AZF : pas de dommages et intérêts pour la SNPE

©2006 20 minutes

— 

Le tribunal de commerce a débouté la Société nationale des poudres et explosifs de sa demande de dommages et intérêts déposée suite à l'explosion de l'usine AZF. L'Etat avait en effet décidé d'arrêter la production de phosgène peu après l'accident. La SNPE a donc assigné Grande Paroisse, filiale de Total, afin qu'elle lui verse 460 millions d'euros. Mais le tribunal a estimé que c'était le principe de précaution qui était la cause de l'arrêt. La SNPE se dit « surprise » et ne compte pas en rester là. « Le gouvernement a arrêté la production selon un principe de précaution mais qui est bien dû à l'explosion », note Nadia Nouvion, porte-parole de la SNPE.

B. C.

Les filiales toulousaines de la SNPE, Tolochimie et Isochem, employaient avant le 21 septembre 2001 600 personnes. Depuis, Tolochimie n'existe plus et Isochem a subi trois plans sociaux. Il reste aujourd'hui 90 salariés.