J'ai testé... La piscine sur la Seine

Elodie Drouard

— 

La piscine flottante Joséphine-Baker amarrée au pied de la Grande Bibliothèque, Paris.
La piscine flottante Joséphine-Baker amarrée au pied de la Grande Bibliothèque, Paris. — N. CHAUVEAU / SIPA

31°C. Cela fait des mois que j'attends et redoute une telle chaleur alors que je suis contrainte de rester à Paris. Décidée ne pas avoir à subir le beau temps, je choisis d'en profiter pour tester la nouvelle piscine construite sur la Seine, il y a un an. Car si on en parle beaucoup depuis, c'est surtout à cause des fermetures qui se succèdent pour résoudre les nombreux problèmes techniques rencontrés.

Qu'importe, il fait trop chaud et après une brève recherche sur l’Internet, j'opte pour la fameuse piscine Joséphine-Baker et ses 600 m2 de solariums...

Direction le quai François-Mauriac, en face de la bibliothèque François-Mitterrand. Facile à repérer, on distingue à plusieurs centaines de mètres une immense queue. Il est 14 heures, on est dimanche et bizarrement, je ne suis pas la seule à vouloir profiter du premier jour d'été...

C'est parti pour l'attente...

Qu'à cela ne tienne, de l'extérieur, on peut épier les chanceux qui pataugent déjà. L'envie est trop forte, je décide de patienter.
Une demi-heure plus tard, je constate avec inquiétude que je n'ai avancé que d'un mètre dans la queue. Et rien depuis 20 minutes...

Ça commence à cogner fort et ma voisine de queue s'évanouit à mes pieds! L'insolation menace tout le groupe. Nous faisons face. Son malaise est bien réel mais elle n'aura pas de traitement de faveur. Les pompiers ont été appelés mais la jeune femme reprendra sa place dans la file d'attente comme tout le monde...

Au bout d'une heure, une personne du staff se présente enfin et nous informe que le quota d'entrée dans la piscine est atteint. Nous ne pourrons donc entrer que si quelques veinards décident de sortir... «Vous n'êtes pas prêts d'entrer» nous lance avec diplomatie la jeune fille. Sympa de nous prévenir alors que les plus acharnés d'entre-nous poireautent depuis 90 minutes.

Les coups de soleil se font déjà sentir mais la réaction est quasi unanime dans la queue, on reste! Immédiatement, une cinquantaine de personnes décident de déployer serviettes de bains, crème solaire et taboulé et de s'installer en file indienne sur le quai. On est motivé ou on ne l'est pas. Seul le couple derrière moi commence à se prendre la tête. Lui parie qu'ils seront entrés d'ici 30 minutes. Elle lui martèle: «On est vraiment des gogos à rester là en plein soleil alors qu'on serait mieux ailleurs.» Elle a beau râler, elle reste.

Délivrance

15h30, ô miracle, je pénètre dans l'établissement. Je reçois un bracelet aimanté contre 5 euros qui me donne le droit de rester deux heures. Ensuite, c'est 5 euros l'heure supplémentaire. Passage éclair au distributeur automatique de bonnet de bain (obligatoire) où l'on peut aussi acheter des maillots, lunettes etc.

J'arrache fébrilement mes baskets dans les vestiaires hyper clean et me précipite sur le bassin. La simple vue de la piscine, si petite soit-elle, suffit à ma joie.

Bizarrement, la piscine est loin d'être bondée. J'arrive même à trouver un transat sur le solarium et suis impressionnée par la qualité du matos mis à disposition. King size, les tailles 38 peuvent se lover à deux sur ces transats hyper confortables. Le temps de poser ma serviette et je plonge dans le bassin où l'eau est vraiment chaude. Décidément, je ne regrette pas d'avoir patienté.

Un gros point faible cependant. Oubliez cette piscine si vous voulez vraiment nager. Le bassin fait 25 mètres de long sur 10 (seulement) de large. Du coup, les couloirs sont beaucoup plus étroits que dans les autres bassins et il est fréquent de heurter les nageurs que l'on croise. Mais, je ne suis pas là pour faire ma Manaudou.

Après quatre heures d'alternance piscine-solarium, je remballe. Bonne surprise, le portique de sortie est cassé et du coup, on ne me facture pas mes 2 heures supplémentaires. Je comprends du même coup pourquoi le personnel est persuadé que la piscine est bondée. Les sorties ne sont pas enregistrées!

Il est 19 heures et la queue à l'extérieur est toujours aussi longue... Soudain, les portes s'ouvrent et laissent s'engouffrer quarante personnes rougeaudes et ruisselantes. La piscine est prise d'assaut par des gens à bouts de nerfs qui décident de profiter de la dernière heure d'ouverture du bassin.

La prochaine fois, dimanche ou pas, je viendrai le matin...