Candidats à l'échauffement

Hélène Ménal

— 

Le PS a respecté la parité, avec 5 femmes et 5 hommes sur la ligne de départ.
Le PS a respecté la parité, avec 5 femmes et 5 hommes sur la ligne de départ. — F. Scheiber/20 minutes

Elle peut légitimement rêver de grand chelem mais s'occupe pour l'heure de distribuer les cartons rouges. La fédération départementale du PS n'a qu'un mot d'ordre avant les élections législatives : « transformer l'essai ». Pour ce scrutin, où les thèmes locaux ne sont pas à la mode, elle suggère « de donner une majorité au changement ». Ce qui est jouable dans les dix circonscriptions de la Haute-Garonne : François Hollande y a recueilli au soir du 6 mai entre 64 % (dans la 4e) et 52.5 % (dans la 3e) des voix.

Cinq exclusions
A moins que le PS local compte ses meilleurs ennemis dans ses propres rangs. Lundi, Sébastien Denard, le 1er secrétaire fédéral, a confirmé l'exclusion de cinq élus : le maire de Balma Alain Fillola, candidat dissident sur la 3e circonscription où la bataille sera serrée, mais aussi Gilbert Hébrard et Daniel Ruffat, qui disputent tous deux la 10e circonscription à Kader Arif, le nouveau ministre des Anciens combattants. Ils prennent la porte avec leurs suppléants. « Ils sont dans des démarches personnelles bien éloignées de nos principes », commente le responsable fédéral.

non Cumul

Les 10 candidats se sont engagés à ne pas cumuler les mandats exécutifs. S'il est réélu Gérard Bapt quittera donc son fauteuil de maire de Saint-Jean.