Des piétons à deux vitesses

Maylis Jean-Préau

— 

Les déplacements sur la place du Capitole ont été étudiés.
Les déplacements sur la place du Capitole ont été étudiés. — F. Scheiber/20 minutes

Voie rapide pour les marcheurs pressés, voie lente pour les promeneurs nonchalants. Voilà comment le trafic piéton devrait s'organiser pour être plus fluide. Une étude sur le sujet, menée par quatre centres de recherches français, dont deux toulousains, vient de livrer ses résultats : dans la rue, le métro… les flux s'organisent de façon spontanée en plusieurs files de circulation. Mais les différentes vitesses de marche désorganisent complètement le trafic ! Pour mener cette étude, les chercheurs ont effectué des expériences en laboratoire et ont placé des caméras dans les rues passantes de plusieurs villes. Ils ont ainsi étudié les déplacements des Toulousains sur la place du Capitole.

La sécurité des foules
Plusieurs domaines scientifiques ont été mobilisés afin de créer des outils permettant de comprendre les comportements des piétons : les mathématiques, la physique, l'éthologie et l'informatique. Car la circulation des piétons n'a rien d'anodin. « Comprendre les perturbations du trafic piéton, nous permet d'appréhender les mouvements de foule et les catastrophes qui peuvent avoir lieu, comme on peut le voir fréquemment à la Mecque », éclaire Guy Theraulaz, chercheur au Centre de recherches sur la cognition animale (université Paul-Sabatier, CNRS). Cette étude inédite a d'ailleurs retenu l'attention d'organisateurs de concerts, de spectacles… « Nous sommes aussi en contact avec les pompiers de Toulouse. Lorsqu'il y a des foules importantes, comme pour le meeting de Jean-Luc Mélenchon, ils se trouvent désarmés. Nous pouvons désormais les aider », poursuit Guy Theraulaz. Les chercheurs ont aussi été contactés par des urbanistes et des architectes qui dessineront peut-être les autoroutes piétonnes de demain.