Sursis requis pour cinq jeunes anti-CPE

©2006 20 minutes

— 

Quatre à huit mois de prison avec sursis ont été requis hier à l'encontre de cinq jeunes ayant participé à des « violences » en marge d'une manifestation anti-CPE le 23 mars dernier. En première instance, le tribunal correctionnel les avait déclarés non coupables et avaient ajourné la peine. Le parquet avait fait appel de cette décision, ramenant hier les cinq accusés à la barre.

Avec des profils aussi variés que saisonnier, cuisinier, étudiant en droit ou demandeur d'emploi, tous ont reconnu avoir bu en cette fin d'après-midi et jeté des bouteilles sur les policiers « par bêtise ». Ils regrettent leur geste. « Cette forme de manifestation est faite dans un sentiment antirépublicain. Cela discrédite les mouvements sociaux », a souligné l'avocat général dans son réquisitoire. « Ce n'est pas un délinquant ni un casseur. Il a fait son mea culpa. Vingt-quatre heures avant, il voulait devenir avocat. A mon sens il est déjà lourdement condamné », a insisté Caroline Marty-Daudibertieres, avocate de l'étudiant en droit. Le verdict sera rendu le 9 août.

Béatrice Colin