Des bouchons sur toute la ligne

Béatrice colin

— 

Hier, à Saint-Michel, la fermeture du tunnel routier a créé des bouchons.
Hier, à Saint-Michel, la fermeture du tunnel routier a créé des bouchons. — F. Scheiber/20 minutes

Le lancement des travaux de la ligne Garonne ne sera pas passé inaperçu, malgré les vacances. Sur le tracé du futur tramway, de la place Lafourcade aux Arènes, la circulation était dense hier aux heures de pointe, plus que d'habitude. Sur le pont Saint-Michel, le sport local était celui du pare-chocs contre pare-chocs. Avec la fermeture du tunnel routier, le nombre de voies est passé de huit à deux. Et cela a créé un entonnoir. Notamment sur la rocade, du côté des allées Charles-de-Fitte et de Saint-Cyprien. C'est là que les plus gros bouchons ont été enregistrés. Originaire de l'Ouest toulousain et travaillant dans le centre, Aurore est restée coincée dans sa voiture. « Je suis partie une demi-heure plus tôt de chez moi et je suis arrivée une demi-heure plus tard. J'avais étudié la veille le trajet pour éviter les travaux, mais avec ceux du centre-ville c'est difficile de trouver un accès », témoigne-t-elle. Une « gêne » à laquelle les élus du Grand Toulouse s'attendaient. « Ne vaut-il pas pas avoir durant un laps de temps un véritable tracas plutôt que celui-ci se déroule sur une période de cinq ans », plaide Pierre Cohen, le maire de Toulouse.

Baisse de fréquentation
Un avis qui n'est pas vraiment partagé par les riverains de l'avenue Déodat-de-Séverac, à sens unique depuis hier, mais en travaux préparatoires depuis de longs mois. Hier, la circulation dans ce secteur n'était pas dense, certains automobilistes bravant même les nouveaux sens interdits. « On arrête pas d'entendre dire qu'il faut éviter le quartier, à force les gens l'intègrent », note-t-on à la pharmacie de la place Emile-Male. D'ici 2014, ce carrefour situé au niveau des Arènes, aura été complètement transformé. Mais en attendant, « on subit, notamment une baisse de fréquentation » déplore un commerçant.