Mémoire et dignité pour les SDF

julie rimbert

— 

Les tombes ont été rénovées par les services municipaux et l'association Gouttes de Vies.
Les tombes ont été rénovées par les services municipaux et l'association Gouttes de Vies. — f . scheiber / 20 minutes

Une cérémonie pour ne pas oublier les morts de la rue. Une stèle, réalisée par les services municipaux pour leur rendre hommage, a été dévoilée mercredi au cimetière de Cornebarrieu, propriété de la Ville de Toulouse, où 110 tombes de personnes sans-abri ont été réhabilitées. Un olivier et un pied de lavande ont pris place dans le carré dédié.

« Une dignité retrouvée »
Depuis quatre mois, les services municipaux et les membres de l'association Gouttes de Vies ont refait les tumulus et les ont agrémentés de violettes. Les noms de tous les défunts sont désormais apposés sur les sépultures. Fondée en 2008, l'association accompagne la fin de vie des personnes vivant dans la rue jusqu'à leur inhumation. Quand un SDF décède, le maire de la commune a obligation de l'enterrer, si aucun proche ne se manifeste. Si les recherches de la famille sont vaines ou qu'elle refuse de prendre en charge les funérailles, Gouttes de Vies s'occupe de l'enterrement, de l'organisation au paiement de la cérémonie. « Nous travaillons en particulier sur la question de la mémoire de ces personnes, trop souvent oubliées, afin de leur rendre leur dignité, souligne l'association, qui recense entre 300 et 400 morts dans les rues de Toulouse depuis les années 2000. D'ailleurs, ces personnes meurent rarement dans la rue mais à l'hôpital. » Et pas forcément l'hiver puisqu'il y a plus de décès au printemps, au moment de la fermeture des accueils d'urgence.
Si Gouttes de Vies s'occupe des défunts, l'association est avant tout tournée vers les vivants. « La longévité d'une personne à la rue s'élève à 47 ans, précise un bénévole. Nous essayons donc d'améliorer leurs conditions de vie pour prolonger leur existence au mieux. Nous travaillons par exemple sur un projet de maison de retraite pour les SDF vieillissants. » Depuis le début de l'année, une douzaine de personnes sans domicile fixe sont décédés dans les rues de la Ville rose.