TOULOUSE - La mouvance d'ultra droite dans le viseur

— 

Une dizaine de personnes issues des mouvances d'ultra droite ont passé leur journée de jeudi en garde à vue. Interpellées mercredi matin, elles sont soupçonnées d'avoir participé à une manifestation violente dans la nuit du 30 mars au 1er avril, place Arnaud-Bernard. Armées de battes de base-ball, plusieurs personnes avaient fait irruption devant un bar ouvertement antifasciste de la place. Un étudiant chilien avait alors été agressé. Il est aujourd'hui hémiplégique. « Nous nous y attendions, c'est une bonne chose, a réagi l'avocat de la victime, Ludovic Rivière. Le juge d'instruction avait tous les éléments dans le dossier pour permettre d'identifier ces gens ». Parmi les auteurs figureraient des militants du Bloc identitaire, dont l'ouverture du local l'Oustal, allée de Barcelone, a déchaîné les passions et plusieurs manifestations. Cinq des mis en cause devaient être déférés devant le parquet pour une mise en examen.