Avec quoi remplir les cartables de la rentrée littéraire ?

Arnaud Sagnard

— 

 
  — no credit

Comme chaque année, la rentrée littéraire s’annonce pléthorique. Pour les œuvres de fiction, on annonce pas moins de 683 romans, dont 475 français. Si aucune locomotive ne semble prête à rafler prix littéraires, pages des journaux et faire crouler les têtes de gondole, quelques poids lourds sont déjà postés au péage.

Amélie Nothomb mangera son chapeau si son Journal d’hirondelle, histoire d’un tueur à gages, ne devient pas un best-seller pour Albin-Michel. Sa collègue angoissée Christine Angot a pris,elle, Rendez-vous avec le grand public chez Flammarion. Avec sa dernière livraison, l’intrépide Yann Moix compte bien prendre de l’élan depuis Podium pour accéder directement au Pantheon.

Chez les petits nouveaux, de nombreux romans sont issus cette année de la mouvance black blanc beur dont le second ouvrage de Faïza Guène, auteur du succès Kiffe, kiffe demain chez Hachette Littératures. Elle raconte dans Du rêve pour les oufs le combat contre la vie de tous les jours d’Ahlème, une jeune fille de 21 ans. On espère que Grande Jonction, le dernier Maurice G. Dantec, sera plus lisible que les précédents. Le romancier et essayiste Michel Schneider, lui, continue de s’inspirer des morts célèbres avec son Marilyn, dernières séances.

Par ailleurs, une très bonne rumeur précède Dans la foule de Laurent Mauvignier, publié aux éditions de Minuit et inspiré du drame du Heysel. Enfin, comme sur les écrans, les suites tentent de dépasser les premières moutures, ce sera le cas pour Doggy bag, saison 3 de Philippe Djian et les Chroniques de l’asphalte 2/5 de Samuel Benchetrit.

Du côté des essais, la présidentielle s’apprête à forcer la porte. Le patron en exercice est passé au crible par Jean-François Probst, ex-conseiller de Tibéri bien renseigné, dans Chirac et dépendances. L’ambitieux Nicolas Sarkozy a laissé place à la vedette Ségolène Royal dans l’œil des journalistes politiques. Il voit seulement son extrait de naissance examiné par Pascale Nivelle et Élise Karlin dans Les Sarkozy : une famille française.

La candidate potentielle du PS fait l’objet de plusieurs livres dont Ségolène et les éléphants de Philippe Alexandre et Les deux visages de Madame Royal signé d’un courageux anonyme chez Jean-Claude Gawsewitch. La crise au Liban attise elle aussi les sorties dont Guerres secrètes au Liban chez Gallimard. Dès septembre, on pourra également se plonger dans l’Histoire avec l’étonnante biographie du malfrat Abel Danos, De la Résistance à la Gestapo, puis reprendre son souffle avec À vous de jouer !, présenté comme une enquête tragi-comique sur les jeux-concours publiée chez Fayard.

Si l’affaire Clearstream est silencieuse dans les rayons, la mort d’Edouard Stern continue de faire des remous avec la rocambolesque interdiction de publication par la justice suisse de Combinaisons mortelles : Edouard Stern : les dessous d'un assassinat chez Privé. Il est peu probable que l’affaire en reste là. Côté fortes têtes, on attend La subjectivité à venir de l’influent Slavoj Zizek chez Flammarion et La folle histoire du monde de Michel Bounan chez Allia.

Enfin, le livre le plus attendu de l’année ne sortira pas en France mais aux Etats-Unis en décembre, ce sera Against the day, la dernière livraison de l’énigmatique Thomas Pynchon dont la dernière apparition publique – son visage est inconnu - est vocale, et ce, dans un épisode des Simpson’s. On profite également de cet article pour noter qu’hormis Gallimard et Fayard, les maisons d’édition ont de gros efforts à faire pour bien présenter leur rentrée littéraire sur le Net.