Le Royal Palace de Kirrwiller est le premier grand cabaret de France à rouvrir

REPORTAGE La première représentation au Royal Palace est prévue ce samedi 3 octobre

Thibaut Gagnepain
— 
Le Royal Palace de Kirrwiller rouvre ses portes — 20 Minutes
  • Véritable institution en Alsace, le Royal Palace de Kirrwiller est le premier music-hall d’importance à rouvrir ses portes après le confinement.
  • La première représentation de la nouvelle revue est programmée ce samedi 3 octobre. Avec quelles mesures ? Le masque sera-t-il obligatoire ? On vous explique tout ça.
  • Les réservations peinent à décoller. « En octobre, on a pour le moment 5.600 personnes inscrites, alors que c’était 20.000 l’an dernier. Le 3e âge ne vient pas, il n’y a pas un autocariste. Les gens ont peur mais chez nous, ils sont sûrs de passer un bon moment », explique l’historique patron, Pierre Meyer.

« Ten minutes break. » Le metteur en scène sud-africain David Moore envoie tout son monde en pause. Ce lundi après-midi au Royal Palace de Kirrwiller, les répétitions s’enchaînent. Le temps presse : le célèbre music-hall perdu dans un petit coin d’Alsace rouvre ce samedi 3 octobre. Après sept mois de fermeture.

Assis dans les premiers rangs, Pierre Meyer, accompagné de son chien Choco, scrute tous les numéros avec admiration. « Eux, c’est extraordinaire », s’enthousiasme-t-il devant la chorégraphie du Duo Maintenant. Depuis 1980, le fondateur des lieux a vu passer des centaines d’artistes mais semble toujours animé de la même passion.

Cabine désinfectante et masque obligatoire

« C’était long sept mois. Je n’étais pas heureux de rester à la maison », glisse-t-il, lui qui habite juste derrière l’ancien dancing hérité de ses parents et transformé depuis en l’un des plus grands music-hall de France. Derrière le Lido et le Moulin Rouge en termes de notoriété mais devant eux lorsqu’il s’agit de rouvrir ses portes.

Ce samedi, le Royal Palace deviendra donc le premier cabaret d’importance à accueillir de nouveau du public depuis le confinement. Avec un protocole sanitaire strict et visible dès l’entrée. Chaque spectateur doit ainsi passer par une cabine désinfectante à l’ozone. « On se sent tout propre après », sourit Pierre Meyer, qui a aussi dû réduire le nombre de places disponibles. De 1.000, la salle de spectacle passera à 700 quand les deux restaurants seront aussi en accès limité.

Le fondateur du Royal Palace, Pierre Meyer, et son chien « Choco ».
Le fondateur du Royal Palace, Pierre Meyer, et son chien « Choco ». - T. Gagnepain / 20 Minutes

« Au Lounge-club [la discothèque attenante], on ne pourra pas danser mais rester consommer à sa table. On a aussi supprimé les places au bar. Tout ça a été vu avec la sous-préfecture de Saverne et l’Agence régionale de Santé (ARS). Les gens devront garder leur masque pendant la représentation, pas les artistes qui ont été testés », précise le presque septuagénaire, conscient que toutes ces mesures ne devraient pas suffire à attirer les foules habituelles.

Les réservations le confirment. « En octobre, on a pour le moment 5.600 personnes inscrites, alors que c’était 20.000 l’an dernier. Le 3e âge ne vient pas, il n’y a pas un autocariste. Les gens ont peur mais chez nous, ils sont sûrs de passer un bon moment », plaide-t-il encore sans se plaindre.

« Le Royal Palace n’est pas en danger »

Le patron s’est adapté : le nombre de spectacles a été réduit, de 240 dates en 2019-2020 à 150 cette fois, et le projet d’hôtel voisin a été reporté. « On veut juste être à l’équilibre cette année et pour ça, on a besoin de 450 personnes par représentation. On a perdu 5 millions de chiffre d’affaires avec le Covid-19, ce serait un sale coup si on devait de nouveau fermer, mais le Royal Palace n’est pas en danger. Je n’ai pas de loyer à payer ici et j’aurais très bien pu ne pas rouvrir. Mais pour tout le personnel, c’était important de repartir. »

Pour les artistes aussi. « Aujourd’hui, il y 95 % des gens de notre branche qui n’ont pas de travail donc c’est génial d’être ici », confirme Pierre Marchand, virtuose du diabolo. « Moi, je ne devais revenir qu’ici en 2022 mais on m’a demandé de remplacer quelqu’un bloqué à l’étranger. Je suis ravi de pouvoir bosser et le spectacle est top. »

Un avis partagé par le Duo Maintenant, récent finaliste de La Bataille du Jury sur M6. « Ça faisait dix ans que Pierre Meyer nous demandait de venir. Après les plateaux télé où n’y avait pas de public, on a hâte de retrouver la scène », explique Ludivine Fournon, qui fait équipe avec son partenaire Nicolas Besnard. « Ca va être grandiose. »

Avant la première représentation ce samedi 3 octobre, c'est l'heure des dernières répétitions.
Avant la première représentation ce samedi 3 octobre, c'est l'heure des dernières répétitions. - T. Gagnepain / 20 Minutes

La pause est terminée. Les répétitions reprennent avec les passages de Jérémy Amelin (ex-Star Ac 5), Antoine Delie (The Voice 2020) ou de la pole-danceuse Nadyia. Sur l’immense scène encadrée de 25 mètres d’écran LED, l’heure est encore aux réglages avec la chorégraphe. Plus que quelques heures et la nouvelle revue, intitulée Talents, vivra sa première.