Vous avez interviewé le groupe Fauve

VOS QUESTIONS Le collectif vous a répondu...

Cédric Garrofé

— 

Les membres du collectif Fauve
Les membres du collectif Fauve — Fauve D.R.

[Le chat est terminé]

Bon ben on va y aller nous, merci d’avoir été là et d’avoir pris du temps, c’était marrant à faire. 

Si vous avez d’autres questions ou si on n’a pas été clairs venez après les concerts, on discutera autour d’un verre.

 

Peace.
 
Pour ceux qui ne vous connaissent pas, comment définiriez-vous votre groupe et votre musique? (D'ailleurs, j'ai lu que vous n'aimiez pas que l'on vous qualifie de "groupe"?)
 
Ben on est un groupe de musique, entre autres, mais «Fauve», c’est avant tout un collectif qui se décline sur plein de choses autres que la musique également (vidéos, images, textes, technique…). 
 
Donc dire qu’on est un collectif c’est plus juste. 
 
On ne se considère donc pas comme un groupe de musique, puisqu’il y a des gens dans «Fauve» qui ne font pas de musique du tout.
 
Je me demandais d'où vous vous connaissez et depuis combien de temps… ?
 
On est tous amis de très longue date, avant même d’avoir commencé à faire de la musique, certains se connaissent parce que leurs parents étaient amis avant qu’ils naissent. 
 
D’autres se sont rencontré au primaire, au lycée, à la fac… On est vraiment une bande de potes, de vieux frères
 
Que pensez-vous des petits clashs entre vos différents publics? J’ai constaté sur les réseaux sociaux un genre d’affrontement entre les anciens fans (ceux de la première heure, en fait) et les nouveaux (généralement plus jeunes d’ailleurs). Personnellement je trouve ça un peu naze, mais vous qu’en pensez-vous? 
 
On a pas l’impression que ce soit si important que ça comme clash, si? 
 
On a plein de nouveaux gens qui nous écoutent et qui sont vieux, c’est juste qu’ils vont pas sur internet. 
 
Faut décrocher de son écran de temps en temps, c’est pas la vraie vie.
 
On vous connaît très peu, je trouve ça dommage même si je respecte totalement. Vous écoutez quoi sinon dans la vie? Qu’aimez-vous faire?
 
Tu sais, on s’attarde beaucoup sur nos vies dans les chansons. 
 
A part ça, nos vies sont assez banales: on aime voir nos amis, faire un tournoi Fifa de temps en temps, boire des coups, aller au ciné («Dallas Buyers Club» = super film), etc.
 
On écoute des trucs assez différents. En vrac: «La Femme», «Georgio», «Touré Kunda», «Suuns», «Alpha Wann», «Stupeflip», «Breton», «The Beatles»...
 
Pourquoi ne pas avoir ajouté à votre album plus de titre de votre EP?
 
C’est plus intéressant de faire des nouvelles choses non?
 
On a besoin d’écrire. Il faut avancer.
 
Continuerez-vous à être créatifs lorsque vous serez satisfaits? Par là, j'entends que la réussite pourrait éteindre le mal-être, et atténuer l'espoir d'un meilleur, et par conséquent bloquer le processus d'écriture? Et même, si vous vous mettez à écrire sur la satisfaction, vous risqueriez de ne plus toucher le même public, de ne plus toucher du tout? Vous avez peur? Qu’est ce vous chanterez quand votre vie sera moins noire puisque tous vos textes parlent de la loose? 
 
Hé mais t’es Frederic Taddei toi, je t’ai reconnu!
 
FAUVE c’est une soupape pour nous. Une béquille, qui nous aide à aller mieux. Tout simplement. 
 
Ce n’est pas une fin en soit et c’est pour ça qu’on a construit le projet.
 
Ne plus rien écrire parce qu’on va mieux, c’est tout le mal qu’on se souhaite. On arrêtera «Fauve» et on sera content. 
 
Mais on se rend compte en ce moment qu’on a tout autant besoin d’écrire sur des choses positives/belles qui nous arrivent. 
 
Pour les figer, les sacraliser. On a écrit des titres heureux sur le disque.
 
Elles sont où les filles de «Fauve»?
 
Elles sont bien là, mais dans l’ombre pour le moment, comme d’autres mecs, mais ce serait bien d’avoir des filles sur scène!
 
Des festivals prévus cet été? Les «Vielles Charrues» en juillet?
 
Ouais, on est carrément chauds à l’idée de faire les festivals d’été. 
 
On annonce les dates au fur et a mesure qu’on est au courant. Pour les «Vieilles Charrues», on ne sait pas encore. On adorerait y jouer.
 
De quels groupes vous sentez-vous proches, dans le ton et/ou la musique? Si je vous dis «Breton» et «Wu Lyf», ça vous va?
 
On aime bien mais on n’écoute pas tant que ca.
 
Le plus important pour nous, c’est la démarche. Plus que l’esthétique. 
 
On parle de nos vies avec une approche thérapeutique. Finalement c’est souvent dans les groupes de rap qu’on retrouve ça. Même si l’esthétique est différente, on se sent plus proche de ces mecs là. 
 
«Wu Tang», a fond quand même. «1995» nous avaient bien impressionné avec leur démarche indépendante et tout.
 
Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur la suite de l'album Vieux frère - Partie 2 qui sort à la fin de l'année? Sera t-il du même style que celui-ci? Sortirez-vous d'autres «pâtisseries» pour nous mettre l'eau à la bouche?
 
