TOULOUSE - Citoyens de l'autre côté de la barre

— 

Le 9 décembre, une partie des 160 futurs jurés toulousains a été formée.
Le 9 décembre, une partie des 160 futurs jurés toulousains a été formée. — f. lancelot / 20 minutes

Ils pourraient rendre leur premier jugement aujourd'hui, à l'occasion de procès en comparution immédiate. Déjà présents dans les prétoires des cours d'assises, les jurés populaires font leur entrée au sein des tribunaux correctionnels de Toulouse et Dijon, sites pilotes. Au total, 160 personnes tirées au sort vont siéger cette année dans la Ville rose et mettre en pratique la réforme visant à « rapprocher le citoyen de la justice ». Cette expérimentation doit durer deux ans et, si elle s'avère concluante, sera généralisée à l'ensemble des cours d'appel de France. Source de polémique, notamment à cause de son coût, elle ne sera pas sans conséquence sur le fonctionnement des audiences. « Il est évident qu'en ce qui nous concerne, au parquet, cela devrait changer nos méthodes pour requérir. Il nous faudra être plus pédagogues », a indiqué Claudie Viaud, substitut du procureur de la République de Toulouse.