On y soigne les malades et la mixité sociale

— 

En Midi-Pyrénées, 165 000 personnes ont besoin de soins en psychiatrie. D'où l'importance de pouvoir maintenir les sites de prise en charge existants. Surtout lorsqu'ils sont en centre-ville, comme le site Saint-Léon. Cet établissement de santé en psychiatrie infanto-juvénile de l'Association ARSEAA, implanté au cœur du quartier Saint-Michel, accueille trois services de soin pour enfants et adolescents. Lundi, sa réhabilitation complète a été lancée. Et pour pouvoir se financer, cette opération sera accompagnée par la création d'un parc de 42 logements sociaux parés de bois et d'une résidence de 84 appartements équipés en panneaux solaires. Le tout en basse consommation, sur un terrain niché entre les Récollets et la rue Achille-Viadieu. Avec un parti pris pour la densification. « C'est la démonstration que la densité ne s'oppose pas à la qualité de vie, ni à l'accessibilité », plaide Stéphane Carassou, président d'Habitat Toulouse, en charge des logements sociaux.