Pascal Lamy: «Les paradis fiscaux sont une anomalie dans une économie globalisée»

VOS QUESTIONS L'ancien directeur général de l'OMC vous a répondu...

Cédric Garrofé

— 

Pascal Lamy
Pascal Lamy — C.Gonthier

[Le chat est terminé]

Merci pour vos questions. Elles tournent autour des sujets que j’ai évoqués dans mon livre. La France peut, par l’Europe, peser sur la mondialisation dans le sens de nos valeurs. Pascal Lamy.

Est-ce que la «fuite» des cerveaux français pour travailler à l'étranger est en progression ces dernières années? On parle souvent de cet exil, mais quelle est la proportion de français qui reviennent travailler en France  

Oui même si je n’ai pas de chiffres précis. Mais cela n’a rien d’irrémédiable si les réformes nécessaires sont mises en œuvre. 

J'habite en Suisse. Les salaires sont beaucoup plus élevés qu'en France, le niveau de vie aussi. Le pays est seul, au milieu des pays de l’UE. Pourra-t-il conserver sa spécificité indéfiniment?

La Suisse peut conserver son statut “haut de gamme” si elle continue à se spécialiser dans une économie à haute valeur ajoutée qui est basée sur une qualification technique excellente de sa population.

Monpseudo185: Bonjour, est-ce que vous pensez que les dernières statistiques de l'Insee sur un frémissement de reprise économique en France sont à mettre au crédit de la politique du gouvernement? D'une manière générale comment qualifiez-vous la politique économique du gouvernement? 

Frémissement, certes, mais il faudra plus de croissance pour réduire le chômage, d’où l’importance d’un succès dans la négociation du pacte de responsabilité.  

Yvan: L'Europe à deux vitesses prônée par Delors, vous y croyez encore?

Je crois que nous allons inévitablement vers un noyau européen plus intégré autour de la zone euro entourée d’un autre espace moins intégré.

Vincent: Est-ce que le traité transatlantique est vraiment intéressant pour l'Europe, sachant que les USA bénéficient du privilège "exorbitant" du dollar, qui est une monnaie mondiale et qu'ils sont les seuls à pouvoir manipuler?

Ce traité de commerce transatlantique commence à peine à être négocié. Il est, à mon sens, potentiellement porteur de croissance. Reste à voir ce que donnera la négociation qui prendra du temps. Quant au dollar, je ne crois pas qu’il soit “manipulé” même si son statut de principale monnaie de réserve lui donne des avantages actuellement. Ce privilège n’aura qu’un temps au fur et à mesure que d’autres pays atteindront la taille économique des US.

Céline: Quelles sont les mesures d'urgence qu'il faudrait adopter pour sortir la France de la crise?

Je n’ai pas et n’ai pas l’ambition d’avoir un programme de gouvernement en poche. Mais donner davantage d’espace aux entreprises me paraît indispensable pour réduire le chômage. 

Thiphaine: Pensez-vous que des sujets universels pourront rassembler femmes et hommes politiques de sensibilités opposées? Il semble parfois que les acteurs politiques soient parfaitement conscients de leur appréciation semblable mais qu'ils se refusent à l'avouer par pression de dualisme historique?

Cela dépend des pays et des traditions politiques. En Europe, le modèle dominant est celui de la coalition, quasiment inconnue en France depuis cinquante ans. C’est affaire d’institutions et de régime électoral. Tous deux poussent en France à la bipolarisation et ont été conçus pour cela. 

jfba: Comment (re)donner l'envie d'entreprendre aux français?

En cessant de leur dépeindre le monde comme une catastrophe dont il faudrait à tout prix se protéger. Entreprendre, c’est croire à l’avenir, c’est être positif, prendre des risques quitte à échouer parfois. Il faut redonner sens au progrès et à l’avenir. 

Lefevre: Les électeurs sont méfiants envers les politiques, et les politiques semblent l’être envers les entreprises. Pourquoi en France les entrepreneurs n’«osent pas» et partent à l’étranger pour lancer leurs idées? C’est catastrophique.