Ce sera un disque rond en plastique, quand on le mettra dans un lecteur il émettra un son. 
 
Pour les pâtisseries, ce sont des petites vidéos qui sont faites pour nourrir le FAUVE, pas tant que ça teaser ou mettre l’eau à la bouche. 
 
C’était aussi parce que nous étions impatients de partager les sons avant la sortie.
 
Avez-vous peur d’être catalogués comme un groupe pour ados? Si on vous dit Saez, vous répondez…?
 
Benoît.
 
Pourquoi cette idée à la fois folle et géniale de jouer 20 fois au Bataclan?
 
On n’a pas eu l’idée de jouer 20 fois au Bataclan. 
 
On voulait en faire 5 au début. On préférait faire plusieurs fois la même salle, a taille humaine, dans laquelle on se sente bien plutôt que faire un gros truc pas tres intimiste, genre le Zénith ou personne ne voit rien. Trop impersonnel. 
 
Et puis trop flippant pour nous. Et puis on a ajouté des dates au fur et a mesure que ça se remplissait. C’est beau 20 Bataclan. On est très fier, et surtout on n’aurait jamais pu imaginer ça.
 
Vous cultivez une certaine culture du secret, pourquoi? Quand vous rencontrez des gens en soirée qui ne vous connaissent pas, comment vous présentez-vous?
 
Ce n’est pas vraiment le but d’être secrets en vrai, plus d’être discrets, on n’hésite pas à aller vers les gens et leur parler au contraire on aime bien ça. 
 
Par contre, voir nos tronches partout dans les journaux on n’est pas fans. 
 
C’est plus une question de pudeur, on est assez timides, et on en dit déjà assez suffisamment sur nous dans les textes.
 
C’est une bonne question le truc de savoir ce qu’on dit en soirée ! En général on dit qu’on est les «Daft Punk».
 
Ok, non ce n’est pas vrai, mais la vérité c’est qu’on est assez mal à l’aise de raconter ce qui se passe pour nous, on n’a pas envie d’être le centre de la conversation, c’est quand même un truc de ouf ce qui nous arrive en vrai. 
Donc on dit qu’on bosse dans la musique sans trop s’étendre en général.
 
Le nom du groupe a été décidé par tous les membres? Vous êtes tous des admirateurs des films de Cyril Collard?
 
On a bien sur décidé ensemble du nom du groupe. 
 
C’était au tout début et on n’était pas très nombreux donc c’était facile de se mettre d’accord. On a choisit FAUVE plutôt en référence au titre du film que le film lui-même. 
 
On l’avait pas vu a l’époque mais on aimait le coté abrasif/urgent/sauvage qui se dégageait de l’affiche et de l’histoire de la réalisation du film.
 
Vous avez joué dans des lieux atypiques, et notamment dans une église, à Caen. Quel souvenir en garderez-vous?
 
Sincèrement, le concert dans l’église n’est pas un super souvenir hehe. 
 
Il faisait SUPER froid et le son n’était vraiment pas bon. Cela résonnait dans tous les sens. Mais bon, clairement c’était super marrant de jouer dans un endroit pareil. 
 
Super expérience. On va surement finir en enfer après avoir dit tous ces gros mots dans une église...
 
D'après vos paroles vous étiez avant cette consécration et ce succès mérité tous salariés. Dans quels secteurs? Qu'est-ce qui a été le déclencheur pour quitter ce statut et arrêter vos activités respectives pour vous consacrer uniquement à votre musique?
 
On est que quelques-uns à avoir arrêté nos boulots respectifs. Le noyau dur du collectif, mais encore beaucoup, travaillent. 
 
On n’aime pas trop s’attarder trop sur nos boulots individuellement et on faisait tous des trucs différents. 
 
C’était en général des tafs de bureaux. 
 
Quel talent au niveau de l’écriture… Qui écrit? 
 
Merci, c’est très gentil. En vrai on n’a pas l’impression d’avoir un talent particulier, ça rime pas vraiment, ça tombe pas trop dans les temps, ce n’est pas de la poésie quoi. 
 
Mais on se prend la tête sur le mot juste, on essaye d’exprimer exactement ce qu’on veut dire avec les mots exacts qui tapent juste.
 
Y a une personne qui écrit principalement, qui tient le rôle de «greffier» et on discute ensuite tous ensemble, on modifie si besoin, y a pas mal d’allers et retours entre les textes et la musique.
 
Que signifie le signe que vous utilisez après le nom Fauve «≠»?
 
Salut la famille, déso on est à la bourre.
 
En fait le «≠» c’est un F dont la barre verticale est tombée en oblique, du coup ça peut s’écrire «≠auve», mais bon on l’écrit pas trop comme ça parce que sinon les gens captent rien.
 

-------------------------- 

Il était très attendu depuis plusieurs mois. Il est disponible depuis lundi. Le collectif Fauve , dit la CORP, qui fait le buzz depuis plusieurs mois sur Internet, vient de sortir son premier album. Avec des textes «plus riches et variés», Vieux Frères devrait conquérir de nouveaux fans, déjà très nombreux depuis le premier EP Blizzard.

Le collectif français, qui à toujours refusé de céder aux sirènes des gros labels, sera en tournée dans toute la France les prochains mois. La plupart des dates affichent déjà complet.

Découvrez ci-dessous un extrait de leur nouvel album: