CHAT-Environnement avec Yves Cochet

— 

Ministre de l'Environnement et de l'Aménagement du Territoire du gouvernement de Lionel Jospin de juillet 2001 à mai 2002, Yves Cochet est actuellement député Vert de la 11e circonscription de Paris. Il a notamment travaillé sur le dossier de la crise énergétique, et publié un livre en 2005 sur ce sujet : Pétrole Apocalypse (éd. Fayard).

Il est venu à la rédaction de 20 MInutes répondre à vos questions lundi 16 octobre à 15h30 :


1. Sur l’orientation du parti

Bonjour Monsieur Cochet. Comment assumez vous votre responsabilité chez les Verts en ce qui concerne l'absence de parti écologique en France, dont le titre a été usurpé par votre parti pour mieux rassemblé des voix pour le PS ? Ne pensez vous pas qu'il serait sage de laisser s'exprimer de vrais écologistes sur ces questions extrêmement importantes et de cesser d'occulter les problèmes environnementaux en ne proposant que de faux débats qui n'ont rien à voir avec l'écologie ? Vous rendez-vous compte de la désinformation provoqué par votre parti qui fait croire que pour sauver la planète il faut dépénalisé le cannabis, autorisé le mariage homo et régularisé tous les sans papiers ? Combien de temps encore les Verts vont ils continuer de volé la représentativité écologique en France ? Jessica Pautuzet

Bonjour Madame. L’énoncé de votre question semble confondre l’écologie politique avec la démarche associative de défense de l’environnement. Les Verts sont un parti généraliste, qui a donc vocation à analyser et proposer dans tous les domaines de la vie publique. Ce que nous faisons. Pour autant, notre origine et nos priorités sont issues des alertes écologiques que nous lançons depuis plus de vingt ans sur l’état de santé de notre planète, qui ne cesse de se dégrader. Nous ne sommes donc pas une sous-officine du PS. Nous avons une démarche, une pensée et des actions autonomes. Même si, parce que les modes de scrutin en France nous y incitent, nous essayons de passer des contrats d’exécutifs avec le PS, à l’échelon municipal, régional, et national si possible.

Monsieur Cochet, Je ne comprends pas le syndrome anti-nucléaire de votre parti. En ce qui concerne la production de masse d’énergie, les centrales nucléaires présentent le meilleur rendement pour une pollution atmosphérique bien moindre que celle des centrales thermiques. Bien sur, un problème se pose, celui des déchets et de leur retraitement. Néanmoins, n’est-ce pas la seule solution valable permettant de pallier au déclin des ressources en pétroles et autres énergies fossiles ? De plus, la mise au point de la fusion nucléaire ne devrait t’elle pas être encouragée plutôt que critiquée ? Elle réglerait en effet, le problème des déchets que présente la méthode de la fusion nucléaire et permettrais la production propre d’énergie de masse, ce qui n’est pas envisageable à l’aide des énergies alternatives (éoliennes, solaire…) qui ne peuvent être que d’appoint. LuboMoravcik

Bonjour Monsieur. Comme la plupart des observateurs du monde de l’énergie, votre raisonnement est entièrement fondé sur une augmentation de l’offre. Vous semblez considérez comme inéluctable que, dans le monde entier comme en France, il faudra toujours et toujours plus de croissance énergétique. C’est la religion de la croissance tout court, hégémonique dans l’esprit de la majorité des décideurs actuels. Les prétendues lois de l’économie (libérale) réclameraient du « toujours plus » dans tous les domaines pour satisfaire les « besoins » et créer des emplois, notamment dans le domaine énergétique. Cette vision d’une production et d’une consommation illimitées commencent à être battue en brêche par les lois les plus élémentaires de la nature et de la physique : les ressources non renouvelables s’épuisent, le deuxième principe de la thermodynamique s’applique partout, même et surtout dans l’activité économique. Selon moi, le nucléaire est dangereux, inutile et coûteux. Dangereux comme vous le remarquez alors qu’il y a six ou sept autres façons plus douces de fabriquer de l’électricité. Inutile, car la priorité est aux économies d’énergie, notamment d’électricité, qui peuvent atteindre plus de 50% de notre consommation actuelle. Coûteux en terme d’investissements, de création d’emplois, de gestion à long terme. En fait, le nucléaire civil n’est que le cache-sexe du nucléaire militaire. Quand à la fusion qui, comme la fission actuelle, est « de la belle physique » (Enrico fermi), elle ne verra jamais le jour sous forme industrielle. Et je m’accorde avec vous que les énergies renouvelables ne résoudront pas tout si la croissance continue. Bref, si nous voulons sauvez nos valeurs cardinales que sont la démocratie, la solidarité et la paix, la première priorité des pays riches (OCDE) est la décroissance de notre consommation énergétique. Sinon, ce sera la guerre. Comme aujourd’hui en Irak.

