L'avenir plus vert de la Ville rose

Béatrice Colin

— 

Des terrasses en gradins pourraient voir le jour à la Daurade, ainsi qu'une piste cyclable continue sur les boulevards.
Des terrasses en gradins pourraient voir le jour à la Daurade, ainsi qu'une piste cyclable continue sur les boulevards. — Agence BAU-B

Pas une révolution, mais une évolution. Joan Busquets, l'urbaniste chargé du réaménagement du centre-ville a dévoilé hier les lignes directrices de son projet qui se déploiera sur les dix à quinze ans à venir. Réduire la place du trafic automobile de transit, soit 25 % des flux est l'une de ses ambitions. « Nous voulons aussi donner une identité à ce que nous appelons l'octogone, les boulevards toulousains. Quand les gens y arrivent, ils doivent savoir qu'ils pénètrent dans le centre-ville », explique le Catalan. Mais avant de voir les marteaux-piqueurs attaquer les revêtements des boulevards de Strasbourg et Carnot, des opérations pilotes, soumises à la concertation dès novembre, vont être réalisés à plus courte échéance.

Embellissement de l'Axe Capitole - Garonne. Pour « fluidifier les liens » entre le cœur historique et le fleuve, les rues y menant vont être réaménagées. Cela passera par une suppression de tous les potelets et trottoirs, au profit d'un plateau unique plus arboré.

Davantage de place pour les piétons et les vélos. Une place plus importante sera donnée aux vélos et aux piétons sur les allées de Barcelone. Une passerelle va aussi voir le jour au-dessus du canal de Brienne, face à la future Ecole d'économie. Une piste cyclable à double sens va être créée sur le quai Lombard, entre la place Saint-Pierre et la Daurade, pour assurer une continuité sur les berges.
Valoriser la Garonne. Pour que les Toulousains se réapproprient leur fleuve, la place de la voiture va être réduite du côté de la Daurade et de Saint-Pierre. En lieu et place de l'actuelle desserte du quai de la Daurade, des terrasses en gradins pourraient voir le jour. Un embarcadère pourrait aussi apparaître en période estivale, histoire de pouvoir relier les deux rives en navette.

financement

Ce projet d'urbanisme ne se concrétisera pas avant plusieurs années. Mais une enveloppe a été débloquée pour financer les premières opérations pilotes. Elle est de 30 millions d'euros sur quatre ans. Pour mémoire, l'aménagement de la rue d'Alsace, réseaux compris, coûte 13,2 millions.