des agents de sécurité à la demande

julie rimbert

— 

Des équipes de deux, quatre ou six agents patrouilleront de commerce en commerce, dans la rue Bayard.
Des équipes de deux, quatre ou six agents patrouilleront de commerce en commerce, dans la rue Bayard. — f . scheiber / 20 minutes

Rue Bayard, une vieille dame a été agressée pour son sac à main la semaine dernière. Ces scènes de violence, les commerçants n'en veulent plus. Du coup, ils ont décidé de mettre en place dans cette artère du centre-ville des agents de sécurité. Après un test de trois jours fin septembre, l'association Bayard Avenir envisage de faire patrouiller ces surveillants à la demande.

Des équipes en février
Sur les 124 adhérents de l'association, 101 ont voté pour la mise en place des agents, un était contre et les autres se sont abstenus. « Les commerçants ont donc tranché pour leur présence, à la demande, si les incidents persistent, explique Daniel Billard, le président de l'association. Depuis quelques mois, la police, municipale ou nationale, patrouille plus souvent dans la rue mais nous nous réservons le droit de mettre en place ces agents, à certains horaires où les incivilités peuvent survenir. Faute de caméras, c'est la seule solution que nous avons trouvée mais elle n'est pas définitive ». Dès le mois de février, ces surveillants circuleront de commerce en commerce, de deux à quatre heures par jour. Ils n'auront pas le droit d'intervenir dans la rue. En cas de problème, ils pourront faire appel à la police pour sécuriser les magasins qui le demandent. La mairie de Toulouse garde un œil attentif sur la mise en place de ces agents. « Pour le moment, cette démarche n'est pas illégale tant que ces agents ne font pas régner l'ordre sur la voie publique, précise Jean-Pierre Havrin, adjoint au maire chargé de la sécurité. Les caméras ne sont toujours pas envisagées dans cette rue car nous privilégions la présence humaine pour prévenir la délinquance. Depuis quelques mois, nous enregistrons d'ailleurs moins d'incidents violents dans cette artère, grâce au passage plus régulier de la police ».

coût

L'association Bayard Avenir envisage des patrouilles de deux, quatre ou six agents de la société de surveillance Eagles Protect. Pour le test de trois jours en septembre, les commerçants avaient payé 1 200 euros pour six agents de sécurité.