Existe-t-il un mystère du Triangle des Bermudes ?

— 

Voilà une supercherie exemplaire, relayée à l’échelle lanétaire par les tenants de l'obscurantisme et par les suppôts du paranormal. Pourtant, rien de mystérieux ne s’est jamais produit dans le célèbre Triangle des Bermudes, qui correspond à une surface de l’Atlantique Nord délimitée par trois points : Miami (au sud de la Floride), l’archipel des Bermudes et PortoRico. La légende prétend qu’unnombre considérable de navires et d’avions disparaissent mystérieusement lorsqu’ils traversent cette zone. Au milieu des années 1970, des hypothèses ridicules ont été avancées : forces occultes, monstres marins, rencontres du troisième type, extraterrestres, phénomènes antigravité, rayons de la mort, sans oublier la vengeance de l’Atlantide
engloutie !
En réalité, nombre de disparitions comptabilisées ne se produisirent pas dans les limites du fameux Triangle. D’autre part, moult drames ont été expliqués : erreurs humaines, pannes matérielles, péripéties météorologiques. Par ailleurs, il semble tout à fait logique que des accidents surviennent à l’intérieur de la zone du Triangle des Bermudes (aussi appelé Triangle du Diable), qui affiche une surface de 3,9 millions de km2. Compte tenu de l’étendue du Triangle et de l’intense traficmaritime et aérien qui le traverse chaque jour, il serait insolite qu’aucun accident ne s’y soit jamais produit ! Et les statistiques prouvent qu’il n’y a pas davantage de drames dans cette zone que dans une autre étendue comparable (à circulation et conditions météo comparables).
Reste que ce Triangle des Bermudes se situe dans une zone où les manifestations météorologiques sont complexes et changeantes. Par exemple, de monstrueux cumulo-nimbus se développent dans cette région, notamment au-dessus de l’archipel des Bermudes. Or, l’énergie thermique contenue dans les cumulo-nimbus peut provoquer des « rafales descendantes », une sorte d’avalanche d’air qui s’abat à 300 km/h pendant quelques minutes. Sa violence dévastatrice peut facilement faire chavirer un navire ou détruire un avion. Et l’événement peut parfaitement se
produire sur une mer calme. Ce qui engendre un trouble évident chez les rescapés. Ils s’imaginent alors avoir été victimes d’un mystérieux phénomène.

Daniel Lacotte

© Daniel Lacotte Le Pourquoi du Comment 2. Éditions Albin Michel 2006