TOULOUSE - Une mobilisation timide pour défendre l'emploi

— 

2000 participants selon les syndicats, 450 selon la police, ont répondu hier matin à l'appel à la manifestation lancée par la CGT, Solidaires et la FSU. Le cortège est parti de la place Jeanne d'Arc pour arriver une heure plus tard à la préfecture. Parmi les revendications : la hausse des salaires, la baisse du chômage ou encore le refus de l'instauration d'une TVA sociale. Un message fort en réponse aux mesures d'austérité du gouvernement, le jour même où Nicolas Sarkozy rencontrait les syndicats pour un sommet social sur l'emploi. « Notre but est de faire pression sur ce sommet, explique Jean-Claude Cathala, porte-parole de la CGT 31. Les propositions faites ne sont pas les bonnes, ni pour les salariés, ni pour régler le problème de la crise. Nous souhaitons autre chose: l'augmentation des salaires, par exemple, permettrait plus de consommation et ferait repartir l'économie».
Mathilde Romagnan