Expulsion : une école se prend par la main

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Une grande chaîne humaine pour sauver une maman menacée d'expulsion. Parents d'élèves, voisins et enseignants ont encerclé hier l'école Pierre-et-Marie-Curie des Minimes. Ils veulent ainsi éviter l'éclatement de la famille du petit Rafik, douze ans. Son père, routier employé en CDI, vit en France depuis plus de vingt ans. En 2002, son épouse marocaine l'a rejoint avec Rafik. Le couple a eu depuis deux autres enfants et demandé à bénéficier d'une mesure de regroupement familial. La réponse de la préfecture est arrivée le 24 avril sous la forme d'un arrêté d'expulsion visant la mère. A l'école, cette décision à l'encontre d'une famille discrète et intégrée a consterné tout le monde. « Mes enfants me demandent si j'ai des papiers ou si je vais partir moi aussi », raconte Linda, parent d'élèves et membre du comité de soutien. En classe, l'institutrice du petit garçon voit fleurir des pancartes « Rafik avec nous en CM 2 ! » Le sort de la famille Abchir est suspendu à la demande en recours gracieux faite au préfet.

H. M.