en France… Alors dans ce cas là, pourquoi ne pas prévoir des espaces d’accueil pour les fumeurs puisqu’ils semblent encore tolérés ?


6 - Bonjour. Pensez-vous que cette interdiction va favoriser un marché noir avec des fumoirs interdits pour le public ? – Andreas

Pendant que le gouvernement prend des mesures contre le tabac, le marché noir du tabac continue à se développer…C’est une réalité ; la preuve, de nouvelles prises importantes ont été faites sur Paris la semaine dernière (5 000 cartouches en une soirée, le 22 janvier).


7 - Mr le Pape : En cas de baisse de la consommation de tabac suite à cette loi, les buralistes seraient-ils d'accord pour diversifier leurs articles en vente ? Je pensais à des patchs (par exemple) et ce pour éviter le versement de subventions, qui finalement ne feraient office que de "sparadraps" dans leurs revenus. – cécé

La diversification et la mutation du réseau des buralistes ont déjà commencé. Il y a deux ans, nous avons créé une Coopérative des buralistes que travaille sur l’avenir du réseau et nos produits de diversification. Car une chose est sûre, la France aura toujours besoin de son réseau de buralistes : avec son double rôle de lien social dans les quartiers et d’animation commerciale dans les campagnes.



8 - Le gouvernement est-il hypocrite vis à vis des buralistes ? – Momo

Oui, car il ne nous a pas ménagé ces derniers temps alors qu’il a toujours besoin de notre rôle de proximité. Il a fallu que nous descendions dans la rue pour obtenir le cadre nécessaire à notre mutation (le Contrat d’avenir). Et n’oublions pas que si l’on vend du tabac, c’est encore pour les caisses de l’Etat.


9 - Vous sentez vous un peu responsable des morts du cancer dû à la cigarette ? – Vincent

Cela me surprend…on ne pose jamais cette question aux vendeurs de voitures à propos des victimes des accidents de la route ! Comme tous les Français, les buralistes partagent un certain nombre de préoccupations sur les problèmes de santé. Nous sommes des citoyens comme tout le monde. Et nous pensons que dans le domaine de la santé tout doit passer par un travail en profondeur. Et non par « les artifices » de la santé spectacle.


10 - M. le Pape pensez-vous que ce décret autoritaire puisse être abrogé après les présidentielles pour une loi moins restrictive, une loi "a l'Espagnole" par exemple ? – guerbeur

Un décret peut toujours être remplacé par un autre décret et il est vrai qu’une loi à l’espagnole avec libre choix du statut de l’établissement (fumeur ou non fumeur) serait une meilleure façon de faire cohabiter, en toute convivialité, fumeurs et non-fumeurs. Entre lourde décision d’interdiction et appel à la responsabilité, il faut que la France choisisse.


10 - M. le Pape pensez-vous que ce décret autoritaire puisse être abrogé après les présidentielles pour une loi moins restrictive, une loi "a l'Espagnole" par exemple ? – guerbeur

Un décret peut toujours être remplacé par un autre décret et il est vrai qu’une loi à l’espagnole avec libre choix du statut de l’établissement (fumeur ou non fumeur) serait une meilleure façon de faire cohabiter, en toute convivialité, fumeurs et non-fumeurs. Entre lourde décision d’interdiction et appel à la responsabilité, il faut que la France choisisse.

11 - Arrêtez de clamer que vous allez perdre des clients et qu'on doit vous attribuer des compensations !! Les non-fumeurs étant + nombreux que les fumeurs, vous ne perdrez pas votre chiffre d'affaires au contraire, il va doubler car les non-fumeurs vont sortir en famille et donc vous aurez aussi de jeunes clients qui ne sont encore jamais venus. Aides de l'Etat + nouveaux clients n'est-ce pas + lucratif que des simples fumeurs ? - laureline13

Connaissez vous l’ambiance de nos bars tabacs ? La plupart du temps les fumeurs et non fumeurs cohabitent sans problèmes, mais si nous sommes obligés d’exclure les fumeurs, mon opinion est que l’on va surtout casser l’ambiance. Je pense à ce bar tabac qui reste le dernier commerce accueillant ces quelques retraités, fumeurs et non fumeurs, venus se retrouver ensemble pour jouer aux cartes, regarder la télé…Si demain on interdit aux fumeurs d’y fumer et bien - ils nous l’ont dit - ils préféreront se refugier chez eux et ne viendront plus.


12- En quoi le fait de vendre du tabac devrait-il être une autorisation de le fumer sur place ? chez la plupart des commerçants on achète et on emporte chez soi ? Pourquoi cela serait différent dans un tabac ? – manu

Oui, c’est différent dans un bar tabac car on ne fait pas qu’y acheter. On discute, on commente l’actualité, on fait des rencontres, on regarde des matchs de foot…c’est une sorte de deuxième maison pour beaucoup…on préfère venir fumer avec ses amis autour d’un verre plutôt que de fumer chez soi en famille, à côté des enfants. Voilà pourquoi nous souhaitons être toujours tolérants vis-à-vis des fumeurs.


13- Va-t-il y avoir un système d’amandes pour les tabacs et autres lieux qui ne respecteront pas la loi ? – marcellus

Oui, avec le corps de 130 000 inspecteurs pour les contrôles systématiques que vient d’annoncer le ministre de la Santé, M.Bertrand, je pense que nous serons particulièrement visés…comme s’il n’y avait pas d’autres problèmes de sécurité en France.


14- Pensez-vous qu'il serait plus utile, au niveau des bars, resto, disco, etc.... de créer des bars fumeurs et des bars non fumeurs, resto fumeur et resto non fumeur ? - skynet95

Oui, tout à fait, ce serait plus simple et la meilleure façon de respecter les principes de liberté et de responsabilité individuelles.


15- Mr le Pape, êtes vous fumeur ? – Matt

Je ne le suis plus depuis plusieurs années mais quand j’entends un certain nombre de bêtises j’ai envie de le redevenir ! Ce qui est malheureux c’est que le fumeur est, aujourd’hui, le mauvais élève et demain on l’expulse de tous les lieux publics… l’exclusion n’a jamais réglé de problèmes, surtout dans un pays dont l’une des priorités est la réduction de la fracture sociale…


>> Merci à tous d'avoir participé au chat avec M. Le Pape. Vous pouvez débattre ci-dessous, vos avis sont les bienvenus.

"...si l’on vend du tabac, c’est encore pour les caisses de l’Etat."