Les permanences de soins en mutation

julie rimbert

— 

La réorganisation concerne les médecins généralistes.
La réorganisation concerne les médecins généralistes. — V. WARTNER / 20 MINUTES

En octobre, ce sera une petite révolution pour les patients et les 3 500 médecins généralistes de Haute-Garonne. L'Agence régionale de santé (ARS) travaille actuellement avec le conseil départemental de l'Ordre des médecins à une nouvelle organisation des permanences de soins.

Plus de temps au patient
Cette transformation concerne les gardes classiques des médecins généralistes pour les bobos urgents, qui ne nécessitent pas d'hospitalisation. Les services d'urgence des hôpitaux ne font donc pas partie de cette réorganisation. « Actuellement, les permanences des praticiens sont réparties en secteurs géographiques, dont six à Toulouse, explique Jean Thévenot, président du Conseil de l'Ordre des médecins en Haute-Garonne. L'ARS veut les modifier en organisant les astreintes selon six bassins de santé dans le département, articulés autour d'un hôpital pivot ». Les nouvelles zones seront Cornebarrieu, L'Union, Muret, Saint-Gaudens, Toulouse et Villefranche. L'ARS estime en effet qu'il y a trop de médecins de garde sur certains secteurs par rapport à l'activité réelle médicale. Un praticien de permanence perd quelquefois beaucoup de temps sur la route, au détriment du temps consacré au patient. « Sans compter que la plupart des appels ont lieu entre 20 h et minuit et qu'après, on est peu sollicité durant la nuit profonde, souligne Jean Thévenot. Il faut donc renforcer les périodes chaudes de soirée pour mieux répondre aux demandes de la population. »
Soigner différemment, c'est également un objectif de cette réorganisation. Pour beaucoup de praticiens, il est rare qu'une personne malade ne puisse pas se déplacer à la permanence du généraliste. « L'état d'esprit doit changer car c'est plus facile de faire venir le patient que l'inverse, assure Jean Thévenot. C'est pareil aux urgences, où l'engorgement est grandissant, faute d'appels des malades aux médecins régulateurs ». Pour connaître au mieux les inquiétudes des praticiens et réorganiser les permanences dans la concertation, le Conseil de l'Ordre organise samedi une grande réunion à Rangueil à destination des médecins.