Kurdes: la préfecture affiche la fermeté

©2006 20 minutes

— 

« Il n'y aura pas de régularisation collective, même sous la pression » pour les Kurdes en grève de la faim depuis lundi dans la salle paroissiale de La Fourguette. « Le droit à la nationalité est un droit individuel. Et pour réexaminer les dossiers au cas par cas, encore faut-il avoir leur identité, ce qui n'est pas le cas actuellement », a indiqué hier Francis Soutric, le directeur de cabinet du préfet. Pour l'heure, l'hypothèse d'une évacuation de la salle par les forces de l'ordre est écartée. « Cela ne peut être décidé que pour des raisons sanitaires ou bien à la demande du propriétaire. Or, nous n'avons eu aucun contact avec l'archevêché », a ajouté le représentant de l'Etat.

Hélène Ménal

Concernant les enfants scolarisés sans-papiers, la préfecture a « identifié environ 80 familles » susceptibles d'être concernées par la circulaire Sarkozy. Elle va maintenant vérifier si elles entrent dans les critères de régularisation.