McDo se paie une tranche de vert

— 

Dix-sept fast-foods sont concernés.
Dix-sept fast-foods sont concernés. — F. Scheiber/20 minutes

Les restes de frites et d'hamburgers ne finiront plus à l'incinérateur du Mirail. Après avoir été la cible des altermondialistes, l'enseigne McDonald's veut être la référence en matière d'écologie. Ou presque. C'est en tout cas lors de la Semaine du développement durable, que ses responsables locaux ont décidé de présenter leur nouveau dispositif. Désormais, les 155 tonnes de matière organique produites chaque année par 17 fast-foods toulousains seront transformées en compost au lieu de partir en fumée. Au total, ils permettront de produire 50 tonnes de terreau, dont 7 à 8 seront distribuées aux jardins familiaux de Tournefeuille.

Cadre réglementaire
Après le recyclage des huiles de friture, les établissements franchisés du Toulousain Michel Réglat sont les premiers à montrer la voie en France. Et pour ce dernier, pas question de se voiler la face. « C'est une question d'image, mais ça ne m'amènera pas plus de clients, ni moins. Nous, au moins, l'écologie on en fait », tranche le patron pour répondre aux soupçons de greenwashing, en référence à ces entreprises qui se donnent une apparence vertueuse en matière d'environnement. Mais à l'image, la société Clerc Verts, qui s'occupe du compostage, oppose la réglementation. « De toute façon en 2013, tout le monde doit s'y mettre. Sur l'ensemble des restaurants de l'agglomération, cela représente un potentiel de 5 000 tonnes à détourner de l'incinérateur », plaide son responsable Jean-Luc da Lozzo.