Relaxe pour les étudiants anti-CPE

©2006 20 minutes

— 

Relaxés et soulagés. Hier, les quatre étudiants accusés d'avoir bloqué les trains lors de la manifestation anti-CPE du 6 avril à Matabiau sont sortis du tribunal correctionnel sans qu'aucune charge n'ait été retenue contre eux. La présidente a estimé qu'il y avait vice de procédure. « La poursuite pour entrave à la circulation ferroviaire s'appuie sur un décret pris sous le régime de Vichy, qui vise les animaux et les véhicules, souligne Raphaël Darribère, avocat de deux des quatre accusés. Au-delà de l'aspect juridique, ils devaient bénéficier de la relaxe car l'histoire leur a donné raison, le projet du gouvernement a été retiré. »

Les étudiants avaient été interpellés lors d'une évacuation jugée « violente » par quatre témoins ayant déposé hier à la barre. « Nous avions trouvé une solution de médiation, mais j'ai assisté à une évacuation d'une violence extrême », a raconté Eric Ferreres, cheminot CGT. Des plaintes contre la police ont été déposées et une enquête interne est en cours.

B. C.