Didier Genty : «On nous refuse un centre gay et lesbien»

©2006 20 minutes

— 

Interview de Didier Genty, coordinateur de la marche des Fiertés LGBT-Gay Pride*

Où en est la culture gay à Toulouse ?

Il y a de moins en moins de lieux étiquetés et une tendance au mélange des genres. C'est une bonne façon d'éviter la ghettoïsation. De manière générale, les mentalités évoluent. Mais lentement. Et il reste très difficile d'être un jeune beur homosexuel au Mirail.

Avez-vous également des revendications politiques locales ?

Nous interpellerons les candidats aux municipales pour obtenir un local et créer un centre gay et lesbien où, par exemple, les jeunes en quête d'identité sexuelle pourront être accueillis. On nous le refuse depuis dix ans, ce qui en dit long sur l'homophobie larvée de certains élus.

Vous espérez être nombreux demain ?

Nous tablons sur 4 000 personnes à la Marche et au village associatif de la Daurade. Nous étions 2 500 l'an dernier.

Recueilli par Hélène Ménal

* Départ à 14 h 30 du monument

aux morts. www.arc-en-ciel-toulouse