Vous avez interviewé Jean-François Legaret, candidat à la primaire UMP pour les municipales à Paris

VOS QUESTIONS Le maire UMP du 1er arrondissement de Paris a répondu à vos questions...

Cédric Garrofé
— 
 Jean-François Legaret, candidat à la primaire UMP pour les municipales à Paris
 Jean-François Legaret, candidat à la primaire UMP pour les municipales à Paris — C.GONTHIER // 20 MINUTES

[Le chat est terminé]

Il reste 15 jours pour que les parisiens prennent en mains leurs responsabilités. je souhaite qu’ils soient nombreux à s’inscrire sur le site: www.primaireparis.fr , avant le 28 mai à 19 heures.
 
Anne: Vous êtes élu parisien depuis 30 ans, avez-vous exercé dans le privé?
Oui, j’ai enseigné, j’ai travaillé comme conseil juridique et depuis 25 ans, je me consacre exclusivement à mes fonctions d’élu local.
 
Maud: L’UMP peine à mobiliser pour sa primaire. Quelles en sont les raisons selon-vous?
Les modalités du vote électronique sont complexes et j’aurais préféré un système plus simple de vote papier. Les règles du jeu ne peuvent pas être changées en cours de partie.
 
Henri: Comment tentez-vous de mobiliser vos électeurs?
Je m’efforce d’être présent dans tous les arrondissements. C’est une campagne très courte et il y a un gros effort de pédagogie et d’explication à faire.
 
Geraldine: Qu’avez-vous prévu concernant les transports en commun? Notamment sur l’idée d’étendre les horaires, ou de proposer aux Parisiens un métro 24h sur 24?
L’idée est séduisante mais a-t-on les moyens de le faire alors que les Parisiens contribuent déjà plus que les autres Franciliens au coût des transports publics. Je suis favorable à une expérimentation.
 
Agnès: Il est de plus en plus difficile pour les familles, notamment nombreuses, de vivre à Paris. Que proposez-vous pour simplifiez la vie des familles? 
Je rétablirai les avantages tarifaires (carte «Paris-familles», participations aux frais de cantines, crèches, conservatoires, centres d’animation) que l’actuelle mairie a supprimé ou revu de façon très inéquitable.
 
Antparis: La candidate socialiste propose de fermer définitivement la «Petite Ceinture» partiellement inutilisée depuis de nombreuses années. Alors que les transports publics sont l'une des préoccupations majeures des Franciliens et des Parisiens, pensez-vous que l'aliénation d'une infrastructure existante qui pourrait redevenir utile à terme, soit une bonne proposition?
Quand une infrastructure existe, il faut la préserver ou faire en sorte que les usages que l’on en fait soient réversibles. C’est d’ailleurs ce que les élus UMP ont obtenu (la réversibilité) pour les voies sur berges, rive gauche.
 
Greg: Sur les travaux du quartier des Halles. Fallait-il vraiment engager autant de travaux et de désagréments pour notre secteur? 
Je me bats depuis 2001 contre ce projet déraisonnable, hors d’échelle et chiffré à un milliard d’euros, dont plus de 80% aux frais du contribuable! Tout ça pour rénover un centre commercial et les espaces RATP! J’ajoute que la destruction totale du jardin de Halles est un acte de vandalisme sans précédent: 343 arbres ont été abattus en une seule matinée le 16 février 2011.
 
Anne: Ne craignez-vous pas de vous couper de nombreux électeurs parisiens avec vos prises de position contre le «mariage pour tous»?
Tous ne sont pas favorables à cette loi et j’étais partisan en 2007 du contrat d’union civile que j’avais inscrit dans mon programme de campagne pour les élections législatives. Aujourd’hui, cette loi a été votée sans que l’on ait organisé le débat national qui était indispensable et la France est coupée en deux. La seule issue réside dans le référendum, dans l’esprit de nos institutions et dans la défense de notre cohésion nationale. 
 
Jeannot: Accepterez-vous de marier des couples homosexuels?
J’ai déjà indiqué que je suis républicain et que j’appliquerai la loi. 
 
Greg: Que pensez-vous de l'arrivée de NKM dans notre cité? Elle ne connaît pas Paris! Face à Hidalgo qui gère les dossiers parisiens depuis l'ère Delanoë, elle sera écrasée aux premières questions parisiennes de fond. Aurait-elle dû rester à Longjumeau?
Je suis candidat, comme NKM, à une primaire ouverte. Mes seuls adversaires sont Delanoë, Hidalgo et tous ceux qui se réclament d’un système qui a dégradé la qualité de vie des Parisiens et porté atteinte au rayonnement international de notre ville. Si j’ai une recommandation amicale à donner à NKM, c’est de se présenter dans un arrondissement choisi, non en fonction de ses préférences, mais en fonction de la meilleure performance électorale possible.
 
Kamel: Quelle sera votre première mesure si vous êtes élu maire de Paris en 2014?
Fluidifier la circulation dans Paris. C’est possible, en reprogrammant la gestion des feux sur les grands axes et je consulterai les Parisiens par référendum local sur la meilleure façon de limiter la pression automobile et notamment la circulation de transit. 
 
Anne: On vous a vu défiler avec le Front national récemment, êtes-vous toujours héritier du gaullisme?
Je n’ai rien à voir avec le Front national. J’ai manifesté et je manifesterai contre la loi Taubira. Je défends les valeurs républicaines et je m’efforce de lutter contre le populisme sous toutes ses formes. 

eden: Quelles sont vos idées pour créer plus d'emplois à Paris?
A Paris, le chômage a plus augmenté ces 2 dernières années que la moyenne nationale. Je ferai de l’emploi, et notamment de l’emploi des jeunes, une priorité absolue. C’est avec les mairies d'arrondissements que l’on peut faire un gros effort de contact et de proximité en ce domaine. En tant que maire du 1er arrondissement de Paris, j’ai plusieurs expériences positives de création d’emplois ciblées sur des ouvertures d  d’établissements.
 

----------------------------------------

Depuis plusieurs semaines, 20 Minutes vous propose d'échanger avec les candidats à la primaire ouverte organisée par l'UMP pour désigner son candidat à la mairie de Paris en 2014.

Après Franck Margain et Pierre-Yves Bournazel, la troisième personnalité politique que nous recevons est Jean-François Legaret.
 
Maire du 1er arrondissement de Paris, président du groupe UMP au conseil de Paris, le candidat souhaite le retour d'une «droite authentique et compétente» aux manœuvres et entend bien «redonner la parole aux parisiens» pour transformer Paris en «capitale de la démocratie». Il se montre très critique envers Bertrand Delanoë et son bilan qu’il juge «factice, superficiel et uniquement festif».