Il faut distinguer entre les entrepreneurs qui partent à l’étranger pour développer leurs activités et ceux qui partent car ils ne trouvent pas en France le soutien nécessaire, notamment des financiers. C’est un climat qui doit changer. 

Charles: La France ne doit-elle pas spécialiser sa production dans un secteur? Ne faudrait-il jouer sur le savoir faire français, les métiers manuels, comme le fait si bien la haute couture? On voit bien qu’avec un tel projet chacun pourrait participer à son niveau au rayonnement de la France.

Vous avez raison. Chacun doit se spécialiser là où il ou elle est le ou la meilleure. Mais le niveau de spécialisation n’est pas forcément un secteur mais peut être une partie du secteur ou plutôt un ensemble de parties de secteurs. Dans les métiers que vous évoquez, la France rayonne, exporte, crée de la valeur ajoutée. Il y en a d’autres à exploiter davantage si nous faisons les efforts nécessaires en qualification. 

Arnaud: En quoi êtes-vous un homme de gauche?

Comme je l’écris dans ce petit livre je suis en harmonie avec 95% des forces progressistes dans le monde actuel. Il est vrai que, pour le moment, je suis, comme d’autres, dans une minorité du parti socialiste en ce qui concerne la conduite souhaitable en matière économique et sociale. Le chômage gangrène notre société et créer des emplois, dans les entreprises, me paraît être la priorité absolue. 

Julien: La France semble renouer avec la croissance pour la première fois en deux ans. La crise est terminée?

La France, comme l’Europe, est sur un sentier de croissance lente qui ne suffira pas à maintenir nos systèmes sociaux. Il faut donc viser plus de 2% alors que nous sommes entre 0 et 1%. 

Ceci suppose des réformes de nature à augmenter le potentiel de croissance dans les pays, mais aussi des efforts européens en matière, par exemple, de recherche, d’innovation, d’infrastructures, de régulation d’une véritable économie numérique européenne. 

Charles: Si l’Europe fut une excellente initiative, l’Euro n’est-il pas préjudiciable aux peuples des pays d’Europe du sud les empêchant de dévaluer leur monnaie?

On ne peut avoir le beurre et l’argent du beurre. Les pays membres de l’Euro bénéficient d’une monnaie stable et de taux d’intérêt bas. Les différences de compétitivité doivent donc s’ajuster autrement que par les taux de change. C’est possible si des mécanismes de solidarité permettent un appui temporaire. C’est dans cette direction qu’il faut aller dans la coordination des politiques économiques au niveau européen. 

Lea: Comment expliquez vous que les Français soient-ils si pessimistes sur l'avenir de leur pays?

Je crois que les Français ont une ambition historique pour le monde et qu’ils réalisent que l’influence de notre pays est en diminution. D’où cette déprime particulière à notre pays. Rien d’irrémédiable si l’on veut bien faire les réformes nécessaires dans la justice. D’autres pays l’ont fait et s’en portent bien si on regarde par exemple le niveau du chômage. 

CLAHUDE33: Je vous ai souvent écouté, entendu. Contrairement à ce que vous avez dit sur RTL récemment, vous n'avez pas passé l'âge de prendre de hautes responsabilités. Alors, Pascal Lamy bientôt premier ministre? Vous êtes sûrement l’un des socialistes capable de nous sortir de l'impasse dans laquelle nous sommes.

J’ai déjà dit publiquement que telle n’était pas mon ambition. Je travaille actuellement sur des causes globales auxquelles je tiens et bien des jeunes sont capables de prendre la relève. L’expérience compte, mais la créativité aussi. 

C.: Pourquoi les personnalités politiques ne luttent-elles pas davantage et plus efficacement contre l’évasion fiscale? Cela pourrait passer par des embargos économiques vis-à-vis des «paradis fiscaux». Cela représenterait un manque à gagner de près de 80 milliards d'euros!

D’accord avec vous. Les paradis fiscaux sont une anomalie dans une économie globalisée. Je crois que des premiers pas ont été faits récemment pour les éliminer, y compris au sein de l’Union européenne. Il reste néanmoins beaucoup à faire, par exemple au sein du G20. 

Chabas23: La France doit se réveiller oui. Mais comment peut-elle lutter contre la Chine, le Brésil, l'Inde qui ont des millions, des milliards d’habitants. Clairement, la solution ne passe-t-elle pas par la création une bonne fois pour toute d'une Europe à 100% fédérale?

J’ai écrit «s’éveiller» et pas «se réveiller». En voulant dire que la France doit sortir du cauchemar qui l’habite et qui consiste à diaboliser le monde. Je crois, comme vous, que nous ne pourrons peser dans ce monde dans le sens de nos valeurs qu’ensemble au sein d’une Europe plus unie. Encore faut-il en convaincre les électeurs. Il reste du chemin à faire, et j’ai écrit mon petit livre pour aider à en faire un bout. 

Cleo: Bercy est aujourd'hui clairement divisé entre des personnalités qui ne défendent pas les mêmes lignes (Moscovici, Montebourg, Hamon...). Ne trouvez pas cette situation ubuesque?

C’est effectivement une perception répandue. La majorité politique au parlement est diverse. Et ses équilibres internes sont reflétés dans la composition du gouvernement comme le veut la tradition politique dans notre pays. Une majorité de gauche plus homogène serait, de ce point de vue, une bonne chose. 

Reponses: Une question à l’ancien directeur général de L’Organisation mondiale du commerce. Quand l'OMC va-t-elle se rendre compte que le marché autorégulé est une légende d’économiste libéral, qui n'a jamais été démontré? Quand l'OMC va t-elle reconnaître que le marché tend toujours vers les extrêmes, c’est à dire le monopole ou l’ultra-concurrence? Quand l'OMC va t-elle reconnaître que le modelé économique actuel n'est qu'un choix politique guider par une idéologie et que l'homme n'a pas besoin d'une concurrence aussi féroce?

L’OMC n’est pas l’autorégulation des marchés, mais une organisation dont la vocation est de réguler l’échange international pour qu’il soit aussi ouvert et juste que possible. Sur l’idéologie dominante actuellement, qui est celle du capitalisme de marché, je reconnais et d’ailleurs l’écris dans ce petit livre que la coopération doit équilibrer la concurrence. 

Charles: La BCE possède la politique monétaire la moins accommodante de toutes les banques centrales. N’est-ce pas préjudiciable pour les pays de la zone euro?

Je ne partage pas votre point de départ. La BCE mène depuis la crise une politique monétaire très souple comme en témoignent les taux d’intérêt à long terme ainsi que les taux interbancaires. 

Le moment viendra, en Europe, comme aux Etats-Unis, ou au Japon, où la surliquidité actuelle devra être épongée. Il faudra le préparer soigneusement entre banques centrales. 

Benjamin: Arnaud Montebourg envisage une «démondialisation». Est-il vraiment sérieux quand il dit ça?

Je n’ai jamais caché que j’étais en désaccord sur ce point avec Arnaud Montebourg. Je crois que les progrès de la technologie sont le vrai moteur de la mondialisation et que l’on ne reviendra pas en arrière. 

Jerôme: «Quand la France s’éveillera». Voilà un titre très optimiste. Quelles sont les qualités que vous louez à notre pays?

Je crois que notre pays a plein d’atouts pour réussir, une population jeune et dans l’ensemble correctement qualifiée, des services publics performants et une image de marque mondiale positive.

----------------------------------------

Présentation du chat:

Pascal Lamy, ancien directeur de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), et auteur de «Quand la France s'éveillera» (Odile Jacob) est l'invité de la rédaction de 20Minutes pour un chat avec les internautes.

>> Quand la France s'éveillera, par Pascal Lamy (Odile Jacob). 17,90 euros

Quatrème page de couverture: «Inviter les Français à regarder le monde tel qu’il est (...) Telle est l’ambition de ce livre. Je voudrais transmettre ici un message d’espoir : le monde regarde l’Europe et nous regarde. Je l’ai appris lors de mes rencontres avec un grand nombre de responsables politiques, économiques, sociaux de la planète.(...) Car la France, et l’Europe avec elle, peuvent être des acteurs essentiels de ce nouveau monde globalisé qui émerge depuis une génération.»