Le PS visé symboliquement

Béatrice colin

— 

Les tags font allusion à des opposants au futur aéroport de Nantes.
Les tags font allusion à des opposants au futur aéroport de Nantes. — f. Scheiber / 20 Minutes

«Non à l'aéroport Notre-Dame des Landes ». C'est l'un des tags découverts hier matin sur les murs du siège de la fédération socialiste de la Haute-Garonne. Dans la nuit de lundi à mardi, l'entrée donnant sur la rue Lancefoc a été forcée et des salles ont été vandalisées. L'essentiel des inscriptions fait référence au projet d'aéroport qui doit voir le jour en 2017 en Loire-Atlantique, à 40 km de Nantes. Et certaines sont signées ZAD, pour Zone à Défendre, un groupe de militants anarchistes qui vivent sur le territoire du futur aéroport.

La caravane des primaires visée
« Je ne vois pas le rapport entre Toulouse et l'aéroport de Notre-Dame des Landes. Les lieux de vie politique et de démocratie doivent rester des sanctuaires », dénonce Sébastien Denard, patron de la fédération départementale du PS qui a déposé plainte. C'est en tout cas le symbole qui est visé. En août, la caravane des primaires avait déjà fait l'objet d'une attaque similaire à Nantes. En ligne de mire, les élus socialistes locaux favorables au projet d'aéroport dont la concession a été attribuée au groupe Vinci. Ce dernier a aussi été visé fin septembre par un sabotage de deux de ses parkings en Suisse où on pouvait lire « la ZAD est partout ».

scellés

La salle où étaient entreposées les listes d'émargement du premier tour des primaires « n'a pas été ouverte », a rassuré hier Sébastien Denard.