Les associations écoeurées par l'abandon de la loi anti-tabac

©2006 20 minutes

— 

« Il est impensable que les fumeurs continuent de fumer à côté des autres sans se soucier des conséquences », se désole Michel Jean, cardiologue au CHU de Rangueil. Mais c'est en sa qualité de président de Capitole stop tabac, qui regroupe une dizaine d'associations anti-tabac en Midi-Pyrénées, que ce praticien réagit à l'abandon du projet de loi qui interdit la cigarette dans les lieux publics et qui vise à protéger les non-fumeurs du tabagisme passif. Dans son service, 10 à 15 % des malades atteints d'un infarctus du myocarde n'ont jamais porté de cigarette à leur bouche. « En les interrogeant, on s'aperçoit qu'ils sont tous entourés de fumeurs. C'est catastrophique », s'affole Michel Jean. « Une telle loi permettrait d'éviter 4 000 morts par an dans notre pays, mais le gouvernement ne semble pas pressé », ajoute le praticien. Seule solution : continuer les opérations de prévention menées une à deux fois par mois dans les collèges et les lycées de la région.

C. L.