Thierry Carrère : «Un étranger est un sujet de droit»

©2006 20 minutes

— 

Interview de Thierry Carrère, bâtonnier de l'ordre des avocats de Toulouse.

Pourquoi invitez-vous les avocats à ne pas assurer de défense au nouveau centre de rétention ?

La justice est une institution indépendante. Elle doit être rendue dans un lieu dédié. Quand on a découvert qu'elle allait être rendue dans des locaux où l'on prive les gens de leur liberté, on s'y est opposé, comme les juges de la juridiction administrative et l'assemblée générale des magistrats. Ne pas le faire serait coupable et nous renier.

C'est un cas unique en France ?

Il y a eu une tentative à Roissy, mais le barreau parisien a répondu dans des termes similaires aux nôtres. Un étranger est un sujet de droit, et il faut qu'il puisse être jugé dans un palais de justice, comme n'importe quel autre justiciable.

Vous allez déposer un recours...

Nous allons en effet contester la légalité de création du lieu devant le tribunal administratif. La loi prévoit qu'on puisse rendre la justice dans un local prévu à proximité du centre de rétention. Là, nous ne sommes pas à côté, mais dans le centre.

Recueilli par Béatrice Colin