Le PMU veut se remettre en selle dans le centre-ville

— 

   Malgré l'apparition des paris en ligne, le PMU de Midi-Pyrénées sort son épingle du jeu avec 1,4 milliard d'enjeux en 2011. « Une année exceptionnelle », selon Laurent Vieules, le directeur régional Sud-Ouest du PMU. L'agence de Toulouse a réalisé 237 millions d'euros d'enjeux, soit 24 % du chiffre d'affaires de la région. « Nous avons ouvert 24 établissements supplémentaires l'an dernier », souligne Elisabeth Girod-Roux.
  Pour changer l'image de l'enseigne, qui ne se limite plus aujourd'hui aux paris hippiques, les dirigeants se lancent dans de nouvelles implantations. Ainsi, des points PMU ont vu le jour dans huit stations-service de la Haute-Garonne, dont cinq à Toulouse sur le périphérique. Cette année, la direction régionale envisage d'ouvrir un PMU City dans l'hypercentre de Toulouse, une boutique dédiée à la prise des paris avec une diffusion intégrale des différentes courses. « Il y a encore quelques années, il existait huit points pour jouer entre la place Dupuy, Jean-Jaurès, Wilson et Arnaud-Bernard, explique Elisabeth Girod-Roux. Il en reste deux aujourd'hui. Quant aux boulevards de Strasbourg et Carnot, il n'y en a plus. Nous voulons donc reconquérir les parieurs en centre-ville. » L'enseigne recherche donc une centaine de mètres carrés pour installer son PMU City et espère pouvoir l'ouvrir à la fin 2012. 

profil

Le parieur toulousain joue un panier moyen de 10,70 €, contre 11,50 € pour la moyenne nationale. Le simple - trouver un cheval dans une course - est le pari préféré des parieurs de la Ville rose, correspondant à la moyenne nationale égale à 30 %. Les Toulousains jouent plutôt le matin, entre 10 h et 11 h 30.