Pouvez-vous expliquer pourquoi faut il une crise du prix du baril pour que tout à coup apparaissent des énergies telles que l'huile de colza alternative du diesel?...et pourquoi, une fois la crise passée, ces alternatives disparaissent car tout à coup considérées comme interdites à la consommation(fautes de taxes)?? Les énergies alternatives, par conséquent la pollution de notre planète, sont elles lentement développées à cause des lobbies du pétrole voire même du besoin des gouvernements à s'approprier les bénéfices de leur exploitation? Mr.w
Bonjour Monsieur. Le pétrole est polluant, sale, puant. Mais, en même temps, c’est un ensemble de molécules merveilleuses qui a de multiples applications dans notre vie quotidienne occidentale. Le pétrole est irremplaçable dans le domaine des transports, notamment aériens. Lorsque le prix du baril augmente, il paraît profitable à certains de pousser d’autres types de carburants, les biocarburants (qui ne sont pas « bio » !). Hélas, ces derniers sont moins intéressants que le pétrole : il faut les fabriquer en agriculture intensive, chimique, polluante ; leur contenu énergétique est plus faible que celui du pétrole (avec 5 litres de SP95 vous faites 100 km ; avec 5 litres de bioéthanol, vous ferez 60 km) ; leur culture avec l‘utilisation des sols pour l’alimentation. Cependant, en effet, les huiles végétales pures peuvent, localement, remplacer le gazole. Malheureusement, le gouvernement veut taxer ces huiles comme les carburants, ce qui les rend moins intéressantes. Enfin, ce sont peu les gouvernements des pays non exportateurs de pétrole qui profitent de la hausse des cours. Ce sont les compagnies transnationales (Total, Shell, Exxon, BP…) et surtout les compagnies nationales des pays exportateurs.

Monsieur Yves Cochet, a quand les parking à vélos en ville? Merci Quintin Marcelo

Bonjour Monsieur. Oui, vous avez raison. Il faut plus de parkings à vélos en ville et, d’ailleurs, plus de vélos et de cyclistes en ville. C’est la politique qui est menée à Paris, à Lyon, à Grenoble… Continuons plus fortement encore.

Que pensez vous du futur réacteur nucléaire EPR? Raj

Je viens de répondre à Monsieur Lubo Moravcik ce que je pensais du nucléaire en général. Je pense la même chose de l’EPR : inutile, dangereux, coûteux.

Allez vous soutenir activement le principe de substitution de la réforme européenne sur les substances chimiques REACH, seule véritable action contre le cancer? Raj

Oui, il faut soutenir REACH, même si le texte actuel est édulcoré par rapport à la première version examinée par le Parlement européen.

2. 2007

Qu'en est-il de la candidature unique de tous les écologistes ? Ne serait-ce pas une élection idéale : la droite, la gauche, les écologistes, les antilibéraux, et, malheureusement, quelques extrêmistes ? Chacun pourrait ainsi mieux peser sur le candidat du deuxième tour de son camp. AJC-Family

Les Verts, par une primaire interne démocratique, ont désigné Dominique Voynet comme candidate à la présidentielle (j’en sais quelque chose : elle m’a battu en finale de cette primaire !). Il y d’autres candidatures écologistes éventuelles. Nous les rencontrons pour essayer de nous unifier.

3. Verts et politique

Bonjour, Depuis maintenant longtemps les Français ont vraiment l'impression que les verts sont beaucoup plus un réservoir de voix pour le PS qu'un parti réellement impliqué dans l'écologie. Une lutte pour défendre l'environnement et changer nos habitudes suicidaires, ne devrait-elle pas être apolitique? Lol


Croire qu’on échappe à la politique est l’illusion des abstentionnistes. Si certains ne s’intéressent pas à la politique, la politique les concernera de toute façon, qu’ils le veuillent ou non. Ce principe s’applique aussi aux question environnementales, qui sont suffisamment importantes pour qu’elles relèvent de la politique (depuis l’échelon communal jusqu’à l’échelon planétaire). Quant à nos relations avec le PS, elles sont d’utilité électorale, non de convergence générale. Mieux : je crois qu’après le libéralisme économique inventé au 18ème siècle et la marxisme, sous toutes ses variantes, du 19ème et 20ème, l’écologie politique représente une troisième vision du monde, concurrente des deux premières. Le 21ème siècle sera écolo ou ne sera pas.

Si Bayrou vous demande d'intégrer le ministère de l'écologie vous le feriez? Chris

Bayrou à quel poste et dans quelle majorité ? Bayrou président avec une majorité de droite, non. Bayrou dans un gouvernement de gauche élargie, sous présidence de gauche, oui.

Pourquoi lorsque vous étiez au gouvernement vous n'avez pas levé le petit doigt pour exploiter les biocarburants sans passer comme vos amis socialistes le souhaitaient en passant par les grands groupes pétroliers comme TOTAL? Idem pour exploiter massivement l'énergie solaire et produire de l'électricité? (pas comme cette association proche du PC qui fait croire que on peut chauffer que de l'eau) Etes-vous prêt a soutenir un projet de création de site Internet de e-commerce qui financera avec les bénéfices des travaux pour l'environnement? Philippe Muléro (question similaire de Z)

Bonjour Monsieur. Il me semble avoir déjà repondu à cette question. Voir la réponse à Monsieur W.

4. D’autres solutions

N'aurait il pas été plus intéressant de créer un grand lobby (à l'image des lobby pétrolier, agricole...) capable de freiner les ardeurs des adversaires à l'environnement ? chris Teuqo

Il y a déjà de grands lobbies environnementaux : les ONG telles que Greenpeace, les Amis de la Terre, France Nature Environnement… Il n’y avait pas de parti Vert en France avant les années 80. Il y en a désormais un, comme dans 150 autres pays du monde.

Que pense Mr. Yves COCHET sur l'Impact du Film et La Prestation d'Al GORE Sur Le Réchauffement climatique ? Tristan... Attendons "Le Soleil est derrière les nuages" (question similaire de sweety)

Le film avec Al Gore est excellent (pas du point de vue cinématographique, mais du point de vue pédagogique). Il est remarquable qu’un homme de cette stature s’engage aussi audacieusement. J’espère que cela inspirera les décideurs politiques et économiques. Mais, depuis trente-deux ans que nous (les écolos) parlons du changement climatique (campagne présidentielle de René Dumont en 1974) la prise de conscience est toujours plus lente que l’avancée de cette réalité effrayante. Souhaitons que ce film provoque un choc salutaire chez chacun.

Merci pour vos questions, au revoir.